Quelques principes pour une vie de prière réussie


Dieu Tout Puissant, je voudrais te dire merci au nom du Seigneur Jésus-Christ du privilège que tu me donnes de me nourrir une fois encore de ta Sainte Parole.
Assiste-moi afin que je devienne pratiquant de ta Parole et non seulement une personne qui se contente d’écouter ou lire sans progresser dans ta connaissance.
Car je réalise que c’est seulement en pratiquant tes commandements que je deviendrai bénéficiaire des promesses qui sont dans ta Parole. Selon qu’il est écrit que par ta divine puissance, tu nous donnes tout ce qui contribue à la vie et à la piété au moyen de la connaissance du Seigneur Jésus-Christ qui nous appelle par sa vertu et par sa propre gloire, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles, nous devenions participants de ta nature divine.
Je te dis merci pour ta fidélité éternelle à l’endroit des saints.
Gloire, honneur et louange à toi, en Jésus-Christ le Seigneur. Amen!

Introduction

Certains prient sans jamais se demander si leurs prières sont exaucées. D’autres prient en pensant que l’exaucement de la prière viendra… quand Dieu le voudra. D’autres encore font la prière suivante : “Seigneur, apprends-moi à prier…», comme l’ont fait en leur temps les disciples de Jésus. S’il est sain de demander à Dieu de nous apprendre à prier, il est très important de savoir que toutes les réponses à ce genre de propos sont dans sa Parole. C’est elle, la Parole de Dieu, qui nous instruit de la volonté et des lois de Dieu, y compris en ce qui concerne la prière. C’est en les trouvant et en les mettant en pratique que nous pourrons aller de progrès en progrès. C’est en priant selon les principes de la Bible que les résultats de nos prières deviendront manifestes.

On peut prier tant que l’on veut, mais, si les prières que l’on fait ne sont pas fondées sur ce que la Bible enseigne à ce propos, elles ne sauraient plaire à Dieu. Pour avoir une vie de prière qui produise des fruits et qui soutienne notre foi, nous devons prier selon la Parole de Dieu. Selon ce que dit Paul dans une de ses exhortations à l’église, il est essentiel tout d’abord de rechercher dans la Parole de Dieu comment nous devons prier, si voulons lui plaire et obtenir des résultats; ensuite de mettre en pratique ce que nous apprenons afin de marcher de progrès en progrès (1 Thessaloniciens 4:1).

Or le progrès que nous faisons dans la connaissance de la volonté de Dieu, tout comme les résultats de nos prières peuvent être mesurés. C’est pour cela qu’il appartient à toute personne qui prie régulièrement d’en mesurer l’efficacité, c’est-à-dire de se demander si elle est satisfaite du taux d’exaucement de ses prières. Si vous ne pouvez répondre à cette question ou si le taux d’exaucement de vos prières n’est pas satisfaisant, cette contribution peut vous aider à apprendre quelques uns des principes bibliques qui gouvernent une vie de prière réussie.

Les règles dont nous allons parler s’appliquent d’abord à la prière de pétition (demande). Inutile d’ajouter que les richesses de la Bible étant inépuisables, cette contribution n’a en aucun cas la prétention d’être exhaustive en la matière. Elle est propose ce que j’ai pu apprendre au cours de mes propres lectures, de la méditation de la Bible et de ma propre expérience de la prière.

1. Demandez selon la volonté de Dieu

Dieu nous dit qu’il veille sur sa Parole pour l’exécuter (Jérémie 1 :12). Par conséquent, « nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée » (1 Jean 5:14-15).

Il est indispensable de connaître la volonté de Dieu au sujet de ce que nous souhaitons lui demander. Si cela n’est pas le cas, il vaut mieux commencer par chercher dans la Bible ce qu’est la volonté de Dieu sur le sujet avant de prier. Nous savons qu’un père terrestre ne donne pas systématiquement tout ce que son enfant demande. Pour accéder à la demande d’un enfant, le père doit d’abord considérer la chose bonne. Or Dieu est un père. Qui plus est, il nous a donné sa Parole qui non seulement nous apprend à le connaître, mais aussi à savoir ce qu’il veut pour nous.

S’adressant aux apôtres dans l’évangile de Jean, le Seigneur Jésus dit: « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé » (Jean 15:7). Dans ce verset, nous lisons deux fois le mot « demeurer ». Juste avant ce verset, le Seigneur se présente en disant: « c’est moi qui suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron… » (Jean 15:1). Et il continue en disant : « Demeurez en moi et je demeurerai en vous. Le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même, sans rester attaché au cep; il en va de même pour vous si vous ne demeurez pas en moi » (Jean 15:4). Or rester attacher au vrai cep, c’est obéir à ses commandements et garder sa Parole. Il ne s’agit pas de suivre simplement une série de règles et d’exigences religieuses. Il nous dit de permettre à sa Parole – qui est vivante, de faire sa demeure en nous. Cela n’est possible que lorsque nous passons du temps avec Elle, pour la méditer, et en remplir notre pensée, notre cœur et notre bouche, afin de la laisser guider chacune de nos actions et en particulier, nos prières. L’apôtre Paul l’a dit de la façon suivante: « Que la Parole de Christ demeure en vous dans toute sa richesse… » (Colossiens 3:16).

Lorsque la Parole habite réellement en nous, elle apporte sa vie en nous et elle produit du fruit pour la gloire de Dieu. Nous pouvons alors l’entendre. un petit peu comme lorsque l’on a un chant en tête et qu’on l’entend constamment en soi. Souvent, on se met à la fredonner sans même y penser. Lorsque vous commencez à demeurer dans la Parole, vous allez l’entendre de la même façon vous guider dans la prière selon la volonté de Dieu.

2. Demandez au Père, au Nom de Jésus

En tant que pécheurs, nous ne méritons rien de Dieu par nous-mêmes. Nous ne pouvons approcher Dieu le Père qu’à travers l’œuvre achevée que Jésus a accomplie sur la croix. C’est lui notre sauveur et notre rédempteur. C’est de sa position de médiateur, d’avocat auprès du Père que nous recevons le pardon de nos péchés et devenons justes devant Dieu. Par conséquent, le Nom de Jésus est la seule base pour une prière exaucée. Ceci est confirmé par cette déclaration : « Et quoi que ce soit que vous demandiez en mon nom, je le réaliserai pour que la gloire du Père soit manifestée par le Fils. Je le répète : si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai » (Jean 14 :13 – 14).

Avant sa passion, le Seigneur Jésus parlant à ses disciples leur dit: « En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite » (Jean 16: 23-24). Notons que le Seigneur dit: « En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien… ». La traduction Darby dit: « Et en ce jour-là vous ne me ferez pas de demandes…» Il a dit ceci juste avant sa mort, sa résurrection et sa montée dans les lieux célestes, où il siège comme médiateur à la droite de Dieu le Père. Il poursuivit en disant : « …vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon Nom… Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. » C’est de cette façon-là que devrait prier tout chrétien.

Bien sûr, nous pouvons remercier le Seigneur Jésus ; nous pouvons lui dire combien nous l’aimons, combien nous sommes reconnaissant pour ce qu’il a fait et continue de faire pour nous. Nous pouvons louer son nom et l’adorer car il est digne de notre adoration. Cependant, pour ce qui est de demander (faire une pétition), le Seigneur Jésus nous dit que c’est à Dieu le Père que nous devons demander en son Nom.

Dans l’épître aux Éphésiens, Paul fait la prière suivante : « … je fléchis mes genoux devant le Père [de notre Seigneur Jésus Christ], duquel est nommée [tire son nom] toute famille dans les cieux et sur la terre… » (Éphésiens 3:14-15). Quelle que soit la dénomination religieuse à laquelle nous appartenons, ce qui est important, c’est de savoir quelle est notre famille. Pour cela, la question que nous devons nous poser est la suivante : le père de Jésus Christ est-il mon père ? En effet, beaucoup de personnes ne sont pas certaines de vraiment connaître Dieu comme leur Père. Seriez-vous de ces personnes-là ? Le Dieu de l’univers est-il votre Père ? En êtes-vous convaincu ?

Smith Wigglesworth[i] faisait un jour des travaux de plomberie dans une grande demeure. La maîtresse de maison vint dans la pièce où il travaillait puis, s’en alla. Plus tard, elle revint le voir encore. Fermant la porte de la pièce, elle lui tint ce langage: « Puis-je vous poser une question personnelle? » Oui, Madame, répondit Wigglesworth. Elle lui dit ensuite, « comment expliquer que votre visage dégage autant de joie? » Alors, Smith lui raconta que le matin même, au moment de prendre le petit déjeuner, sa femme, venant de la chambre des enfants lui dit que deux de leurs enfants étaient brûlant de fièvre. Ils allèrent aussitôt tous les deux pour imposer les mains aux enfants malades, qui guérirent aussitôt. Il était content parce qu’il avait demandé au Père et que celui-ci lui avait accordé. Ainsi qu’il est écrit, « Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite », la joie de Wigglesworth était donc complète.

La dame demanda encore à Smith Wigglesworth si elle pouvait aussi connaître Dieu de la même façon. Il lui expliqua comment recevoir Jésus Christ comme son Seigneur et sauveur personnel. Aussitôt appris, la dame confessa Jésus Christ comme son sauveur. Ensuite, elle demanda comment faire pour demeurer dans cette joie.  Ce à quoi Wigglesworth répondit, « la seule façon de demeurer dans la joie du Seigneur est de la redonner aussitôt ». Il voulait dire, parler à d’autres personnes de sa propre expérience ; ce qui correspond à témoigner de la bonne nouvelle du royaume de Dieu.

Voyez-vous, Wigglesworth n’aurait pas eu un visage si radieux si ses enfants étaient toujours malades. Il ne serait peut-être même pas aller au travail. En tout cas s’il y était allé tout en laissant les enfants très malades, il aurait au contraire eu un air préoccupé. Dans ce cas-ci, il avait de la joie sur son visage. Tant et si bien que les autres pouvaient lire sa joie rien qu’en le regardant. Ce type de joie n’est pas une joie comme celle du monde. C’est la joie du Seigneur ! Lui seul peut procurer une telle joie. Idéalement, c’est comme cela que devrait se conclure toutes les prières des chrétiens. Dans la victoire et la joie parfaite.

En ce jour-là, dit le Seigneur, « …vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon Nom. » Comme pour insister, il ajoute : « Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon Nom. Demandez, et vous recevrez… » Puisque le Seigneur était encore avec eux sur la terre, on peut comprendre qu’en ce moment-là, les disciples ne demandaient pas encore au Père céleste au nom de Jésus. Cependant, lorsque nous examinons les prières des chrétiens du premier siècle dans les Actes des apôtres et dans les lettres des apôtres aux Églises, nous voyons qu’ils suivent les instructions données par le Seigneur dans Jean 16: 23-24. Par exemple dans les Actes des apôtres, Pierre et Jean utilisèrent le nom du Seigneur Jésus pour guérir boiteux de naissance, qu’on portait et qu’on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle.

A tous ceux qui regardaient la scène avec étonnement, Pierre fit la formidable confession suivante: « …C’est par la foi en son nom [au nom de Jésus] que son nom a raffermi celui que vous voyez et connaissez; c’est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en présence de vous tous… » (Actes 3:11-26). Plus loin dans le chapitre 4, Pierre et Jean furent arrêtés et questionnés par les religieux, les chefs du peuple, les anciens et les scribes qui leur demandèrent : « Par quel pouvoir, ou au nom de qui avez-vous fait cela? » . Pierre remplit du Saint-Esprit leur fit de nouveau une merveilleuse confession: « …Chefs du peuple, et anciens d’Israël,… sachez-le tous, et que tout le peuple d’Israël le sache! C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous. Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle. Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » (Actes 4:8-12).

Paul nous apprend aussi que si nous rendons grâce au Père, c’est au nom du Seigneur Jésus que nous devons le faire : « Rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ » (Éphésiens 5: 20). Le nom de Jésus est la clé qui ouvre la porte qui nous donne accès au Père. Si nous souhaitons obtenir des réponses à nos prières, nous devons suivre les recommandations bibliques et non les doctrines des hommes ni leurs pratiques. Si l’approche dans nos prières est erronée, nous échouerons souvent. Dieu merci, Jésus est notre gloire dans les cieux et, c’est par lui que nous triomphons. Il est notre seul chemin vers le Père. Utilisons le nom glorieux de Jésus qui nous a été donné par le Père lui-même. Et le Seigneur nous a donné l’autorité d’utiliser son puissant Nom: « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris » (Marc 16: 17-18). Nous avons reçu le droit et l’autorité d’utiliser le nom du Seigneur Jésus contre le diable, ses agents et ses œuvres. N’oublions pas que ce n’est pas par le pouvoir de l’homme que tout cela est possible. C’est le Seigneur Jésus qui, en définitive, agit par notre entremise car, il a délégué à tous ceux qui croient le pouvoir de le parler en son Nom.

3. Prier en comptant sur l’aide du Saint-Esprit

Nous devons toujours prier en comptant sur l’aide de Dieu lui-même. Dans son épître aux Éphésiens, Paul nous recommande de « faire en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications… » (Éphésiens 6:18). La prière véritable ne peut se faire qu’en Esprit, c’est-à-dire, avec le concours du Saint-Esprit. Ensuite, Paul ajoute que nous devons persévérer et il commande de prier pour tous les saints [tous ceux qui sont nos frères et sœurs en Christ de par le monde]. Nous avons appris par ailleurs que « l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit… » (Romains 8:26-27), parce que c’est selon Dieu que l’Esprit intercède en notre faveur.

Le Seigneur Jésus nous avait révélé la place de l’Esprit de Dieu dans la prière de ceux qui lui appartiennent dans sa conversation avec la femme samaritaine. Il avait notamment dit: « …l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité » (Jean 4:23-24).

Par ailleurs, avant d’accepter sa passion, le Seigneur avait fait la promesse ci-après à ses disciples: « Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. » (Jean 14:15-17). Il avait promis de nous envoyer le Saint-Esprit qui demeurerait éternellement avec nous. Dans l’expression « demeurer éternellement », il y a la notion de présence permanente. C’est-à-dire que le Saint-Esprit est auprès du chrétien dans toutes les circonstances et singulièrement lorsque celui-ci est en prière. Par ailleurs, l’Écriture dit aussi que le consolateur, l’Esprit-Saint, qui vient du Père au nom de Jésus-Christ, nous enseignerait toutes choses, et nous rappellerait tout ce que le Seigneur avait dit (Jean 14:26). Nous pouvons donc compter sur l’Esprit de Dieu qui nous révèle la volonté de Dieu. En particulier, quand nous prions, le Saint-Esprit, peut nous aider à faire la prière juste et efficace, car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. (1 Corinthiens 2:10)

Un autre texte en rapport avec la nécessité de s’attendre au Saint-Esprit et d’espérer son aide lorsque nous prions est cette déclaration de Paul faite aux Romains: « …De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; et Dieu, qui sonde nos cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints » (Romains 8:26-27).

4. Priez avec Actions de grâce et Louanges


Père céleste, je te remercie du fond du cœur pour ton amour envers nous, pour ta compassion incomparable. Je te remercie pour toutes les faveurs que nous obtenons de ta part en Christ, notre Seigneur. Merci pour le merveilleux plan de salut fourni par ton infinie sagesse en Christ. Merci d’avoir exalté le Seigneur Jésus et de l’avoir élevé au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité.
Le nom de Jésus est avant tout les noms qui peuvent être nommés, non seulement maintenant, mais encore pour l’éternité. Amen!

L’action de grâce est une attitude de reconnaissance pour ce que Dieu a fait et pour ce qu’il va continuer de faire. Lorsque nous réalisons que : « nous sommes comblés de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ », nous exprimons notre gratitude pour les grâces de Dieu et pour l’amour incompréhensible dont il a aimé. Dans l’Ancien Testament, l’action de grâce était d’abord un acte, une cérémonie. Mais notons aussi que cette action avait pour résultat, la bénédiction de Dieu sur son peuple: « Tu m’élèveras un autel de terre, sur lequel tu offriras tes holocaustes et tes sacrifices d’actions de grâces, tes brebis et tes bœufs. Partout où je rappellerai mon nom, je viendrai à toi, et je te bénirai » (Exode 20 : 24). Or notre offrande à nous c’est Jésus-Christ crucifié – l’agneau de Dieu qui est venu pour accomplir la loi et qui, après s’être offert en sacrifice pour nous qui croyons, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu (Hébreux 10:12). Dès lors, nous exprimons notre reconnaissance à Dieu de ce que Christ, notre souverain sacrificateur a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme [comme celui des anciens israélites], c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle (Hébreux 9:11-12). Non seulement la célébration de ce mystère est grande, mais aussi, elle prend une part importante dans notre prière de pétition en ce sens qu’elle la rend même possible. N’avons-nous pas vu plus haut que c’est par le seul mérite de Jésus-Christ que nous pouvons nous adresser au Père? Ce n’est pas en ajoutant la formule « Au Nom de Jésus » à notre prière que nous réalisons cela mais, c’est plutôt en rendant grâce à Dieu pour le mystère de la croix. Plus encore, Paul ordonne: «…Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus Christ… » (1 Thessaloniciens 5: 18).

La louange quant à elle est l’action de louer Dieu. Le résultat de cette action proclame la gloire, le mérite incomparable propre à Dieu, que nous lui reconnaissons et que nous nous plaisons à célébrer. Pour évoquer la louange, la Bible emploie plusieurs expressions dont « Alléluia » et « Hosanna » par exemple. La louange peut être dite, déclamée, exaltée, chantée, dansée, etc. Elle est souvent accompagnée de musique instrumentale ou de gestes.

Chanter les louanges de Dieu pendant notre prière de pétition est une bonne façon la compléter. Le psalmiste dit : « L’Éternel est grand et très digne de louange, Et sa grandeur est insondable » (Psaumes 145: 3). Et ailleurs il dit: « Toutes tes œuvres te loueront, ô Éternel! Et tes fidèles te béniront. Ils diront la gloire de ton règne, Et ils proclameront ta puissance… » (Psaumes 145: 10-11). L’apôtre Pierre nous rappelle que « Nous sommes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que nous annoncions les vertus de celui qui nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (1 Pierre 2: 9). La louange est donc la raison pour laquelle nous avons été crées. En tant que tel, elle devrait occuper une grande place dans notre vie quotidienne. Louer le Seigneur Dieu est le moyen par excellence de jouir de notre intimité avec Lui. Tout au long de la journée nous pouvons aussi le faire par des expressions aussi simples que: « Béni soit le Seigneur Dieu »; « Alléluia »; « Gloire à Dieu »; « le Seigneur est Amour »; « Dieu est bon et sa miséricorde dure à jamais », etc. En plus de louer et proclamer la grandeur de Dieu, ces expressions témoignent de notre foi en Dieu; notre joie de dépendre d’un Dieu si bon. Paul insiste « …Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur… réjouissez-vous…» (Philippiens 4 :4) ;

L’une des démonstrations de la puissance que Dieu déploie dans la vie de l’homme à cause de la louange, est la victoire sans combattre de Josaphat, roi de Juda sur les Moabites, les Ammonites, et les Maonites. Lorsque ces trois armées marchèrent ensemble contre Josaphat pour lui faire la guerre. Josaphat fut pris de frayeur et il se tourna vers l’Éternel. Il publia ensuite un jeûne et le pays tout entier s’assembla pour invoquer l’Éternel. Josaphat se présenta au milieu de l’assemblée de Juda et de Jérusalem, et face au danger qui les guettait, il dit une prière demandant la protection de Dieu. Alors, l’Esprit de l’Éternel saisit Jachaziel qui dit: « Soyez attentifs, tout Juda et habitants de Jérusalem, et toi, roi Josaphat! Ainsi vous parle l’Éternel: Ne craignez point et ne vous effrayez point devant cette multitude nombreuse, car ce ne sera pas vous qui combattrez, ce sera Dieu ». Le lendemain, lors de leur départ, Josaphat se présenta devant le peuple pour lui rappeler de se confier en l’Éternel. Puis il nomma des chantres qui, revêtus d’ornements sacrés, et marchant devant l’armée, célébraient l’Éternel et disaient : louez l’Éternel car sa miséricorde dure à toujours ! Nous apprenons qu’au moment où le peuple commença les chants et la louange, l’Éternel plaça une embuscade contre les fils d’Ammon et de Moab, et ceux de la montagne de Séir. Et ils furent battus. Il est écrit qu’ils s’aidèrent les uns les autres à se détruire. Et lorsque Juda arriva sur le champ de bataille, il n’y avait que des cadavres étendus à terre. Josaphat et son peuple trouvèrent parmi les cadavres d’abondantes richesses et des objets précieux. Le butin était tellement considérable qu’ils ne purent tout emporter… (lire le récit complet dans 2 Chroniques 20:1-30). Non seulement ils sont rentrés joyeux et libres, mais en plus avec des richesses et des provisions. Ce récit démontre les effets puissants de la louange. Il est dit que c’est au moment où l’on commençait les chants et la louange que l’Éternel plaça une embuscade contre les agresseurs.  

Un autre exemple que nous pouvons citer est la libération miraculeuse de Paul et Silas et la gloire qui s’en était suivi. Parce que Paul libéra une femme possédée par un esprit de python, lui-même et Silas furent battus et jetés en prison, les ceps aux pieds. Plutôt que de se plaindre pour leurs tribulations, Paul et Silas se mirent à prier et à chanter les louanges de Dieu. Tout à coup il se fit un grand tremblement de terre, en sorte que les fondements de la prison furent ébranlés ; au même instant, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les prisonniers furent rompus (Actes 16: 22-26). Pour comprendre l’importance de l’événement, mettons-nous une minute à la place de l’un des prisonniers. Imaginons un de ces prisonniers, écoutant ces deux hommes, qui ont été battus avant d’être jetés en prison les fers aux pieds, prier à haute voix et louer Dieu. Soudain, un tremblement de terre se produisit, rompant ses chaînes de même que ceux des autres prisonniers et ouvrant toutes les portes de la prison. Combien un tel phénomène a-t-il pu marquer ces gens ? Regardons, la réaction immédiate de l’un des hommes qui fut témoin de l’événement en question : Après avoir tenté dans un premier temps de se suicider parce qu’il pensait que les prisonniers s’étaient enfuient, le geôlier, repris par Paul se jeta tout tremblant à ses pieds; Il les fit sortir, et dit: « Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé? » Paul et Silas répondirent: « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé, toi et ta famille » (lire ce récit dans Actes 16: 22-40). Cette nuit-là le geôlier ainsi que tous ceux qui étaient dans sa maison furent sauvés. Pour avoir prié et loué Dieu en dépit de leurs tribulations, Paul et Silas obtinrent de Dieu bien plus que ce qu’ils auraient pu espérer. Tout comme dans des deux récits, la louange comme partie de nos prières, fait bien plus que garantir leur exaucement. La louange nous permet d’obtenir bien au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou penser !

Ci-après d’autres versets illustrent l’importance de l’action de grâce et de la louage:

Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces, Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus Christ. (Philippiens 4 :6-7).
Avancez par ses portes avec reconnaissance ! Entrez dans ses parvis en chantant ses louanges ! Rendez-lui votre hommage bénissez-le. (Psaumes 100 :4)
Délivre-nous, Éternel, notre Dieu ! Rassemble-nous du sein des autres peuples !
Nous te célébrerons, toi qui es saint, et mettrons notre gloire à te louer
. (Psaumes 106 :47)
Et l’on n’entendra plus |parler de violence dans ton pays, de dévastation et de destruction dans tes frontières, et tu appelleras tes murailles « Salut », et tes portes « Louange ». (Ésaïe 60 :18)

5. Priez avec un cœur droit, sans condamnation

Le psalmiste nous fait cette révélation importante : « Si j’avais gardé dans mon cœur des intentions coupables, le Seigneur ne m’aurait pas écouté » (Psaume 66 :18). Le problème n’est pas vraiment de savoir si Dieu répondra à nos prières. il semblerait que l’essentiel pour nous est d’abord d’avoir l’assurance de nous faire entendre de Dieu. L’apôtre Jean dit que lorsque nous savons qu’il [Dieu] nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous avons reçu la pétition que nous demandons (1 Jean 5:15). Or comment pouvons-vous être certain d’avoir été entendu si nous avons une mauvaise conscience ? Si notre cœur nous condamne? Comme beaucoup d’autres réalités spirituelles, le concept de « condamnation » est difficile à appréhender. Essayons pour l’illustrer, de regarder des aspects pratiques pouvant nous amener à identifier ses mécanismes.

Ici le Seigneur Jésus nous dit: « C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses. Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses ». (Marc 11: 24-26). Le verset 25 commence par “et”, la conjonction qui indique l’attachement de ce qui va suivre à ce qui a été dit auparavant, faisant de ces deux parties un tout indissociable. Lorsque vous priez, dit le Seigneur, si vous avez le cœur pris au piège de la rancune, de l’amertume, du ressentiment… vis-à-vis de quelqu’un d’autre, votre prière ne saurait être un parfum de bonne odeur pour Dieu. L’instruction du Seigneur est on ne peut plus claire: « …pardonnez afin que le Père céleste vous pardonne aussi. » Il n’y à rien à négocier. Il ne dit pas de lui demander de vous donner le courage de pardonner. Ni de vous justifier de ce que les autres vous ont fait qui ne vous permettrait pas de pardonner. Il dit: « …pardonnez si vous voulez que le Père céleste vous pardonne aussi. »

Il est difficile, voire impossible, de se tenir dans la présence de Dieu et d’attendre de lui quoique ce soit si notre cœur nous condamne. Ceci est notamment illustré par le récit de la femme adultère rapportée dans l’Évangile de Jean: les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en adultère; et, la plaçant au milieu, ils dirent à Jésus: « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Moïse… nous a ordonné de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu? » Jésus leur dit: « Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle ». Nous savons que quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un… jusqu’aux derniers; et Jésus resta seul avec la femme (récit complet Jean 8:3-11). La conscience de ces gens les avait accusé car, le Seigneur venait d’exposer à la fois les péchés dans leurs cœurs d’une part, mais aussi leur cruauté et manque de pardon vis-à-vis de la femme.

Toutes les fois que le Seigneur Jésus parle de la prière, il parle aussi de la nécessité de pardonner. C’est que la miséricorde et le pardon font partie de la nature de Dieu. Dieu pardonne et il justifie. Sans pardon, il n’y a pas de justification. Or sans justification, il ne peut y avoir faveur de Dieu, selon qu’il est écrit : « L’Éternel est miséricordieux et juste, Notre Dieu est plein de compassion… » (Psaumes 116:5). La miséricorde c’est la pitié qui pousse à pardonner à un coupable, à quelqu’un qui est vaincu ; pardon accordé par pure bonté, sans aucune condition ni obligation préalable (Psaumes 79: 8-9).

Or, il y a souvent dans la démarche de certains pour comprendre et recevoir le pardon de Dieu, une sorte de notion confuse de « mérite » héritée peut-être de l’Ancien Testament. Beaucoup en effet pensent qu’ils sont impardonnables à cause de « ce qu’ils auraient fait ». Récemment je parlais à un collègue de l’amour de Dieu et du fait qu’il pouvait le guérir de sa maladie. Sa réponse a été à peu près ceci : « Je ne mérite pas que tu t’intéresses à ma personne… Tu devrais réserver tes efforts pour ceux qui croient en tes capacités… et Dieu ». D’autres encore pensent que puisqu’ils ne méritent pas le pardon, ils doivent faire quelque chose avant de l’obtenir, se replaçant ainsi sous le principe de la loi de l’Ancienne Alliance. De telles personnes appliquent souvent aux autres ce qu’ils ressentent pour eux-mêmes. D’autres enfin, pensent qu’à cause de leurs œuvres, ils méritent d’être pardonnés, se plaçant en quelque sorte dans une catégorie d’ayant-droit. Cette dernière catégorie relève de l’auto-justification.

Notons et souvenons-nous pour toujours que le pardon de Dieu est un don gratuit, obtenue par l’offrande de Jésus-Christ, comme l’atteste Paul: « …c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie… » (Éphésiens 2:8-9).

Notre amour pour autrui dépend bien souvent de notre propre compréhension de l’amour de Dieu pour nous. Mieux nous comprendrons combien Dieu nous aime et comment il nous a racheté des ténèbres pour nous donner à Jésus-Christ, mieux nous serons capables d’aimer à notre tour les autre. Or, il n’ y a pas d’amour sans pardon: « L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres » (1 Jean 4 : 9-11).

C’est dans la mesure où nous aurons goûté pour nous-mêmes combien le Seigneur nous aime, que nous comprendrons la recommandation de pardonner à ceux qui nous offensent. Réfléchissant à cette question, je réalise à quel point nous avons besoin de progresser dans la réalité du pardon. La pratique du pardon exige un cœur humble et de la compassion. L’instruction du Seigneur est sans ambiguïté : « Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses. Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses » (Marc 11:25-26). Ce texte rappelle que l’une des conditions de la communion avec Dieu, gage de l’exaucement de la prière est le pardon accordé aux autres. L’apôtre Paul dit: « Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ » (Éphésiens 4:32). Il ne s’agit pas seulement de savoir que nous devons pardonner. Il s’agit de prendre la ferme décision dans notre cœur ; une réelle décision de pardonner toujours. Je vais le faire car le cœur qui manque de pardon ne peut avoir une claire conscience devant Dieu. Paul recommande à Timothée de garder la foi et une bonne conscience. Car, dit-il, certains ont perdu cette conscience, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi (1 Timothée 1: 19).

Le Seigneur Jésus pose l’esprit de pardon comme une condition à l’efficacité de nos prières. Il dit : Si vous m’aimez, gardez mes commandements. « Gardez les commandements du Seigneur » ou « Demeurez en lui » c’est « …détacher les chaînes dues à la méchanceté, dénouer les liens de l’esclavage, renvoyer libres ceux qu’on maltraite. Mettre fin aux contraintes de toute sorte… Alors ta lumière jaillira comme l’aurore et ta restauration progressera rapidement, ta justice marchera devant toi et la gloire de l’Éternel sera ton arrière-garde. Alors tu appelleras et l’Éternel répondra, tu crieras et il dira: Me voici! » (Ésaïe 58: 6-9).

D’autres versets à propos de l’importance d’avoir un cœur droit dans la prière:

Mes chers amis, si notre cœur ne nous condamne pas, nous sommes pleins d’assurance devant Dieu. Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable. (1 Jean 3 :21-22)

C’est pourquoi je veux qu’en tout lieu les hommes prient en élevant vers le ciel des mains pures, sans colère ni esprit de dispute. (1 Timothée 2 :8)

Approchons-nous donc de Dieu avec un cœur sincère, avec la pleine assurance que donne la foi, le cœur purifié de toute mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. (Hébreux 10 :22)

Celui qui a les mains innocentes et le cœur pur ; Celui qui ne livre pas son âme au mensonge, Et qui ne jure pas pour tromper. Il obtiendra la bénédiction de l’Éternel, La miséricorde du Dieu de son salut. (Psaume 24)

6. Priez la solution, Demandez tout ce dont vous avez besoin, Croyez que vous avez reçu

6.1. Priez la solution

Tout d’abord, il ne convient donc pas de « prier le problème ». Par « prier le problème », je veux dire sans cesse se rappeler à soi-même ou rappeler à Dieu le problème, ce qui se fait d’ailleurs souvent sur le ton de la lamentation. La complainte n’est pas efficace dans notre conversation avec Dieu. L’Écriture dit que « C’est du fruit de sa bouche que l’homme rassasie son corps, C’est du produit de ses lèvres qu’il se rassasie. La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ; Quiconque l’aime en mangera les fruits. » (Proverbe 18: 20-21). Prier le problème, c’est d’une certaine façon l’exalter. Et, c’est de ce fruit amer [le problème] que vous risquez de vous rassasier.

En revanche, confesser la Parole de Dieu (sa volonté) en rapport avec le problème que vous rencontrez, c’est déclarer la vie. « Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture : Quiconque croit en lui ne sera point confus » (Romains 10: 10-11). C’est en confessant la Parole de Dieu et en la mettant devant le Trône de grâce que nous annihilerons l’adversité que nous rencontrons pour obtenir les promesses. Jésus dit que sa Parole est Esprit et vie.  Nous devrions mémoriser le plus possible des paroles de Christ afin de les confesser face à nos situations et dans nos besoins ; afin de les rappeler à Dieu lorsque nous plaidons notre cause. Elles sont Esprit et Vie !  Elles amènent la présence de l’Esprit de Dieu et rendent la vie à nos situations mortes : « C’est l’esprit qui vivifie… Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie ». (Jean 6 :63).

« …Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle… » (Hébreux 10 :23). La version anglaise King James de la Bible traduit par « Tenir fermement la foi ». Il s’agit de confesser la foi, c’est-à-dire la parole de Dieu en rapport avec notre problème. Or la Parole de Dieu est la volonté de Dieu. Elle est donc notre solution !

Si nous avons la foi au Seigneur Jésus, nos paroles peuvent déplacer des montagnes, c’est-à-dire qu’elles peuvent renverser les problèmes que nous rencontrons, et aussi réaliser ce dont nous avons besoin : « Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : transporte toi d’ici là, et elle se transporterait ; rien ne vous serait impossible » (Matthieu 17: 20). Répétons : il s’agit de « parler aux problèmes » au nom de Jésus ; il ne s’agit pas de « parler des problèmes » à tous ceux qui veulent l’entendre voire à ceux qui ne veulent pas. Cette attitude ne relève pas de la foi. Parle plutôt à tes problèmes de la part du Seigneur, leur répétant ce qu’il a lui-même dit à leur sujet. Comme le faisaient en leur temps les prophètes. Dieu dit, parle à ton problème et dis-lui : « Écoute la parole du Dieu vivant, ainsi parle mon Dieu, le Père de mon Seigneur Jésus Christ, » (Ézéchiel 37: 1-14). Mets à la place des trois points ce que tu auras retenu de la parole de Dieu à propos de ton problème et tu verras que l’Éternel agit conformément à sa parole.

6.2. Demandez tout ce dont vous avez besoin

L’apôtre Jacques dit: « Vous convoitez, et vous n’avez pas. Vous tuez, convoitez et ne pouvez pas obtenir. Vous vous battez et faites la guerre. Vous n’avez pas, parce que vous ne demandez pas » (Jacques 4:2). Vous convoitez, et vous n’avez pas… parce que vous ne demandez pas, dit Jacques. Ce verset démontre s’il en était besoin la nécessité de toujours faire nos requêtes à Dieu. Dieu nous a aimé depuis le commencement et il veut nous donner toute chose. Dans l’Évangile de Matthieu, le Seigneur Jésus dit: « Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe… Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent » (Matthieu 7:7-11).

Il y a dans le livre de Nombres un récit remarquable qui montre bien combien le cœur de Dieu est disposé à nous donner toute bonne chose, à condition que nous le demandions. L’histoire nous apprend que les filles de Tselophchad, dont les noms étaient Machla, Noa, Hogla, Milca et Thirtsa, se présentèrent devant Moïse, en présence du sacrificateur Eléazar, des princes du peuple et lui dirent : « Notre père est mort… il n’était pas au milieu de l’assemblée de ceux qui se révoltèrent contre l’Éternel… mais il est mort… et il n’avait point de fils. Pourquoi le nom de notre père serait-il retranché du milieu de sa famille, parce qu’il n’avait point eu de fils ? Donne-nous une possession parmi les frères de notre père… » Moïse porta la cause devant l’Éternel qui lui répondit en disant : « Les filles de Tselophchad ont raison. Tu leur donneras en héritage une possession parmi les frères de leur père, et c’est à elles que tu feras passer l’héritage de leur père… ». L’Éternel ordonna ce jour-là à Moise de modifier les coutumes des enfants d’Israël en matière de succession. Nous voyons bien que si les filles de Tselophchad n’avaient pas osé demander que l’héritage de leur père leur revienne, contrairement aux coutumes du peuple qui disaient que seuls les enfants mâles pouvaient hériter de leur père, elles ne l’auraient probablement jamais obtenu (Nombres 27: 1-11).

6.3. Croyez que vous avez reçu

Après avoir montré combien il est important de prier pour obtenir la solution et avoir démontrer qu’il nous faut toujours faire à Dieu une requête à propos de nos besoins, nous allons examiner pourquoi il est indispensable de croire que Dieu répond à nos prières pendant que nous prions.

Le Seigneur Jésus dit : « Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir » (Marc 11:23-24). En dépit de leur simplicité, ces versets extraordinaires sont souvent négligés par de très nombreuses personnes. Nous allons tenter de les décortiquer afin d’en prendre la substance.

Dans le verset 24, nous lisons, « …Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu… » Le Seigneur dit ici que celui qui prie doit croire que l’objet de sa prière a été accordé par Dieu, pendant qu’il fait la demande. Or d’aucuns prient et attendent de voir la manifestation de ce qu’ils ont demandé à Dieu avant de dire qu’ils ont reçu. Ceux-là ne pratiquent pas la recommandation que nous venons de voir. D’autres pourraient demander comment croire à ce que l’on n’a pas encore vu ? La réponse à cette dernière question est simple, parce que le Seigneur Jésus nous le dis. Car la foi en Dieu est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de choses qu’on ne voit pas encore (Hébreux 11:1). En réalité, même dans le monde naturel, la confiance que nous pouvons avoir en une personne fonctionne exactement selon le même principe. Nous pouvons mettre notre confiance en une personne qui nous donne sa parole et nous en aller en paix, pensant que la personne ferait exactement ce qu’elle a dit. Dans ce cas, nous n’avons pas encore vu la manifestation de ce que nous attendons. Cependant, nous nous comportons comme si nous l’avions déjà reçu. Combien à bien plus forte raison devrions-nous avoir une pleine confiance en ce que le Seigneur Jésus promet.

Ce n’est donc pas avant la prière, encore moins après la prière qu’il faut croire que nous avons reçu l’objet de notre pétition ; c’est pendant que nous prions que nous recevons. C’est quand nous demandons que nous remercions Dieu de nous avoir donné ce que nous demandons. Témoigner notre gratitude lors même de la demande est en effet une façon de prendre acte que l’on a reçu. D’aucuns diraient : « …je vais continuer de demander jusqu’à ce que Dieu veille bien me donner… ». Ceci n’est pas ce que dit le Seigneur Jésus! Le Seigneur dit, « quand vous demandez en priant, croyez que vous avez reçu, et vous le verrez s’accomplir… ». La réception se fait donc avant la manifestation physique de ce que nous demandons. Pourquoi donc ? Parce que le Seigneur le dit. Quand dois-je croire que j’ai reçu de la part de Dieu? Avant de voir ce que j’ai demandé. Quand verrai-je ce que je demande à Dieu? Après avoir cru que j’ai reçu.

En d’autre mots, si je ne crois pas que j’ai reçu avant la manifestation de ce que j’ai demandé, c’est de l’incrédulité et de la désobéissance. C’est manquer de confiance en ce que Dieu a dit. C’est douter de sa capacité a exécuter ce qu’il arrête. Exerçons-nous à avoir la certitude que nous avons reçu pendant que nous prions.

7. N’abandonnez jamais l’espérance

Avez-vous déjà demandé quelque chose à quelqu’un en vous attendant à ne pas l’obtenir? Si tel est le cas, ceci explique pourquoi vous n’avez pas obtenu.
Si vous avez demandé à Dieu, si vous avez cru que vous avez reçu, alors n’abandonnez pas ce que vous avez reçu. La parole de Dieu dit : « Demandez, et vous recevrez ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et l’on ouvre à celui qui frappe » (Matthieu 7:7-8).

Dieu désire nous donner l’objet de notre demande. A cela il y a une condition essentielle, nous devons demander avec la bonne attitude – dans la foi, en attendant une réponse. Car sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu. Quiconque vient à Dieu doit croire que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. Si telle est notre attitude, Dieu ne nous fera pas défaut. La réponse de Dieu peut ne pas venir selon notre timing personnel ou notre représentation, mais une chose est certaine, elle viendra. Et, si nous l’attendons, nous la reconnaîtrons.

La patience et la persévérance font partie des ingrédients de la foi. Dieu ne nous fait pas défaut, il n’est jamais en retard non plus. Il existe bel et bien un temps du Saint-Esprit : « Encore un peu, un peu de temps : celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas » (Hébreux 10:37). Ce verset parle d’abord de la Seconde Venue de Christ pour conclure le système du monde tel que nous le connaissons aujourd’hui; mais il parle aussi de Christ qui vient pour répondre à nos questions et pourvoir à nos besoins. Il est impossible que Dieu soit en retard. Les sœurs de Lazare, Marie et Marthe avaient dit que Jésus était arrivé trop tard après la mort de leur frère. Elles lui ont dit : « Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort » (Jean 11:21). De même, quand le messager dit à Jaïrus, le chef de la synagogue : « Ta fille est morte ; pourquoi importuner davantage le maître ? » (Marc 5:35) , celui-ci crut un moment que c’était trop tard. Or, dans les deux cas, le Seigneur Jésus que l’on croyait en retard, a démontré qu’il avait le pouvoir de réveiller même ceux qui sont morts.

Souvent, ne voyant pas arriver la réponse selon notre propre scenario, nous pouvons être tenté d’abandonner le combat et de sombrer dans le désespoir, ou encore, de croire que Dieu ne répond pas. L’ennemi essayera tout ce qu’il peut pour nous faire perdre l’espérance pour nous faire quitter le combat de la foi. Mais notre Père est tellement plein d’amour pour Ses enfants que rien ne peut l’empêcher de faire naître, s’il le faut, quelque chose à partir de rien, juste pour nous donner ce que nous lui demandons. Dieu est le rémunérateur de tous ceux qui croient en lui. Gardons l’espérance et nous ne serons pas decu !


[i] Smith Wigglesworth, Ever Increasing Faith, 1924.

La Parole de Dieu donne la santé à tout notre corps

Nous lisons dans Proverbes 4 : 20-22
LSG20Mon fils, sois attentif à mes paroles, Prête l’oreille à mes discours. 21Qu’ils ne s’éloignent pas de tes yeux; Garde-les dans le fond de ton cœur; 22Car c’est la vie pour ceux qui les trouvent, C’est la santé pour tout leur corps.

BDS20Mon fils, sois attentif à mes paroles, prête l’oreille à mes propos, 21ne les perds pas de vue. Garde-les au fond de ton cœur, 22car ils apportent la vie à ceux qui les accueillent, et ils assurent la santé du corps.

La Parole de Dieu donne la santé à la chair de ceux qui la trouvent. La volonté de Dieu est que nous soyons en bonne santé. Cela est possible si nous apprenons à être attentif à sa Parole et à prêter l’oreille à ce qu’il nous dit. C’est donc par la méditation de la Parole de Dieu jour et nuit, sans qu’elle ne s’éloigne de nos yeux et, tout en la gardant au fond de notre Cœur que nous développerons la foi nécessaire non seulement à notre propre guérison mais aussi à la guérison de ceux pour qui nous prierons. Dans cette contribution, nous avons rassemblé plusieurs passages de la Parole de Dieu qui nous apprennent les promesses de Dieu et ses dispositions en rapport avec la guérison de la maladie chez l’homme.

Lis l’ensemble du recueil et trouve les textes qui te paraissent les plus pertinents pour ta situation particulière ou celle des personnes pour lesquelles tu intercèdes et, médite-les jusqu’à ce que ta foi te permette d’en prendre possession. Ainsi que l’Éternel l’avait dit à Zorobabel, ce n’est ni par la puissance [de l’homme] ni par la force [de l’homme], mais c’est par l’Esprit de l’Éternel des armées que tout est possible a celui qui croit.

1. C’est la volonté de Dieu que l’homme soit prospère à tous égards et qu’il soit en bonne santé

Matthieu 6:9-10 « 9…Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié;
10que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
 »

Or, nous savons qu’il n’y a pas de maladie au Ciel. Par conséquent, la volonté de Dieu sur la Terre est que ceux qui sont en lui, soient en bonne santé.

3 Jean 1:2 « 2Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme. »

1 Jean 5:14-15 « 14Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. 15Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée. »

Hébreux 12:12-13 « 12Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis; 13et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse. »

Philippiens 2:13 « 13car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. »

Romains 8:31-32 « 31Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? 32Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui?»

Jacques 1 :17 « 17toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. »

Malachie 3:6 « 6Car je suis l’Éternel, je ne change pas… »

Ésaïe 41 :10 « 10Ne crains rien, car je suis avec toi; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante. »

Deutéronome 7:15 « 15L’Éternel éloignera de toi toute maladie; il ne t’enverra aucune de ces mauvaises maladies d’Égypte qui te sont connues… »

Exode 15:26 « 26Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Égyptiens; car je suis l’Éternel, qui te guérit. »

Jérémie 30:17 « 17Mais je te guérirai, je panserai tes plaies, Dit l’Éternel. Car ils t’appellent la repoussée, Cette Sion dont nul ne prend souci »

Jérémie 33:6 « 6Voici, je lui donnerai la guérison et la santé, je les guérirai, Et je leur ouvrirai une source abondante de paix et de fidélité. »

Deutéronome 30:19-20 « 19J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre: j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité, 20pour aimer l’Éternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix, et pour t’attacher à lui: car de cela dépendent ta vie et la prolongation de tes jours, et c’est ainsi que tu pourras demeurer dans le pays que l’Éternel a juré de donner à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob. »

Lévitique 26:3 et 9 « 3Si vous suivez mes lois, si vous gardez mes commandements et les mettez en pratique…
9Je me tournerai vers vous, je vous rendrai féconds et je vous multiplierai, et je maintiendrai mon alliance avec vous. »

Ésaïe 58:8 « 8Alors ta lumière poindra comme l’aurore, Et ta guérison germera promptement; Ta justice marchera devant toi, Et la gloire de l’Éternel t’accompagnera. »

Genèse 20:17 « 17Abraham pria Dieu, et Dieu guérit Abimélec, sa femme et ses servantes; et elles purent enfanter. »

2 Chroniques 30:20 « 20Et l’Éternel écouta Ézéchias, et guérit le peuple.»

2 Rois 20:5 « 5Retourne, et dis à Ézéchias, prince de mon peuple: Ainsi dit l’Éternel, Dieu de David, ton père: J’ai entendu ta prière, j’ai vu tes larmes; voici, je te guérirai; »

Nombres 23:19 « 19Dieu n’est point un homme pour mentir, Ni fils d’un homme pour se repentir. Ce qu’il a dit, ne le fera-t-il pas? Ce qu’il a déclaré, ne l’exécutera-t-il pas?»

2 Chroniques 6:14 « 14Et il dit: O Éternel, Dieu d’Israël! Il n’y a point de Dieu semblable à toi, dans les cieux et sur la terre: tu gardes l’alliance et la miséricorde envers tes serviteurs qui marchent en ta présence de tout leur cœur! »

2 Chroniques 16:9 « 9Car l’Éternel étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le cœur est tout entier à lui… »

Psaumes 145:8-9 « 8L’Éternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et plein de bonté. 9L’Éternel est bon envers tous, Et ses compassions s’étendent sur toutes ses œuvres. »

Job 37:23 « 23Nous ne saurions parvenir jusqu’au Tout-Puissant, Grand par la force, Par la justice, par le droit souverain: il n’opprime pas! »

Psaumes 67:2 « 2Afin que l’on connaisse sur la terre ta voie, Et parmi toutes les nations ton salut! »

Psaumes 105:37 « 37Puis il les tira dehors avec de l’or et de l’argent, et il n’y eut aucun qui chancelât parmi ses Tribus. »

Psaumes 103:3 « 3C’est lui qui te pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes infirmités; »

Psaumes 147:3 « 3Il guérit ceux qui sont brisés de cœur, et il bande leurs plaies. »

Psaumes 23:1 « 1L’Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. »

Psaumes 30:2 « 2Éternel, mon Dieu! J’ai crié à toi, et tu m’as guéri. »

Psaumes 34:19 « 19Le malheur atteint souvent le juste, Mais l’Éternel l’en délivre toujours. »

Psaumes 41:3 « 3L’Éternel le soutient sur son lit de douleur; Tu le soulages dans toutes ses maladies. »

Psaumes 42:11 « 11Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi? Espère en Dieu, car je le louerai encore; Il est mon salut et mon Dieu. »

Matthieu 7:11 « 11Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. »

2. La guérison divine fait partie du plan de rédemption de Dieu

Ésaïe 53 :4-5 « 4Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. 5Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. »

Matthieu 8 :17 « 17afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies. »

1 Pierre 2 :24 « 24lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris. »

Galates 3 :13-14  « 13Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, – 14afin que la bénédiction d’Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis. »

Colossiens 2 :10 « 10Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. »

Colossiens 2 :15 « 15il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. »

Hébreux 9 :12 « 12et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. »

Éphésiens 5 :30 « 30parce que nous sommes membres de son corps. »

1 Thessaloniciens 5 :23 « 23Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! »

Osée 13 :14 « 14Je les rachèterai de la puissance du séjour des morts, Je les délivrerai de la mort. O mort, où est ta peste? Séjour des morts, où est ta destruction? Mais le repentir se dérobe à mes regards!

Exode 20 :12 « 12Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne. »

Deutéronome 5 :33 « 33Vous suivrez entièrement la voie que l’Éternel, votre Dieu, vous a prescrite, afin que vous viviez et que vous soyez heureux, afin que vous prolongiez vos jours dans le pays dont vous aurez la possession. »

Deutéronome 11 :21 « 21Et alors vos jours et les jours de vos enfants, dans le pays que l’Éternel a juré à vos pères de leur donner, seront aussi nombreux que les jours des cieux le seront au-dessus de la terre. »

1 Chroniques 29 :28 « 28Il mourut dans une heureuse vieillesse, rassasié de jours, de richesse et de gloire. Et Salomon, son fils, régna à sa place.

Job 5 :26 « 26Tu entreras au sépulcre dans la vieillesse, Comme on emporte une gerbe en son temps. »

Psaumes 90:10 « 10Les jours de nos années s’élèvent à soixante-dix ans, Et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans; Et l’orgueil qu’ils en tirent n’est que peine et misère, Car il passe vite, et nous nous envolons. »

Psaumes 91 :10-15 « 10Aucun malheur ne t’arrivera, Aucun fléau n’approchera de ta tente.
11Car il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies;
12Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.
13Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, Tu fouleras le lionceau et le dragon.
14Puisqu’il m’aime, je le délivrerai; Je le protégerai, puisqu’il connaît mon nom.
15Il m’invoquera, et je lui répondrai; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai. »

Proverbes 3 :1-2 « 1Mon fils, n’oublie pas mes enseignements, Et que ton cœur garde mes préceptes; 2Car ils prolongeront les jours et les années de ta vie, Et ils augmenteront ta paix. »

Proverbes 9 :11 « 11C’est par moi que tes jours se multiplieront, Et que les années de ta vie augmenteront. »

Ecclésiastes 7 :17 « 17Ne sois pas méchant à l’excès, et ne sois pas insensé: pourquoi mourrais-tu avant ton temps? »

Ésaïe 40 :31 « 31Mais ceux qui se confient en l’Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point. »

Ésaïe 65 :22 « 22Ils ne bâtiront pas des maisons pour qu’un autre les habite, Ils ne planteront pas des vignes pour qu’un autre en mange le fruit; Car les jours de mon peuple seront comme les jours des arbres, Et mes élus jouiront de l’œuvre de leurs mains. »

Éphésiens 6 :1-3 « 1Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. 2Honore ton père et ta mère c’est le premier commandement avec une promesse, 3afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. »

3. La volonté de Dieu est que les hommes aient une longue vie

La vie et le ministère de Jésus témoignent de la volonté de Dieu de guérir l’homme de ses maladies

Matthieu 4 :23-24  « 23Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.
24Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de diverses genres, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques; et il les guérissait. »

Matthieu 8 :2-3 « 2Et voici, un lépreux s’étant approché se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur. 3Jésus étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre.  »

Matthieu 8 : 5-10 et 13 « 5Comme Jésus entrait dans Capernaüm, un centenier l’aborda, le priant 6et disant: Seigneur, mon serviteur est couché à la maison, atteint de paralysie et souffrant beaucoup. 7Jésus lui dit: J’irai, et je le guérirai. 8Le centenier répondit: Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit; mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri. 9Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j’ai des soldats sous mes ordres; et je dis à l’un: Va! et il va; à l’autre: Viens! et il vient; et à mon serviteur: Fais cela! et il le fait. 10Après l’avoir entendu, Jésus fut dans l’étonnement, et il dit à ceux qui le suivaient: Je vous le dis en vérité, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi… 13Puis Jésus dit au centenier: Va, qu’il te soit fait selon ta foi. Et à l’heure même le serviteur fut guéri.  »

Matthieu 8 :14-17 « 14Jésus se rendit ensuite à la maison de Pierre, dont il vit la belle-mère couchée et ayant la fièvre. 15Il toucha sa main, et la fièvre la quitta; puis elle se leva, et le servit. 16Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, 17afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies.  »

Matthieu 9 : 20-22 « 20Et voici, une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans s’approcha par derrière, et toucha le bord de son vêtement. 21Car elle disait en elle-même: Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie. 22Jésus se retourna, et dit, en la voyant: Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie. Et cette femme fut guérie à l’heure même.  »

Matthieu 9 :27-36 « 27Etant parti de là, Jésus fut suivi par deux aveugles, qui criaient: Aie pitié de nous, Fils de David! 28Lorsqu’il fut arrivé à la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit: Croyez-vous que je puisse faire cela? Oui, Seigneur, lui répondirent-ils. 29Alors il leur toucha les yeux, en disant: Qu’il vous soit fait selon votre foi. 30Et leurs yeux s’ouvrirent. Jésus leur fit cette recommandation sévère: Prenez garde que personne ne le sache. 31Mais, dès qu’ils furent sortis, ils répandirent sa renommée dans tout le pays.
32Comme ils s’en allaient, voici, on amena à Jésus un démoniaque muet. 33Le démon ayant été chassé, le muet parla. Et la foule étonnée disait: Jamais pareille chose ne s’est vue en Israël. 34Mais les pharisiens dirent: C’est par le prince des démons qu’il chasse les démons.
35Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité.
36Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger. »

Matthieu 11 :28-30 « 28Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. 30Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.  »

Matthieu 13 :15 « 15Car le cœur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, Qu’ils ne comprennent de leur cœur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse.  »

Matthieu 14 :13-14 « 13A cette nouvelle, Jésus partit de là dans une barque, pour se retirer à l’écart dans un lieu désert; et la foule, l’ayant su, sortit des villes et le suivit à pied. 14Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades. »

Matthieu 14 :34-36 « 34Après avoir traversé la mer, ils vinrent dans le pays de Génésareth. 35Les gens de ce lieu, ayant reconnu Jésus, envoyèrent des messagers dans tous les environs, et on lui amena tous les malades. 36Ils le prièrent de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchèrent furent guéris. »

Matthieu 15 :29-31 « 29Jésus quitta ces lieux, et vint près de la mer de Galilée. Étant monté sur la montagne, il s’y assit. 30Alors s’approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit; 31en sorte que la foule était dans l’admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient; et elle glorifiait le Dieu d’Israël.

Marc 5 :1-43 « 1Ils arrivèrent à l’autre bord de la mer, dans le pays des Gadaréniens. 2Aussitôt que Jésus fut hors de la barque, il vint au-devant de lui un homme, sortant des sépulcres, et possédé d’un esprit impur. 3Cet homme avait sa demeure dans les sépulcres, et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne. 4Car souvent il avait eu les fers aux pieds et avait été lié de chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les fers, et personne n’avait la force de le dompter. 5Il était sans cesse, nuit et jour, dans les sépulcres et sur les montagnes, criant, et se meurtrissant avec des pierres. 6Ayant vu Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui, 7et s’écria d’une voix forte: Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut? Je t’en conjure au nom de Dieu, ne me tourmente pas. 8Car Jésus lui disait: Sors de cet homme, esprit impur! 9Et, il lui demanda: Quel est ton nom? Légion est mon nom, lui répondit-il, car nous sommes plusieurs. 10Et il le priait instamment de ne pas les envoyer hors du pays. 11Il y avait là, vers la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissaient. 12Et les démons le prièrent, disant: Envoie-nous dans ces pourceaux, afin que nous entrions en eux. 13Il le leur permit. Et les esprits impurs sortirent, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita des pentes escarpées dans la mer: il y en avait environ deux mille, et ils se noyèrent dans la mer.
14Ceux qui les faisaient paître s’enfuirent, et répandirent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. Les gens allèrent voir ce qui était arrivé. 15Ils vinrent auprès de Jésus, et ils virent le démoniaque, celui qui avait eu la légion, assis, vêtu, et dans son bon sens; et ils furent saisis de frayeur. 16Ceux qui avaient vu ce qui s’était passé leur racontèrent ce qui était arrivé au démoniaque et aux pourceaux. 17Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire. 18Comme il montait dans la barque, celui qui avait été démoniaque lui demanda la permission de rester avec lui. 19Jésus ne le lui permit pas, mais il lui dit: Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t’a fait, et comment il a eu pitié de toi. 20Il s’en alla, et se mit à publier dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui. Et tous furent dans l’étonnement.
21Jésus dans la barque regagna l’autre rive, où une grande foule s’assembla près de lui. Il était au bord de la mer. 22Alors vint un des chefs de la synagogue, nommé Jaïrus, qui, l’ayant aperçu, se jeta à ses pieds, 23et lui adressa cette instante prière: Ma petite fille est à l’extrémité, viens, impose-lui les mains, afin qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. 24Jésus s’en alla avec lui. Et une grande foule le suivait et le pressait.
25Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans. 26Elle avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins, elle avait dépensé tout ce qu’elle possédait, et elle n’avait éprouvé aucun soulagement, mais était allée plutôt en empirant. 27Ayant entendu parler de Jésus, elle vint dans la foule par derrière, et toucha son vêtement. 28Car elle disait: Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie. 29Au même instant la perte de sang s’arrêta, et elle sentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal. 30Jésus connut aussitôt en lui-même qu’une force était sortie de lui; et, se retournant au milieu de la foule, il dit: Qui a touché mes vêtements? 31Ses disciples lui dirent: Tu vois la foule qui te presse, et tu dis: Qui m’a touché? 32Et il regardait autour de lui, pour voir celle qui avait fait cela. 33La femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui s’était passé en elle, vint se jeter à ses pieds, et lui dit toute la vérité. 34Mais Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix, et sois guérie de ton mal.
35Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent: Ta fille est morte; pourquoi importuner davantage le maître? 36Mais Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement. 37Et il ne permit à personne de l’accompagner, si ce n’est à Pierre, à Jacques, et à Jean, frère de Jacques. 38Ils arrivèrent à la maison du chef de la synagogue, où Jésus vit une foule bruyante et des gens qui pleuraient et poussaient de grands cris. 39Il entra, et leur dit: Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort. 40Et ils se moquaient de lui. Alors, ayant fait sortir tout le monde, il prit avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui l’avaient accompagné, et il entra là où était l’enfant. 41Il la saisit par la main, et lui dit: Talitha koumi, ce qui signifie: Jeune fille, lève-toi, je te le dis. 42Aussitôt la jeune fille se leva, et se mit à marcher; car elle avait douze ans. Et ils furent dans un grand étonnement. 43Jésus leur adressa de fortes recommandations, pour que personne ne sût la chose; et il dit qu’on donnât à manger à la jeune fille.  »

Marc 6 :53-56 « 53Après avoir traversé la mer, ils vinrent dans le pays de Génésareth, et ils abordèrent. 54Quand ils furent sortis de la barque, les gens, ayant aussitôt reconnu Jésus, 55parcoururent tous les environs, et l’on se mit à apporter les malades sur des lits, partout où l’on apprenait qu’il était. 56En quelque lieu qu’il arrivât, dans les villages, dans les villes ou dans les campagnes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le priait de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchaient étaient guéris.  »

Marc 7 :25-37 « 25Car une femme, dont la fille était possédée d’un esprit impur, entendit parler de lui, et vint se jeter à ses pieds. 26Cette femme était grecque, syro-phénicienne d’origine. Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille. 27Jésus lui dit: Laisse d’abord les enfants se rassasier; car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. 28Oui, Seigneur, lui répondit-elle, mais les petits chiens, sous la table, mangent les miettes des enfants. 29Alors il lui dit: à cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille. 30Et, quand elle rentra dans sa maison, elle trouva l’enfant couchée sur le lit, le démon étant sorti.
31Jésus quitta le territoire de Tyr, et revint par Sidon vers la mer de Galilée, en traversant le pays de la Décapole. 32On lui amena un sourd, qui avait de la difficulté à parler, et on le pria de lui imposer les mains. 33Il le prit à part loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et lui toucha la langue avec sa propre salive; 34puis, levant les yeux au ciel, il soupira, et dit: Ephphatha, c’est-à-dire, ouvre-toi. 35Aussitôt ses oreilles s’ouvrirent, sa langue se délia, et il parla très bien. 36Jésus leur recommanda de n’en parler à personne; mais plus il le leur recommanda, plus ils le publièrent. 37Ils étaient dans le plus grand étonnement, et disaient: Il fait tout à merveille; même il fait entendre les sourds, et parler les muets.  »

Marc 9 :17-29 « 17Et un homme de la foule lui répondit: Maître, j’ai amené auprès de toi mon fils, qui est possédé d’un esprit muet. 18En quelque lieu qu’il le saisisse, il le jette par terre; l’enfant écume, grince des dents, et devient tout raide. J’ai prié tes disciples de chasser l’esprit, et ils n’ont pas pu. 19Race incrédule, leur dit Jésus, jusques à quand serai-je avec vous? Jusques à quand vous supporterai-je? Amenez-le-moi. 20On le lui amena. Et aussitôt que l’enfant vit Jésus, l’esprit l’agita avec violence; il tomba par terre, et se roulait en écumant. 21Jésus demanda au père: Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive? Depuis son enfance, répondit-il. 22Et souvent l’esprit l’a jeté dans le feu et dans l’eau pour le faire périr. Mais, si tu peux quelque chose, viens à notre secours, aie compassion de nous. 23Jésus lui dit: Si tu peux!… Tout est possible à celui qui croit. 24Aussitôt le père de l’enfant s’écria: Je crois! Viens au secours de mon incrédulité! 25Jésus, voyant accourir la foule, menaça l’esprit impur, et lui dit: Esprit muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant, et n’y rentre plus. 26Et il sortit, en poussant des cris, et en l’agitant avec une grande violence. L’enfant devint comme mort, de sorte que plusieurs disaient qu’il était mort. 27Mais Jésus, l’ayant pris par la main, le fit lever. Et il se tint debout. 28Quand Jésus fut entré dans la maison, ses disciples lui demandèrent en particulier: Pourquoi n’avons-nous pu chasser cet esprit? 29Il leur dit: Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière.

Luc 4 :16-21 « 16Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, 17et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit:
18L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés,
19Pour publier une année de grâce du Seigneur. 20Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. 21Alors il commença à leur dire: Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie

Luc 4 :33-36 et 40-44 « 33Il se trouva dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et qui s’écria d’une voix forte: 34Ah! Qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es: le Saint de Dieu. 35Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon le jeta au milieu de l’assemblée, et sortit de lui, sans lui faire aucun mal. 36Tous furent saisis de stupeur, et ils se disaient les uns aux autres: Quelle est cette parole? Il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent!
40Après le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d’eux, et il les guérit. 41Des démons aussi sortirent de beaucoup de personnes, en criant et en disant: Tu es le Fils de Dieu. Mais il les menaçait et ne leur permettait pas de parler, parce qu’ils savaient qu’il était le Christ.
42Dès que le jour parut, il sortit et alla dans un lieu désert. Une foule de gens se mirent à sa recherche, et arrivèrent jusqu’à lui; ils voulaient le retenir, afin qu’il ne les quittât point. 43Mais il leur dit: Il faut aussi que j’annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu; car c’est pour cela que j’ai été envoyé.
44Et il prêchait dans les synagogues de la Galilée.  »

Luc 6 :6-10 « 6Il arriva, un autre jour de sabbat, que Jésus entra dans la synagogue, et qu’il enseignait. Il s’y trouvait un homme dont la main droite était sèche. 7Les scribes et les pharisiens observaient Jésus, pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat: c’était afin d’avoir sujet de l’accuser. 8Mais il connaissait leurs pensées, et il dit à l’homme qui avait la main sèche: Lève-toi, et tiens-toi là au milieu. Il se leva, et se tint debout. 9Et Jésus leur dit: Je vous demande s’il est permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver une personne ou de la tuer. 10Alors, promenant ses regards sur eux tous, il dit à l’homme: Étends ta main. Il le fit, et sa main fut guérie.  »

Luc 6 :17-19 « 17Il descendit avec eux, et s’arrêta sur un plateau, où se trouvaient une foule de ses disciples et une multitude de peuple de toute la Judée, de Jérusalem, et de la contrée maritime de Tyr et de Sidon. Ils étaient venus pour l’entendre, et pour être guéris de leurs maladies. 18Ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs étaient guéris. 19Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous.  »

Luc 13 :11-17 « 11Et voici, il y avait là une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser. 12Lorsqu’il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit: Femme, tu es délivrée de ton infirmité. 13Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa, et glorifia Dieu. 14Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule: Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. 15Hypocrites! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire? 16Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat? 17Tandis qu’il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu’il faisait.  »

Jean 5 :2-14 « 2Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. 3Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau; 4car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie. 5Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. 6Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit: Veux-tu être guéri? 7Le malade lui répondit: Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. 8Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. 9Aussitôt cet homme fut guéri; il prit son lit, et marcha. C’était un jour de sabbat. 10Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri: C’est le sabbat; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. 11Il leur répondit: Celui qui m’a guéri m’a dit: Prends ton lit, et marche. 12Ils lui demandèrent: Qui est l’homme qui t’a dit: Prends ton lit, et marche? 13Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu. 14Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit: Voici, tu as été guéri; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire »

Jean 9 :1-7 « 1Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. 2Ses disciples lui firent cette question: Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle? 3Jésus répondit: Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. 4Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. 5Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. 6Après avoir dit cela, il cracha à terre, et fit de la boue avec sa salive. Puis il appliqua cette boue sur les yeux de l’aveugle, 7et lui dit: Va, et lave-toi au réservoir de Siloé nom qui signifie envoyé). Il y alla, se lava, et s’en retourna voyant clair.  »

Jean 10 :10 « 10Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.  »

Actes 10 :38 « 38vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui »

Hébreux 13 :8 « 8Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement.  »

1 Jean 3 :8 « 8Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable.  »

Matthieu 10 :1 « 1Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité.  »

Marc 16 :15-20 « 15Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. 17Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; 18ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.  »
« 
19Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s’assit à la droite de Dieu. 20Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient.  »

Jean 14 :12-15 « 12En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père; 13et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 14Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.
15Si vous m’aimez, gardez mes commandements.  »

Actes 6 :8 « 8Etienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple.  »

Actes 8 :6-7 « 6Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu’elles apprirent et virent les miracles qu’il faisait. 7Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris.  »

Actes 9 :33-34 « 33Il y trouva un homme nommé Enée, couché sur un lit depuis huit ans, et paralytique. 34Pierre lui dit: Enée, Jésus-Christ te guérit; lève-toi, et arrange ton lit. Et aussitôt il se leva.  »

Actes 14 :8-10 « 8A Lystre, se tenait assis un homme impotent des pieds, boiteux de naissance, et qui n’avait jamais marché. 9Il écoutait parler Paul. Et Paul, fixant les regards sur lui et voyant qu’il avait la foi pour être guéri, 10dit d’une voix forte: Lève-toi droit sur tes pieds. Et il se leva d’un bond et marcha.  »

Actes 19 :11-12 « 11Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, 12au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient.  »

Jacques 5 :14-16 « 14Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur; 15la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné. 16Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace.  »

Malachie 4 :2 « 2Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera Le soleil de la justice, Et la guérison sera sous ses ailes; Vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d’une étable,  »

Hébreux 1 :1-4 « 1Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, 2dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, 3et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, 4devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur. »

Philippiens 2 :8-10 « 8et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. 9C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 10afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. »

Éphésiens 1 :16-23 « 16je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, 17afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, 18et qu’il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints, 19et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. 20Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, 21au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. 22Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église, 23qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. »

Jean 16 :23-24 « 23En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. 24Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. »

Marc 16 :15-18 « 15Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. 17Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; 18ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. »

Jean 14 :13-14 « 13Vous m’appelez Maître et Seigneur; et vous dites bien, car je le suis. 14Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres; »

Actes 3 :1-16 « 1Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l’heure de la prière: c’était la neuvième heure. 2Il y avait un homme boiteux de naissance, qu’on portait et qu’on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu’il demandât l’aumône à ceux qui entraient dans le temple. 3Cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l’aumône. 4Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit: Regarde-nous. 5Et il les regardait attentivement, s’attendant à recevoir d’eux quelque chose. 6Alors Pierre lui dit: Je n’ai ni argent, ni or; mais ce que j’ai, je te le donne: au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche. 7Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes; 8d’un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu. 9Tout le monde le vit marchant et louant Dieu. 10Ils reconnaissaient que c’était celui qui était assis à la Belle porte du temple pour demander l’aumône, et ils furent remplis d’étonnement et de surprise au sujet de ce qui lui était arrivé.
11Comme il ne quittait pas Pierre et Jean, tout le peuple étonné accourut vers eux, au portique dit de Salomon. 12Pierre, voyant cela, dit au peuple: Hommes Israélites, pourquoi vous étonnez-vous de cela? Pourquoi avez-vous les regards fixés sur nous, comme si c’était par notre propre puissance ou par notre piété que nous eussions fait marcher cet homme? 13Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, que vous avez livré et renié devant Pilate, qui était d’avis qu’on le relâchât. 14Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accordât la grâce d’un meurtrier. 15Vous avez fait mourir le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts; nous en sommes témoins. 16C’est par la foi en son nom que son nom a raffermi celui que vous voyez et connaissez; c’est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en présence de vous tous. »

Actes 4 :1-30 « 1Tandis que Pierre et Jean parlaient au peuple, survinrent les sacrificateurs, le commandant du temple, et les sadducéens, 2mécontents de ce qu’ils enseignaient le peuple, et annonçaient en la personne de Jésus la résurrection des morts. 3Ils mirent les mains sur eux, et ils les jetèrent en prison jusqu’au lendemain; car c’était déjà le soir. 4Cependant, beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent, et le nombre des hommes s’éleva à environ cinq mille.
5Le lendemain, les chefs du peuple, les anciens et les scribes, 6s’assemblèrent à Jérusalem, avec Anne, le souverain sacrificateur, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui étaient de la race des principaux sacrificateurs. 7Ils firent placer au milieu d’eux Pierre et Jean, et leur demandèrent: Par quel pouvoir, ou au nom de qui avez-vous fait cela? 8Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit: Chefs du peuple, et anciens d’Israël, 9puisque nous sommes interrogés aujourd’hui sur un bienfait accordé à un homme malade, afin que nous disions comment il a été guéri, 10sachez-le tous, et que tout le peuple d’Israël le sache! C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous. 11Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle. 12Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.
13Lorsqu’ils virent l’assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, sachant que c’étaient des hommes du peuple sans instruction; et ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus. 14Mais comme ils voyaient là près d’eux l’homme qui avait été guéri, ils n’avaient rien à répliquer. 15Ils leur ordonnèrent de sortir du sanhédrin, et ils délibérèrent entre eux, 16disant: Que ferons-nous à ces hommes? Car il est manifeste pour tous les habitants de Jérusalem qu’un miracle signalé a été accompli par eux, et nous ne pouvons pas le nier. 17Mais, afin que la chose ne se répande pas davantage parmi le peuple, défendons-leur avec menaces de parler désormais à qui que ce soit en ce nom-là. 18Et les ayant appelés, ils leur défendirent absolument de parler et d’enseigner au nom de Jésus. 19Pierre et Jean leur répondirent: Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu; 20car nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu. 21Ils leur firent de nouvelles menaces, et les relâchèrent, ne sachant comment les punir, à cause du peuple, parce que tous glorifiaient Dieu de ce qui était arrivé. 22Car l’homme qui avait été l’objet de cette guérison miraculeuse était âgé de plus de quarante ans.
23Après avoir été relâchés, ils allèrent vers les leurs, et racontèrent tout ce que les principaux sacrificateurs et les anciens leur avaient dit. 24Lorsqu’ils l’eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, et dirent: Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve,
25c’est toi qui as dit par le Saint-Esprit, par la bouche de notre père, ton serviteur David: Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Et ces vaines pensées parmi les peuples?
26Les rois de la terre se sont soulevés, Et les princes se sont ligués Contre le Seigneur et contre son Oint.
27En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d’Israël, 28pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d’avance. 29Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d’annoncer ta parole avec une pleine assurance, 30en étendant ta main, pour qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus. »

Matthieu 18 :19 « 19Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. 20Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. »

Marc 11 :22-26 « 22Jésus prit la parole, et leur dit: Ayez foi en Dieu. 23Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. 24C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. 25Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses. 26Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. »

Romain 4 :17 et 19-21 « 17selon qu’il est écrit: Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient… 19Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants. 20Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, 21et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir. »

Romains 10 :17 « 17Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. »

1 Timothée 6 :12 « 12Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d’un grand nombre de témoins. »

Hébreux 11 :1 « 1Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. 2Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable. »

Hébreux 11 :6 « 6Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. »

1 Jean 5 :4-5 « 4parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi.
5Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? »

1 Corinthiens 3 :16 « 16Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous? 17Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes. »

Romains 8 :2 « 2En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. »

1 Jean 4 :4 « 4Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. »

Romains 8 :11 « 11Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. »

Philippiens 2 :13 « 13car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. »

Jacques 4 :7-10 « 7Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. 8Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus. 9Sentez votre misère; soyez dans le deuil et dans les larmes; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse. 10Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. »

2 Timothée 1 :7 « 7Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. »

Hébreux 2 :14-15 « 14Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable, 15et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude. »

Romains 6 :14 « 14Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. »

Matthieu 4 :4 « 4Jésus répondit: Il est écrit: L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »

Matthieu 8 :16 « 16Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, »

Jean 1 :1 et 14 « 1Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu… 14Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. »

Jean 15 :7 « 7Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. »

Psaumes 107 :20 « 20Il envoya sa parole et les guérit, Il les fit échapper de la fosse. »

Esaïe 55 :11 « 11Ainsi sera ma parole qui sera sortie de ma bouche, elle ne retournera point vers moi sans effet, mais elle fera tout ce en quoi j’aurai pris plaisir, et prospérera dans les choses pour lesquelles je l’aurai envoyée. »

Hébreux 4 :14-16 « 14Puis donc que nous avons un souverain et grand Sacrificateur, Jésus Fils de Dieu, qui est entré dans les Cieux, tenons ferme [notre] profession. 15Car nous n’avons pas un souverain Sacrificateur qui ne puisse avoir compassion de nos infirmités, mais [nous avons celui] qui a été tenté comme nous en toutes choses, excepté le péché. 16Allons donc avec assurance au trône de la Grâce; afin que nous obtenions miséricorde, et que nous trouvions grâce, pour être aidés dans le besoin. »

Hébreux 10 :23 « 23Retenons la profession de notre espérance sans varier, car celui qui [nous] a fait les promesses, est fidèle. »

Hébreux 10 :35-36 « 35Ne perdez point cette fermeté que vous avez fait paraître, et qui sera bien récompensée. 36Parce que vous avez besoin de patience, afin qu’après avoir fait la volonté de Dieu, vous receviez [l’effet de sa] promesse. »

Philémon 1 :6 « 6Afin que la communication de ta foi montre son efficace, en se faisant connaître par tout le bien qui est en vous par Jésus-Christ. »

Révélations 12 :11 « 11Et ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau, et à cause de la parole de leur témoignage… »

Jean 3 :10 « 10Jésus répondit, et lui dit : tu es Docteur d’Israël, et tu ne connais point ces choses! »

Deutéronome 28 « 1Si tu obéis à la voix de l’Éternel, ton Dieu, en observant et en mettant en pratique tous ses commandements que je te prescris aujourd’hui, l’Éternel, ton Dieu, te donnera la supériorité sur toutes les nations de la terre. 2Voici toutes les bénédictions qui se répandront sur toi et qui seront ton partage, lorsque tu obéiras à la voix de l’Éternel, ton Dieu:
3Tu seras béni dans la ville, et tu seras béni dans les champs.
4Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, le fruit de tes troupeaux, les portées de ton gros et de ton menu bétail, toutes ces choses seront bénies.
5Ta corbeille et ta huche seront bénies.
6Tu seras béni à ton arrivée, et tu seras béni à ton départ.
7L’Eternel te donnera la victoire sur tes ennemis qui s’élèveront contre toi; ils sortiront contre toi par un seul chemin, et ils s’enfuiront devant toi par sept chemins. 8L’Eternel ordonnera à la bénédiction d’être avec toi dans tes greniers et dans toutes tes entreprises. Il te bénira dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne. 9Tu seras pour l’Éternel un peuple saint, comme il te l’a juré, lorsque tu observeras les commandements de l’Éternel, ton Dieu, et que tu marcheras dans ses voies. 10Tous les peuples verront que tu es appelé du nom de l’Éternel, et ils te craindront. 11L’Eternel te comblera de biens, en multipliant le fruit de tes entrailles, le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol, dans le pays que l’Éternel a juré à tes pères de te donner. 12L’Eternel t’ouvrira son bon trésor, le ciel, pour envoyer à ton pays la pluie en son temps et pour bénir tout le travail de tes mains; tu prêteras à beaucoup de nations, et tu n’emprunteras point. 13L’Eternel fera de toi la tête et non la queue, tu seras toujours en haut et tu ne seras jamais en bas, lorsque tu obéiras aux commandements de l’Éternel, ton Dieu, que je te prescris aujourd’hui, lorsque tu les observeras et les mettras en pratique, 14et que tu ne te détourneras ni à droite ni à gauche de tous les commandements que je vous donne aujourd’hui, pour aller après d’autres dieux et pour les servir.
15Mais si tu n’obéis point à la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage:
16Tu seras maudit dans la ville, et tu seras maudit dans les champs.
17Ta corbeille et ta huche seront maudites.
18Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, les portées de ton gros et de ton menu bétail, toutes ces choses seront maudites.
19Tu seras maudit à ton arrivée, et tu seras maudit à ton départ.
20L’Eternel enverra contre toi la malédiction, le trouble et la menace, au milieu de toutes les entreprises que tu feras, jusqu’à ce que tu sois détruit, jusqu’à ce que tu périsses promptement, à cause de la méchanceté de tes actions, qui t’aura porté à m’abandonner. 21L’Eternel attachera à toi la peste, jusqu’à ce qu’elle te consume dans le pays dont tu vas entrer en possession. 22L’Eternel te frappera de consomption, de fièvre, d’inflammation, de chaleur brûlante, de dessèchement, de jaunisse et de gangrène, qui te poursuivront jusqu’à ce que tu périsses. 23Le ciel sur ta tête sera d’airain, et la terre sous toi sera de fer. 24L’Eternel enverra pour pluie à ton pays de la poussière et de la poudre; il en descendra du ciel sur toi jusqu’à ce que tu sois détruit.
25L’Eternel te fera battre par tes ennemis; tu sortiras contre eux par un seul chemin, et tu t’enfuiras devant eux par sept chemins; et tu seras un objet d’effroi pour tous les royaumes de la terre. 26Ton cadavre sera la pâture de tous les oiseaux du ciel et des bêtes de la terre; et il n’y aura personne pour les troubler.
27L’Eternel te frappera de l’ulcère d’Égypte, d’hémorroïdes, de gale et de teigne, dont tu ne pourras guérir. 28L’Eternel te frappera de délire, d’aveuglement, d’égarement d’esprit, 29et tu tâtonneras en plein midi comme l’aveugle dans l’obscurité, tu n’auras point de succès dans tes entreprises, et tu seras tous les jours opprimé, dépouillé, et il n’y aura personne pour venir à ton secours. 30Tu auras une fiancée, et un autre homme couchera avec elle; tu bâtiras une maison, et tu ne l’habiteras pas; tu planteras une vigne, et tu n’en jouiras pas. 31Ton bœuf sera égorgé sous tes yeux, et tu n’en mangeras pas; ton âne sera enlevé devant toi, et on ne te le rendra pas; tes brebis seront données à tes ennemis, et il n’y aura personne pour venir à ton secours. 32Tes fils et tes filles seront livrés à un autre peuple, tes yeux le verront et languiront tout le jour après eux, et ta main sera sans force. 33Un peuple que tu n’auras point connu mangera le fruit de ton sol et tout le produit de ton travail, et tu seras tous les jours opprimé et écrasé. 34Le spectacle que tu auras sous les yeux te jettera dans le délire. 35L’Eternel te frappera aux genoux et aux cuisses d’un ulcère malin dont tu ne pourras guérir, il te frappera depuis la plante du pied jusqu’au sommet de la tête. 36L’Eternel te fera marcher, toi et ton roi que tu auras établi sur toi, vers une nation que tu n’auras point connue, ni toi ni tes pères. Et là, tu serviras d’autres dieux, du bois et de la pierre. 37Et tu seras un sujet d’étonnement, de sarcasme et de raillerie, parmi tous les peuples chez qui l’Éternel te mènera.
38Tu transporteras sur ton champ beaucoup de semence; et tu feras une faible récolte, car les sauterelles la dévoreront. 39Tu planteras des vignes et tu les cultiveras; et tu ne boiras pas de vin et tu ne feras pas de récolte, car les vers la mangeront. 40Tu auras des oliviers dans toute l’étendue de ton pays; et tu ne t’oindras pas d’huile, car tes olives tomberont. 41Tu engendreras des fils et des filles; et ils ne seront pas à toi, car ils iront en captivité. 42Les insectes prendront possession de tous tes arbres et du fruit de ton sol. 43L’étranger qui sera au milieu de toi s’élèvera toujours plus au-dessus de toi, et toi, tu descendras toujours plus bas; 44il te prêtera, et tu ne lui prêteras pas; il sera la tête, et tu seras la queue.

45Toutes ces malédictions viendront sur toi, elles te poursuivront et seront ton partage jusqu’à ce que tu sois détruit, parce que tu n’auras pas obéi à la voix de l’Éternel, ton Dieu, parce que tu n’auras pas observé ses commandements et ses lois qu’il te prescrit. 46Elles seront à jamais pour toi et pour tes descendants comme des signes et des prodiges.
47Pour n’avoir pas, au milieu de l’abondance de toutes choses, servi l’Éternel, ton Dieu, avec joie et de bon cœur, 48tu serviras, au milieu de la faim, de la soif, de la nudité et de la disette de toutes choses, tes ennemis que l’Éternel enverra contre toi. Il mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu’à ce qu’il t’ait détruit.
49L’Eternel fera partir de loin, des extrémités de la terre, une nation qui fondra sur toi d’un vol d’aigle, une nation dont tu n’entendras point la langue, 50une nation au visage farouche, et qui n’aura ni respect pour le vieillard ni pitié pour l’enfant. 51Elle mangera le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol, jusqu’à ce que tu sois détruit; elle ne te laissera ni blé, ni moût, ni huile, ni portées de ton gros et de ton menu bétail, jusqu’à ce qu’elle t’ait fait périr. 52Elle t’assiégera dans toutes tes portes, jusqu’à ce que tes murailles tombent, ces hautes et fortes murailles sur lesquelles tu auras placé ta confiance dans toute l’étendue de ton pays; elle t’assiégera dans toutes tes portes, dans tout le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne. 53Au milieu de l’angoisse et de la détresse où te réduira ton ennemi, tu mangeras le fruit de tes entrailles, la chair de tes fils et de tes filles que l’Éternel, ton Dieu, t’aura donnés. 54L’homme d’entre vous le plus délicat et le plus habitué à la mollesse aura un œil sans pitié pour son frère, pour la femme qui repose sur son sein, pour ceux de ses enfants qu’il a épargnés; 55il ne donnera à aucun d’eux de la chair de ses enfants dont il fait sa nourriture, parce qu’il ne lui reste plus rien au milieu de l’angoisse et de la détresse où te réduira ton ennemi dans toutes tes portes. 56La femme d’entre vous la plus délicate et la plus habituée à la mollesse, qui par mollesse et par délicatesse n’essayait pas de poser à terre la plante de son pied, aura un œil sans pitié pour le mari qui repose sur son sein, pour son fils et pour sa fille; 57elle ne leur donnera rien de l’arrière-faix sorti d’entre ses pieds et des enfants qu’elle mettra au monde, car, manquant de tout, elle en fera secrètement sa nourriture au milieu de l’angoisse et de la détresse où te réduira ton ennemi dans tes portes.
58Si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique toutes les paroles de cette loi, écrites dans ce livre, si tu ne crains pas ce nom glorieux et redoutable de l’Éternel, ton Dieu, 59l’Eternel te frappera miraculeusement, toi et ta postérité, par des plaies grandes et de longue durée, par des maladies graves et opiniâtres. 60Il amènera sur toi toutes les maladies d’Égypte, devant lesquelles tu tremblais; et elles s’attacheront à toi. 61Et même, l’Éternel fera venir sur toi, jusqu’à ce que tu sois détruit, toutes sortes de maladies et de plaies qui ne sont point mentionnées dans le livre de cette loi. 62Après avoir été aussi nombreux que les étoiles du ciel, vous ne resterez qu’un petit nombre, parce que tu n’auras point obéi à la voix de l’Éternel, ton Dieu. 63De même que l’Éternel prenait plaisir à vous faire du bien et à vous multiplier, de même l’Éternel prendra plaisir à vous faire périr et à vous détruire; et vous serez arrachés du pays dont tu vas entrer en possession. 64L’Eternel te dispersera parmi tous les peuples, d’une extrémité de la terre à l’autre; et là, tu serviras d’autres dieux que n’ont connus ni toi, ni tes pères, du bois et de la pierre. 65Parmi ces nations, tu ne seras pas tranquille, et tu n’auras pas un lieu de repos pour la plante de tes pieds. L’Éternel rendra ton cœur agité, tes yeux languissants, ton âme souffrante. 66Ta vie sera comme en suspens devant toi, tu trembleras la nuit et le jour, tu douteras de ton existence. 67Dans l’effroi qui remplira ton cœur et en présence de ce que tes yeux verront, tu diras le matin: Puisse le soir être là! et tu diras le soir: Puisse le matin être là! 68Et l’Éternel te ramènera sur des navires en Égypte, et tu feras ce chemin dont je t’avais dit: Tu ne le reverras plus! Là, vous vous offrirez en vente à vos ennemis, comme esclaves et comme servantes; et il n’y aura personne pour vous acheter.

Galates 3 « 1Ô Galates, dépourvus de sens! qui vous a fascinés, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié? 2Voici seulement ce que je veux apprendre de vous: Est-ce par les œuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi? 3Etes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair? 4Avez-vous tant souffert en vain? si toutefois c’est en vain. 5Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi?
6Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice, 7reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham. 8Aussi l’Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham: Toutes les nations seront bénies en toi! 9de sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant.
10Car tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. 11Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu’il est dit: Le juste vivra par la foi. 12Or, la loi ne procède pas de la foi; mais elle dit: Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles. 13Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, – 14afin que la bénédiction d’Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis.
15Frères je parle à la manière des hommes, une disposition en bonne forme, bien que faite par un homme, n’est annulée par personne, et personne n’y ajoute. 16Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit: et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule: et à ta postérité, c’est-à-dire, à Christ. 17Voici ce que j’entends: une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard. 18Car si l’héritage venait de la loi, il ne viendrait plus de la promesse; or, c’est par la promesse que Dieu a fait à Abraham ce don de sa grâce.
19Pourquoi donc la loi? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu’à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite; elle a été promulguée par des anges, au moyen d’un médiateur. 20Or, le médiateur n’est pas médiateur d’un seul, tandis que Dieu est un seul. 21La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu? Loin de là! S’il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi. 22Mais l’Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient.
23Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée. 24Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. 25La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue.
26Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ; 27vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. 28Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. 29Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.

Inspiré de « God’s Medecine » rassemblé par Kenneth E. HAGIN

Libre de toute forme d’oppression

1. Qu’est-ce que l’oppression?

Selon le Larousse, l’oppression est l’action d’opprimer, d’accabler sous une autorité tyrannique. Or qui dit tyrannie, dit asservissement (être dans les chaînes), être en état de servitude ou d’esclavage. Parmi les synonymes et/ou les conséquences de l’oppression, on peut citer: l’injustice, la souffrance, la brutalité, la cruauté, le tourment, la persécution. Dans la vie du chrétien,  l’oppression peut recouvrir des aspects aussi divers que le péché, les addictions, la faim, la misère, les épreuves, les infirmités, la maladie, etc.

D’aucuns expliquent que les problèmes que nous connaissons et notamment la maladie peuvent faire partie du plan de Dieu. Une des explications qui revient pour justifier cette théorie est le fait, par exemple, que des personnes remarquables, travaillant pour Dieu, ont été affligés par des problèmes de santé, qui leur auraient permis de redoubler de zèle dans leur action. Je n’ai pour ma part pas encore trouvé de fondement biblique avéré à cette interprétation. Insinuer que Dieu pourrait être à l’origine des malheurs de l’homme pour quelque raison que ce soit est contraire à la connaissance de Dieu que la Bible nous enseigne. Dans sa souveraineté et à cause de son amour, Dieu a déjà rendu un jugement contre l’oppression sous toutes ses formes. La volonté de Dieu est que nous soyons libres de toute forme d’oppression comme nous allons le voir en nous référant aux Écritures.

Dans mes recherches sur le sujet de l’oppression de l’homme, j’ai par exemple trouvé les lignes suivantes: « A l’heure où tant de gens souffrent d’une crise d’identité, à l’heure beaucoup sont égoïstes ou reclus, l’Église a besoin de prêcher un message clair et direct pour contrer l’influence de la société. Si par là-même des chrétiens sont délivrés de divers maux qui les affligent, c’est un résultat de la providence divine : Dieu a agencé sa création de cette manière. »[1] La vie « religieuse » est remplie de ce genre de déclarations tièdes,  souvent approximatives ou tout simplement fausses. Souvent, elles reposent sur le « sentiment » du prêcheur, voire sur un raisonnement de type philosophique. Ici, l’auteur parle vaguement de « …contrer l’influence de la sociétési par là-même des chrétiens sont délivrés de divers maux qui les affligent, » ce serait la cerise sur le gâteau. Ces propos font penser que la délivrance dont parle l’auteur, pourrait être le fait du hasard. Un hasard qu’il qualifie de « providence divine ». Or la crise d’identité, l’égoïsme, la réclusion… sont à considérer comme des formes d’oppression actives de l’homme. Et, face à l’oppression de l’homme, Dieu a un plan précis et définitif tel que nous allons le voir.  

Il n’y a ni approximation, ni hasard dans la Parole de Dieu. Les desseins de Dieu sont arrêtés depuis la fondation des temps. Selon qu’il est écrit: «  J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, Et longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli; Je dis: Mes arrêts subsisteront, Et j’exécuterai toute ma volonté.… » (Ésaïe 46:10-11). Tout est donc dans la Parole de Dieu. Ce que Dieu dit ne revient pas à lui avant d’avoir été exécuté. En conséquence, en toute chose, nous sommes invités à rechercher la volonté de Dieu, établie dans sa Parole. Car c’est par la connaissance de la vérité que nous deviendrons libre (Jean 8: 32). Or, la vérité, c’est la Parole de Dieu. La vérité, c’est Jésus Christ. Selon qu’il dit lui-même: « Je suis le chemin, la vérité, et la vie… » Nous ne pouvons comprendre la volonté de Dieu qu’en fixant nos yeux sur Jésus (Jean 14: 6). En lui est la vie, et la vie est la lumière des hommes. C’est par sa lumière que nous voyons la lumière qui nous rend libre de l’ignorance des choses de Dieu. Alors, nous devenons libres des fausses doctrines, libres des arguments exégétiques approximatives, libres de toute forme d’oppression.

2. Le croyant peut vivre libre de toute forme d’oppression

Psaumes 9: 9
L’Éternel est un refuge pour l’opprimé, Un refuge au temps de la détresse.

Cette première lecture est simple et directe. Dieu nous dit qu’il est le refuge pour tous ceux qui sont opprimés. Un refuge recueille pour mettre à l’abri. Quand on se met à l’abri (de la pluie par exemple), on n’est plus exposé, on est confortable. Dieu veut nous abriter et nous donner son repos. Comment dès lors le même Dieu pourrait-il être l’auteur de l’oppression? Dieu serait-il schizophrène? Loin s’en faut!

Psaumes 10: 18
Pour rendre justice à l’orphelin et à l’opprimé, Afin que l’homme tiré de la terre cesse d’inspirer l’effroi.

Le psalmiste nous apprend ici que Dieu rend justice à l’opprimé. Rendre justice implique qu’il y ait deux parties : l’oppresseur et l’opprimé. Dieu est le juge qui se tient devant les deux parties. Il ne peut donc pas être l’oppresseur. Il ne peut être à la fois juge et partie. Mieux encore, nous voyons que Dieu a déjà rendu justice en faveur de l’opprimé, afin que celui-ci ne soit plus effrayé par ce qui est de la terre. Ce que confirme aussi le verset ci-après.

Psaumes103: 6
L’Éternel fait justice, Il fait droit à tous les opprimés.

Psaumes 146: 5-7
Heureux celui qui a pour secours le Dieu de Jacob, Qui met son espoir en l’Éternel, son Dieu! Il a fait les cieux et la terre, La mer et tout ce qui s’y trouve. Il garde la fidélité à toujours. Il fait droit aux opprimés; Il donne du pain aux affamés; L’Éternel délivre les captifs;

Dieu fait droit à l’opprimé. C’est-à-dire qu’il rend un jugement en faveur de l’opprimé.  Ceci est suffisamment clair et nous confirme que Dieu n’est pas celui qui opprime.  Dieu n’est pas celui qui retient les hommes captifs. Il n’est pas non plus celui qui inflige la faim à une partie de l’humanité. Il n’est pas celui qui asservi les hommes et les femmes qui peinent sous le poids de toutes sortes d’oppressions. Au contraire! Heureux est celui qui met son espoir en L’Éternel, qui est Dieu, créateur de toute chose. Car il est fidèle éternellement, il proclame l’opprimé juste, le captif libre et donne à manger à celui qui a faim. Les scribes avaient une fois dit de Jésus: Il est possédé de Belzébuth; c’est par le prince des démons qu’il chasse les démons. Jésus les appela, et leur dit sous forme de paraboles: « Comment Satan peut-il chasser Satan? Et il ajouta : Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister » (Marc 3:22-24). Or, le Fils de Dieu est venu pour détruire les œuvres du diable (1 Jean 3:8).

Luc 4: 19 (Ésaïe 61: 1)
L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés.

Le Seigneur Jésus avait lu cette prophétie d’Ésaïe 61, peu de temps après qu’il eut résisté à la tentation de Satan. Revêtu de la puissance de l’Esprit, il enseignait dans la synagogue de Nazareth. Nous savons que Jésus est venu pour annoncer la bonne nouvelle du Royaume, délivrer les captifs, rendre la vue à ceux qui ne voient pas, libérer les opprimés. Après avoir lu ce qui précède, le Seigneur ajouta: « Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie…» (Luc 4: 21). En Jésus, Dieu a déjà proclamé et réalisé toutes ces vérités. Elles sont donc réputées accomplies!

Celui qui est toujours en captivité ou opprimé, sais désormais – et c’est cela la bonne nouvelle – que le jugement qui nous rend libres a déjà été rendu Dieu. Que la sentence a été exécutée par Jésus-Christ à la croix. Dès lors, les conditions de la libération ont été atteintes. Tous les captifs peuvent devenir libres. Pour être complet, il convient d’ajouter que si le jugement de Dieu est rendu en faveur de l’opprimé, l’oppresseur en revanche est condamné par ce même jugement. Un jugement rendu en faveur d’une partie condamne forcement la partie adverse. Or l’oppresseur, c’est Satan. Et il a déjà été jugé et condamné à cause de ses œuvres (Jean 16:11).

Assurément, l’oppresseur, a été vaincu. La Bible dit que le Seigneur est devenu sang et chair, afin que, « par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est à dire le diable, et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude. » (Hébreux 2 :14-15). En guise d’exemple, nous pouvons lire ce récit rapporté dans le livre de Luc: « Et voici, il y avait là une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser. Lorsqu’il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit: Femme, tu es délivrée de ton infirmité. Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa, et glorifia Dieu. Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule: Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. Hypocrites! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire? Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat? Tandis qu’il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu’il faisait. » (Luc 13.10-17)

Le Seigneur explique que l’infirmité dont souffrait cette femme était une possession démoniaque, une oppression. Le Seigneur l’a rendu libre tout comme il a rendu libre toute personne qui croit en lui. N’en déplaise aux exégètes à la doctrine incorrecte qui disent que les miracles de Dieu étaient limités à un moment particulier de l’histoire de l’humanité, notre Seigneur Jésus est le même, hier, aujourd’hui et demain. Il sauve et il guérit aujourd’hui comme il l’a fait pour les chrétiens 19eme siècles, ceux du premier siècle et beaucoup d’autres personnes avant eux. Il est notre sauveur et notre libérateur. Oh si tu as foi en Dieu, que se passerait-t-il? Il se passera de grandes choses dans ta vie.

Ésaïe 53: 7
Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n’a point ouvert la bouche.

Cette autre prophétie d’Ésaïe nous apprend que Jésus Christ a été opprimé et affligé. Ceci fait partie de la mission de substitution qu’il est venu  remplir pour nous. En sorte que, ce qu’il a souffert, il l’a fait pour que nous n’ayons pas à le souffrir. Ainsi donc, si nous réalisons que Christ a été opprimé pour nous, il nous invite à nous mettre à l’abri dans son refuge, à cause de ce qu’il a accompli en se soumettant à la volonté du Père jusqu’au bout. Pour cela, ceux qui décident de lui confier leur fardeau reçoivent la justice de Dieu et deviennent libres du joug de l’ennemi. Rappelons qu’il n’y a pas de justice sans jugement. Nous recevons la justice de Dieu parce qu’il rend un jugement en notre faveur. Gloire soit rendu à Dieu!

Certains ignorent que la grâce de Dieu met à notre disposition sa paix. Bien-aimé es-tu opprimé ? Humilie-toi devant notre Dieu. C’est toujours bon pour l’homme chargé, accablé de solliciter la miséricorde et le secours du Père céleste. Le Saint Esprit et la Parole vont éclairer toutes les choses cachées, toutes les imperfections qui doivent être révélées pour une repentance et une nouveauté de vie. Il est encore et toujours temps pour la délivrance car Dieu est à l’écoute pour guérir tout ce qui te perturbe et ruine la vie.  

3 Jean 1: 2
Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme.

Il est possible d’entendre la vérité et de ne pas la comprendre. Il est possible de lire les Écritures et de ne pas recevoir la vie qu’elles contiennent. Compte sur la présence du Saint-Esprit lui-même. C’est lui qui révèle la parole de Dieu. C’est lui qui nous apporte Christ, la vie ! Le Seigneur n’avait-il pas dit: « …je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous » (Jean 14:16-17).

Dans le passage précédent, l’apôtre Jean écrivait à l’ancien Gaius, se réjouissant de la vérité qui était en lui. Le terme « prospérer » dans ce texte revêt plusieurs formes. Il y a d’abord connaître la volonté de Dieu et vivre en fonction de cette vérité. C’est en faisant la volonté de Dieu que nous voyons sa gloire se manifester dans notre vie. Notons qu’il est difficile de faire la volonté de Dieu si nous l’ignorons. De même, nous avons beau savoir quelle est la volonté de Dieu, si nous ne la mettons pas en pratique, nous ne pourrons prospérer. La prospérité spirituelle entraîne des résultats tels que la paix intérieure, la joie intérieure, la bonne santé, la crainte de Dieu… Il est donc capital pour un chacun de prospérer comme le rappelle Jean. Ailleurs, l’apôtre Paul fait cette prière : « Que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé sans reproche à l’avènement de notre Seigneur Jésus–Christ ! » (1 Thessaloniciens 5 : 23). Ce qui confirme que le Seigneur attache une importance à notre prospérité intégrale, c’est-à-dire à la prospérité de notre l’esprit, de l’âme et du corps et cela, jusqu’au jour de son retour. S’il a prévu cela, il nous en a aussi donné les moyens et c’est lui-même qui le fera.

L’apôtre Pierre nous rappelle quant à lui « comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui. » (Actes 10 : 38). Or nous savons que la compassion du Seigneur Jésus l’a amené à nourrir les gens qui avaient faim, à guérir les malades et les infirmes, à chasser les esprits démoniaques qui accablaient les gens, à pardonner les péchés, à ressusciter les morts, etc.

3. Conséquences de la liberté en Jésus-Christ

Ésaïe 61: 3
Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Éternel, pour servir à sa gloire.

En dépouillant les dominations et les autorités, en les a livrant publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix, Jésus Christ nous a rendus à la vie avec lui. Il nous a fait grâce pour toutes nos offenses; il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous. Si le Seigneur est pour nous, qui sera contre nous ? Nous sommes donc libres de toute oppression. Libres de toute maladie, libres de toute infirmité, libres de toute préoccupation… Notre Dieu est compatissant et il dit encore et toujours, « Cherchez l’Éternel pendant qu’il se trouve; Invoquez-le, tandis qu’il est près. » (Ésaïe 55: 6). Et il ajoute, « Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. » (Romain 10 : 13) et il est riche pour tous ceux qui l’invoquent (Romain 10 : 12).

Pour finir cette exhortation, j’encourage chacun à ne plus se contenter, de choses élémentaires, souvent faites d’idées reçues. J’encourage donc chacun à chercher à établir sa propre expérience par la méditation de la parole de Dieu et le prière, demandant à Dieu de lui révéler qu’il /elle possède la victoire en Christ, y compris dans les domaines de sa vie ou l’ennemi semble avoir la main haute. Tu te dis peut-être, « est-il possible que Dieu s’intéresse à moi ? » Oui, Dieu se préoccupe de ton intérêt car, tu as beaucoup de prix à se yeux : « L’Éternel, du haut des cieux, regarde les fils de l’homme, Pour voir s’il y a quelqu’un qui soit intelligent, Qui cherche Dieu. » (Psaumes 14:2). Cherche Dieu et il s’approchera de toi. Nous lisons dans ce passage qu’être intelligent c’est chercher Dieu, s’efforcer de connaître, sa personne, sa nature, ce qu’il dit de nous, ce qu’il pense de nous. Cherche-le aujourd’hui, appelle son nom aujourd’hui. Par la richesse de sa miséricorde, il accorde aux affligés un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, afin de manifester sa gloire !   


[1] Tiré de Comment affronter maladie et oppression? Florent VARAK, Pasteur à Villeurbanne. Consulté le 8/7/2015: http://www.unpoissondansle.net/xaris/xa.php?i=20#b4

A propos de quelques ruses et tactiques de l’ennemi

Nous vivons dans le temps de la fin, selon qu’il est écrit: « je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi » (Jean 14: 3). Le Seigneur l’a annoncé lui-même, les anges l’on répété après son ascension dans les cieux,  les apôtres  le présentent comme un élément fondamental de la foi: Jésus Christ revient pour enlever son église[1] de ce monde en crise. Les autres, quant à eux, seront laissés derrière et pour faire face aux grands cataclysmes que prédit la Bible et qui se précisent déjà maintenant. Souvenons-nous de ses paroles quand il évoquait les événements qui marqueraient son avènement« Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas » (Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21).

Dans ce contexte, le diable travaille d’arrache-pied à perdre le plus grand nombre car il sait qu’il lui reste peu de temps, selon qu’il est écrit, « …Malheur à la terre et à la mer! Car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps » (Apocalypse 12: 12). Il utilise toutes ses armes contre nous, toutes ses subtilités, ses tromperies et ses moyens qui sont nombreuses. Le Saint-Esprit, et notamment par la plume de Paul nous exhorte à ne pas ignorer les desseins du diable afin de ne pas lui laisser l’avantage sur nous (2 Corinthiens 2: 11). Pierre nous encourage aussi a lui résister par une foi ferme. Il commande aux croyants d’être fermes et vigilants car, l’adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. (1 Pierre 5 :8-9). Mais comment lui résister si nous ne connaissons pas ses méthodes? Comment résister si nous n’identifions pas ses stratégies? Je prie Dieu, afin qu’il nous permette, dans sa miséricorde, de recevoir cette révélation et, qu’il illumine les yeux de notre cœur, pour que nous sachions identifier tout ce qui n’est pas le résultat des fruits de son Esprit en nous.

Les grands chefs militaires historiques ont tous d’abord été de bons stratèges. Or, personne ne peut développer une stratégie meilleure à celle de son ennemi s’il ne commence pas par d’abord étudier ce dernier. Cette contribution met en lumière quelques unes des stratégies et tactiques de l’adversaire qui ne sont pas toujours identifiées comme telles par un grand nombre de personnes. Elle revisite certains prétendus « traits de caractères », certaines émotions et attitudes sous un regard nouveau, un regard éclairé par la parole de Dieu et qui permet de reconnaître les ruses de l’ennemi dans certaines de ces réalités.

1. L’orgueil et la vanité

Le mot orgueil vient d’un mot francique signifiant « fierté ». Un orgueilleux a une opinion trop avantageuse, une estime exagérée de soi-même. Certains théoriciens en sciences humaines montrent que l’orgueilleux est souvent une personne qui fuit continuellement la réalité. L’orgueil se manifesterait comme une compulsion – une espèce de force intérieure par laquelle le sujet est amené à accomplir certains actes et à laquelle il ne peut résister – dont l’origine se situe souvent dans la petite enfance. L’orgueil amènent la personne à apprendre à cacher de manière excessive tout ce qu’elle perçoit comme honteux en elle. Bien plus, elle pousse à saisir toute occasion de se mettre en avant dans les domaines où le sujet se croit capable d’exceller. En définitive, l’orgueil est une forme de négation du moi véritable au profit d’un autre moi, que l’on invente pour se rendre, croit-on, plus acceptable. Pour son plus grand malheur, l’orgueilleux doit constamment défendre, le personnage dont il croit tirer sa crédibilité. L’orgueil est un de ces ingrédients qui peut faire d’une vie… un échec. En disant cela, je pense avant tout à la ruine de l’âme.

Sur le plan spirituel, l’orgueil est une des formes manifeste de l’idolâtrie; une des caractéristiques développées par le diable avant sa chute. En alimentant l’orgueil de l’homme, sa vanité et son arrogance, Satan sait qu’il le déconnecte ainsi de Dieu, coupant par là même occasion sa « route d’approvisionnement » en matière de bénédictions divines. Or, en temps de guerre, aucune armée ne peut survivre si elle se retrouve coupée de ses moyens logistiques.  Exciter l’orgueil et la vanité de l’homme est une stratégie payante à la disposition du diable afin de le séparer de Dieu. En effet, « c’est pourquoi l’Écriture dit: Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles. Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous » (Jacques 4 : 6-8). Nous apprenons que Dieu résiste aux orgueilleux. Le livre des Proverbes dit: « L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute. Mieux vaut être humble avec les humbles Que de partager le butin avec les orgueilleux. » (Proverbes 16: 18-19). Il y a toujours une dimension de fausseté, chez l’orgueilleux. « La crainte de l’Éternel, c’est la haine de… l’arrogance et l’orgueil» (Proverbes 8:13).

C’est aussi pour cela que l’apôtre Paul a mis Timothée en garde au sujet de la désignation des évêques en ces termes: « Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable » (1 Timothée 3: 6). Et enfin cette recommandation de Paul: « Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père » (Philippiens 2: 3-11)

L’orgueil est donc à l’opposé de l’humilité qui est la qualité indispensable pour s’emparer de la grâce de Dieu. Dans la vie profane, contrairement à ce que l’on en pense, l’humilité n’a rien à voir avec cette gêne caractérisée par la crainte de s’affirmer. En fait, les gens qui font tout pour passer inaperçus ne sont pas humbles. Ils manifestent au contraire une autre forme d’orgueil. La personne humble assume ce qu’elle est. En conséquence, elle n’est ni continuellement en train de se défendre, ni en train de se cacher. Au contraire, elle a une perception de soi plus équilibrée et une meilleure capacité d’accepter ses points forts et ses faiblesses. C’est pour cela qu’il peut s’humilier. Ce qui permet à Dieu et à d’autres de le relever. La Bible va plus loin et nous apprend que l’humilité de l’esprit nous emmène à regarder les autres comme étant au-dessus de nous-mêmes. Ce qui a pour corollaire de considérer aussi les intérêts des autres et non nos propres intérêts uniquement. Ces sentiments étaient en Jésus Christ lorsqu’il a marché parmi les hommes. En se dépouillant de sa divinité et en prenant une forme de serviteur – Fils de l’homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort infamante de la croix. C’est à cause de cela que Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom! L’humilité nous dispose à comprendre que seule la miséricorde; la grâce de Dieu a le pouvoir de nous rendre libre en Jésus Christ.

L’orgueil à l’inverse n’est rien d’autre que le refus de saisir la grâce de Dieu. Parce que l’orgueilleux vit dans la crainte du rejet des hommes, toute sa vie est un tissu de mensonges. L’orgueilleux doit recevoir la grâce de Dieu afin d’être en mesure d’accepter ce qu’il est réellement et vivre libre de cette oppression du diable. Or Dieu résiste à l’orgueilleux qui refuse de s’approcher de Lui tel qu’il est. A l’inverse, l’humble est plus à même de se présenter devant Dieu en sincérité de cœur. C’est pour cela que la Bible dit que Dieu le reçoit favorablement. L’humble est donc un orgueilleux qui s’est humilié devant Jésus-Christ pour l’établir Seigneur. Il s’est dépouillé de sa vanité, reconnaissant que toute tentative de combattre l’orgueil par ses propres forces est vaine!

2. Esprit amer et accusateur

L’amertume est un sentiment durable de tristesse ou de colère constaté chez une personne à la suite d’une déception profonde, d’un sentiment d’injustice supposé ou avéré ou encore à cause d’un cœur jaloux. La personne amère justifie ses sentiments par ce qu’elle perçoit comme des blessures dans ses relations. A tort ou à raison, elle se sent souvent injustement traitée par les autres. Alors, profitant de ce terreau favorable, le malin s’en mêle pour planter en elle, la semence de l’amertume : la rancœur. Poison insidieux, l’amertume produit alors peu à peu des rejetons: le jugements, la médisance, la calomnie, la jalousie, la colère, le ressentiment, la tristesse, voire la haine; qui sont autant de sentiments destructeurs qui nuisent gravement à toute relation de cette personne avec le Pain de vie. Non seulement l’amertume nous prive de la grâce de Dieu, mais en plus elle attriste le Saint-Esprit.

L’amertume et l’esprit accusateur sont des sentiments qui séparent de la source de vie : Jésus Christ, laissant le sujet à la merci de Satan. L’apôtre Jacques prévient qu’un zèle amer et un esprit de dispute, ne viennent point de Dieu; mais elles sont terrestres, charnelles, diaboliques. Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions: la duplicité, l’hypocrisie, la violence, etc. (Jacques 3: 13-16). Nous pouvons lire dans la livre des Éphésiens : « Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère, et ne donnez pas accès au diable… Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous » (Éphésiens 4 : 25-31).

La Bible nous recommande au contraire de proscrire l’amertume et de rechercher la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur… Nous sommes encouragés à ne laisser aucune racine d’amertume pousser et produire des rejetons. Cela produit du trouble et peut infecter plusieurs autres » (Hébreux 12 : 14-15). Paul insiste : « Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent. » (Éphésiens 4 : 29-30). La sagesse venant du Père céleste quant à elle, est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits. Et le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix (Jacques 3: 13-16).

3. Le doute et le découragement

Le doute et le découragement sont à l’opposé de la Foi et de l’Espérance. Le psalmiste dit: « Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi? Espère en Dieu, car je le louerai encore; Il est mon salut et mon Dieu » (Psaume 42:11). L’ennemi est maître dans l’art de suggérer le doute et le découragement. L’homme charnel en effet est prompt à céder au découragement car, même lorsqu’il prie Dieu, il continue de regarder aux choses visibles. Or la foi en Dieu est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas… (Hébreux 11: 1)

A cause de cela, nous avons reçu la recommandation de ne point regarder aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les choses invisibles sont éternelles (2 Corinthiens 4:18). Dans l’épître aux Hébreux, l’auteur rappelle que pour l’avoir possédée [la foi], les anciens ont obtenu un témoignage favorable de la part de Dieu (Hébreux 11: 2). Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent (Hébreux 11: 6).

Si nous regardons le livre du commencement, nous apprenons que la technique utilisée par Satan pour séduire et vaincre Eve est justement…le doute. Il a emmené Eve à douter de l’amour sans limite de Dieu et de sa fidélité. Il dit à la femme: « Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? (Genèse 3 :1) Après la réponse de la femme, le serpent dit: « …Vous ne mourrez point;  mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal » (Genèse 3 :4). Nous savons ce qui se produisit ensuite. La femme avait désobéit à Dieu et elle avait entraîné Adam à faire de même. Cette désobéissance fut suivit d’un prix aux conséquences dramatiques : la séparation d’avec Dieu.

Malgré cette trahison d’Adam et Eve, Dieu, dans son immense amour qui surpasse toute connaissance, a établi Christ comme Fils sur sa maison; et sa maison, c’est nous, pourvu que nous retenions jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions en Christ (Hébreux 3: 6). Dès lors, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent par le doute et le découragement pour se perdre. Au contraire, nous sommes de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme. (Hébreux 10: 39). « Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.  Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.  » (Hébreux 4 :15-16)

Ainsi donc, ne nous relâchons point. Au contraire, imitons ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses.… (Hébreux 6:12, 18, 19), « afin que l’épreuve de notre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra » (1 Pierre 1:7).

4. Le compromis et l’apaisement

Dans toutes les guerres, la tactique de l’infiltration des rangs de l’ennemi que ça soit pour obtenir des informations stratégiques, pour saboter ses capacités militaires ou encore le détruire de l’intérieur ont toujours constitué un enjeu décisif. Le diable le sait mieux que quiconque et l’on peut remarquer qu’il obtient des résultats renversants en infiltrant l’Église[2], notamment en y suscitant l’esprit d’apaisement quant à la vigilance que le chrétien se doit de maintenir; et l’esprit de compromis avec le monde et les pratiques du monde. Tout cela, dans le but de reprogrammer les esprits non-aguerris, de semer la confusion, de distraire le plus grand nombre, de les éloigner de la foi en Christ et du salut.

L’esprit de compromis, l’esprit d’apaisement et le fait de se laisser intimider sont des ennemis de la foi et de l’obéissance à Dieu. Les lois spirituelles que constitue la volonté de Dieu s’érodent au fil des années pour justifier la nécessité de les « adapter » comme plaident certains au temps moderne. Vous remarquerez d’ailleurs que beaucoup de ceux qui sont en pointe dans la nécessité de la prétendue « modernisation » de l’Église ne sont pas nécessairement chrétiens eux-mêmes. En sa qualité d’Esprit suprême, Dieu ne change pas, selon qu’il dit : « Je suis l’Éternel, je ne change pas… » (Malachie 3: 6). Si Dieu ne change pas sa volonté exprimée dans sa parole peut-elle changer? Jacques confirme qu’il n’y a dans le Père des lumières ni changement ni ombre de variation (Jacques 1:17). Malheureusement, beaucoup de chrétiens, en cela compris ceux qui conduisent l’Église, veulent adapter l’Évangile à l’air du temps. En particulier, je citerai le fait que L’Église protestante unie de France (EPUdF), lors de son synode national du 17 mai 2015, a notamment autorisé la bénédiction des couples homosexuels pour s’adapter à « l’évolution de la société française ». L’église, devrait-elle s’adapter au monde ? Cette notion est-elle conforme à la volonté de Dieu ?

Si nous examinons la Bible, nous voyons qu’avant l’entrée du peuple dans la terre promise, l’Éternel Dieu instruit Moise (qui sait qu’il ne sera pas témoin de l’avènement de cette promesse), de dire à Josué ce qui suit: « Lorsque l’Éternel, ton Dieu, t’aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations… sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi… tu les dévoueras par interdit, tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce. Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils… car ils détournaient de moi tes fils, qui serviraient d’autres dieux, et la colère de l’Éternel s’enflammerait contre vous… Voici, au contraire, comment vous agirez à leur égard: vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs idoles, et vous brûlerez au feu leurs images taillées. Car tu es un peuple saint pour l’Éternel, ton Dieu… Ainsi, observe les commandements, les lois et les ordonnances que je te prescris aujourd’hui, et mets-les en pratique. » (Deutéronome 7: 1-11)

Pourquoi dans le texte que nous venons de lire, L’Éternel instruit-il Moise de mettre Josué en garde de manière aussi catégorique? C’est parce qu’il sait que la compromission et l’apaisement, c’est-à-dire l’acceptation progressive des coutumes et des valeurs des peuples aux pratiques qui sont en abomination devant Dieu, risquent, à terme, d’éroder l’identité des israélites et de les détourner de Dieu. L’une des conséquences fatales de la compromission est une sorte de dilution des valeurs et, l’adoption progressive des pratiques contraires à la volonté de Dieu. Par exemple, nous apprenons que c’est en installant une sorte d’apaisement que le serpent ancien avait emmené Eve à douter de Dieu, avant de l’entraîner à la désobéissance (Genèse 3). Il est probable que si Eve n’avait pas autorisé le serpent ancien à discuter de ce que Dieu avait clairement établit, elle se serait préservée de pécher. C’est aussi à cause de l’apaisement et de la compromission de Samson que Dalila, infiltrée par les philistins, réussi à percer son secret, avant de le livrer à ses ennemis (Juges 16: 1-21).

Gardons-nous donc de faire alliance avec les habitants du pays… c’est-à-dire le monde et les valeurs contraires à la volonté de Dieu. Le prophète Amos interroge: Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en être convenus? (Amos 3:3)

Le compromis peut en réalité prendre de nombreuses formes. Les attitudes telle que le fait de lier des amitiés avec des personnes de mauvaise vie, l’adaptation de l’Évangile à l’ère du temps, la pratique des coutumes qui sont en abomination avec la Parole de Dieu, tout cela relève d’une forme d’apaisement qui constitue un danger réel à plus ou moins long terme. Certains pensent être assez forts pour contrôler les situation et choisir ce qui les affecterait. Ceci est une erreur! D’autres encore pensent qu’ils le pouvoir de changer le monde. C’est de la présomption! Vous risquez plutôt de voir leur levain faire monter votre pâte. Le Seigneur a prévenu en ces termes :« Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens » (Matthieu 16:6). Ne pas suivre ces recommandations est en soi une forme de rébellion.

D’aucuns diront, c’est manquer de tolérance que de ne pas accepter les idées des autres, les pratiques des autres. Je pense qu’il est nécessaire de faire une distinction entre « compromission » et « tolérance ». La Bible nous dit que nous sommes dans le monde sans être du monde (Jean 15:19, Jean 17:14). La tolérance nous amène à aimer les autres. Mais aimer autrui ne signifie pas nécessairement les approuver dans toutes leur voies, encore moins adopter leur mode de vie. Écrivant aux Romains, Paul dit: «Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait… » (Romains 12:2)

Dans le registre de l’apaisement de l’Église, nous pouvons citer par exemple les concepts tels que « péchés véniels » ou « péchés mignons ». Ces concepts sont non-bibliques. Ils établissent une sorte de hiérarchie des péchés et tendent à suggérer que nous pouvons nous accommoder de ce genre de péchés dans notre vie. Il n’y a rien de tel qu’un péché mignon! Un péché ne peut être mignon. C’est une forme dangereuse de compromission! La compromission est un venin subtil, dont les effets peuvent être lents. Une chose est certaine, c’est un poison pour notre vie spirituelle! Ne nous présumons pas plus forts que nous ne le sommes. Ces concepts sont des pièges qui nous pousserons à imiter des cultes et des pratiques idolâtres. Un péché est péché selon qu’il est écrit: « …celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle » (Galates 6: 8). D’un apaisement à l’autre, nous courons le risque de traiter alliance avec les nations que Dieu avait chasser devant son peuple, et qu’il avait expressément ordonner de dévouer par interdit.

Demeurons donc vigilants car l’objectif du malin est de nous endormir par toutes sortes ruses et de stratégies. Cela va de la dilution des règles établies dans la Parole de Dieu afin de leur rendre plus acceptables, de la compromission des principes bibliques afin de les adapter à la société, des envies et des désirs de la chair dans le but de nous entraîner à oublier l’alliance établie par Dieu, sur la base du sacrifice de son Fils Jésus à la croix. Ayant été affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, gardons au contraire à l’esprit que nous avons pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle (Romains 6: 22). Ainsi, « Ne vous coulez pas simplement dans le moule de tout le monde. Ne conformez pas votre vie aux principes qui régissent le siècle présent; ne copiez pas les modes et les habitudes du jour. Laissez-vous plutôt entièrement transformer par le renouvellement de votre mentalité. Adoptez une attitude intérieure différente. Donnez à vos pensées une nouvelle orientation afin de pouvoir discerner ce que Dieu veut de vous. Ainsi, vous serez capables de reconnaître ce qui est bon à ses yeux, ce qui lui plaît et qui vous conduit à une réelle maturité. » (Romains 12:2).

Pour finir cette contribution, souvenons-nous de ce qu’a dit l’apôtre Pierre en parlant du diable: « Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde » (1 Pierre 5: 9-12). Le Dieu de toute grâce, notre Père céleste, qui nous a appelés en Jésus Christ à sa gloire éternelle, après que nous aurons souffert un peu de temps, nous perfectionnera lui-même, nous affermira, nous fortifiera, nous rendra inébranlables. A lui soit la gloire, l’honneur et la puissance aux siècles des siècles. Amen!


Cette contribution est inspirée de la prédication intitulée : « Satan The enemy » de John OGWYN.


[1] L’Eglise ici est à considérer dans le sens biblique et non selon les dénominations religieuses. A savoir, tous les croyants réunis autour de la foi en Jésus Christ mort et ressuscité pour le salut des hommes.

[2] Voir précédente note (1).

La Volonté de Dieu

1 Jean 5: 14-15
Trad. LSG
Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée.

Trad. BDS
Et voici quelle assurance nous avons devant Dieu : si nous demandons quelque chose qui est conforme à sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, nous savons aussi que l’objet de nos demandes nous est acquis.

1.  En quoi consiste la Volonté de Dieu

Tout chrétien a un intérêt majeur à s’assurer qu’il connaît la volonté de Dieu. Il est impossible de prier la prière de foi si on ne connaît pas la volonté de Dieu. De même, il est impossible de communiquer aux autres la foi si l’on ne connaît pas la volonté de Dieu. Quelle est donc la volonté de Dieu pour toi ? Quel est le plan de Dieu pour l’humanité ? Le sais-tu ? C’est à cette question que nous allons essayer de répondre en puisant dans la Bible les éléments de réponse susceptibles de te permettre de progresser dans cette connaissance.

Il a plus à Dieu de se révéler à l’être humain de manière graduelle et progressive. Aujourd’hui, les croyants peuvent marcher dans la lumière, comme Lui-même est dans la lumière, mais auparavant, Il était entouré de nuées et de ténèbres, et cela était nécessaire tant que la justice et l’équité demeuraient les bases de Son trône (Psaumes 89:14). La volonté de Dieu a culminé dans la venue de Jésus, né du Saint Esprit dans la chair. Qu’est donc Jésus venu faire sur la terre ? Pourquoi Dieu a-t-il envoyé son Fils unique sur la terre sous la forme humaine ? Il est écrit que : « …Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » (Jean 3:16-18). L’œuvre de l’expiation accompli par Christ Jésus, glorifie Dieu dans tout ce qu’Il est, et ayant été fait péché pour nous, le voile derrière lequel Dieu habitait, et qui Le cachait aux yeux de Son peuple, ce voile se déchira en deux depuis le haut jusqu’en bas, et Dieu put en toute justice répondre au désir de Son propre cœur en manifestant sans réserve tout ce qu’Il est, tel que Le révèle Christ sur la base de la rédemption. Ce sont là des vérités capitales, fondamentales, que tout chrétien doit connaître. Dieu est le même, dans Sa nature et Ses attributs à la fois dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament, autrement dit, Il est immuable. Cela découle nécessairement des perfections de Son être divin. Il t’aime d’un amour de Dieu et il veut pour toi la vie.

C’est ce que Jésus est venu faire sur terre : donner sa vie pour sauver son peuple. Le Seigneur a lui-même dit : « …je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Or, la volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je les ressuscite au dernier jour… » (Jean 6 : 38-39). Le Seigneur nous déclare que la volonté du Père c’est que lui, le Fils, nous donne la vie éternelle, à nous qui étions pécheurs.  « A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5: 7-8). N’est-ce pas un Dieu merveilleux que notre Dieu?

Le Dieu de gloire a envoyé son fils unique afin que toi et moi, nous soyons lavés de nos transgressions, sauvés, et que nous soyons rétablis dans nos droits prévus par lui-même, en obtenant la vie éternelle. Dieu a fait devenir péché celui qui n’a point connu le péché, Jésus, afin que nous devenions en lui justice de Dieu (2 Corinthiens 5 : 21). Nous retrouvons la même vérité affirmé ailleurs : « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, » (Romains 5: 1). Puisque nous sommes justifiés, nous sommes qualifiés pour recevoir la vie qui était en Jésus Christ, la vie qui vient du Père !

Si nous examinons la vie de Jésus sur la terre, nous apprenons « comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui. » (Actes 10:38). Ailleurs, nous lisons la même vérité rapportée par Matthieu : « Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple. » (Matthieu 4:23).  Ou encore, toujours par le même Matthieu: « Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité. » (Matthieu 9:35). La volonté de Dieu, appliquée par Jésus consiste à nous enseigner la bonne nouvelle du royaume de Dieu, à libérer les captifs des esprits impurs, à guérir toute maladie et toute infirmité ainsi qu’en atteste les versets ci-après:

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies. » (Matthieu 8 : 16-17)

« Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité. » (Matthieu 10 : 1)

« Une grande foule le suivit. Il guérit tous les malades, » (Matthieu 12 : 15)

« Car, comme il guérissait beaucoup de gens, tous ceux qui avaient des maladies se jetaient sur lui pour le toucher. Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se prosternaient devant lui, et s’écriaient: Tu es le Fils de Dieu. » (Marc 3:10-11)

« Ils le prièrent de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchèrent furent guéris. » (Matthieu 14 : 36)

« Après le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d’eux, et il les guérit. » (Luc 4 : 40)

« Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous. » (Luc 6 : 19)

« …en sorte qu’on apportait les malades dans les rues et qu’on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu’un d’eux. » (Actes 5 : 15)

Par ailleurs, le Seigneur nous assure par la plume de Jean que: « Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable. » (1 Jean 3: 22). Nous sommes certains qu’il nous écoute et que nous possédons la chose que nous lui avons demandée si nous demandons selon sa volonté. La foule qui avait suivi Jésus à Capernaüm lui demanda: « Que devons-nous faire, pour faire les œuvres de Dieu [autrement dit, la volonté de Dieu]? » (Jean 6 :28 ). Ce à quoi le Seigneur répondit: « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé » (Jean 6 :29). Or croire en celui qu’il a envoyé c’est aussi obéir à son appel. Jésus nous appelle TOUS à être ses témoins. Il dit: « C’est pourquoi, quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 10: 32).

Ainsi, nous sommes des agents de Dieu en Jésus Christ. Notre mission est de faire ce que Christ nous a non seulement appris mais aussi et surtout délégués de faire : parler de la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, soulager et libérer tous ceux qui sont opprimés par le diable de quelque façon que ce soit. Qu’ils soient opprimés dans leurs esprits, dans leurs âmes, dans leurs corps, dans leurs attitudes, etc. Quand le nommé Ananias vint parler à Saul [Paul] de la part du Seigneur, Il dit: « Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté, à voir le Juste, et à entendre les paroles de sa bouche; car tu lui serviras de témoin, auprès de tous les hommes, des choses que tu as vues et entendues. » (Actes 22 : 14-15). Quelles puissantes paroles de la part du Seigneur ! Toutes choses égales par ailleurs, cet appel adressé à Paul en son temps, s’adresse à chacun et à chacune d’entre nous. Nous sommes tous appelés à:

  • connaître la volonté de Dieu,
  • voir le Juste – le Christ,
  • entendre les paroles qu’il dit [par la méditation de la Bible],
  • et à lui servir de témoin auprès des autres [parler du salut aux autres].

Tout comme Paul l’a été en son temps, tu es aussi appelé à connaître la volonté de Dieu, à voir le Juste (le Christ), à entendre les paroles de sa bouche et à lui servir de témoin, auprès de tous les hommes (et des femmes). Les versets ci-après du psalmiste traduisent ce qu’était son état d’esprit en ce qui concerne la connaissance de la volonté de Dieu quand il dit: « J’aime l’Eternel, car il entend Ma voix, mes supplications; Car il a penché son oreille vers moi; Et je l’invoquerai toute ma vie. Les liens de la mort m’avaient environné, Et les angoisses du sépulcre m’avaient saisi; J’étais en proie à la détresse et à la douleur. Mais j’invoquai le nom de l’Eternel: O Eternel, sauve mon âme! L’Eternel est miséricordieux et juste, Notre Dieu est plein de compassion; L’Eternel garde les simples; J’étais malheureux, et il m’a sauvé. Mon âme, retourne à ton repos, Car l’Eternel t’a fait du bien. Oui, tu as délivré mon âme de la mort, Mes yeux des larmes, Mes pieds de la chute. Je marcherai devant l’Eternel, Sur la terre des vivants. » (Psaumes 116 :1-9).

2.  Le Nom de Jésus Christ

Nous le savons le monde est sous la domination de Satan. Cependant, les chrétiens qui sont conscients de leur position triomphent de Satan et de ses œuvres. Quels sont les ingrédients nécessaires et suffisants pour nous permettre de faire face à ce monde et de réussir ? TL OSBORN[1] cite trois réalités :

  1. Connaître la volonté de Dieu – le plan de Dieu pour l’humanité,
  2. Avoir la foi dans la Parole de Dieu,
  3. Comprendre et connaître le Nom par lequel nous sommes nés de nouveau.

Or nul ne peut connaître le plan de Dieu s’il ne connaît le Nom par lequel Dieu a exécuté son plan. De même, nul ne peut avoir la foi en Dieu s’il ne connaît le Nom par lequel la promesse divine est acquise. L’ange du Seigneur qui apparut en songe à Joseph au sujet de l’enfant que portait Marie lui dit : « … l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint Esprit; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le NOM de Jésus; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » (Matthieu 1 :21). Dans le livre des Actes, les chefs du peuple, les anciens et les scribes reunis, Pierre précise : « Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle. Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre NOM qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4 : 11-12).

Quand tu amènes le Nom de Jésus dans une conversation, dans une prière, c’est comme si tu amènes Jésus lui-même sur la scène. Tout ce que Jésus Christ a fait, tout ce qu’il a dit, tout ce qu’il est aujourd’hui, tout cela est investis dans son merveilleux NOM. Quand tu dis « au Nom de Jésus », cela veut dire que tu t’appuies sur les mérites de Jésus, ce qu’il représente, ce qu’il a accompli, ce qu’il est. Quand nous lisons et entendons ce qu’il est, on ne peut que tressaillir d’émotion positive, de joie et de gratitude envers le Père céleste, de gratitude envers le Seigneur Jésus, de gratitude envers le Saint Esprit. Tous ceux qui croient en lui, sont en quelque sorte des représentants à qui il a donné les pleins pouvoirs. Des ambassadeurs plénipotentiaires de son Royaume ; des personnes ayant autorité pour agir en son nom ; pour agir à sa place. Dès lors, Nous pouvons faire exactement tout ce qu’il a fait et tout ce qu’il dit que nous pouvons faire. Nous devons prendre conscience de ce qu’est notre position dans le monde, en Jésus Christ.

Malheureusement, trop de religion a dilué le message de la puissance, de l’autorité du Nom de Jésus. La religion a édifié des intermédiaires entre Jésus et les fidèles. Le Nom merveilleux de Jésus qui aurait dû être notre seul recours, notre seul étendard, est devenu si lointain que, pour tenter de l’atteindre, les uns s’appuient sur le clergé ou les « saints » désignés par l’homme, d’autres sur des pasteurs autoproclamés, des bishops et des prétendus apôtres. Redresse-toi mon frère, ma sœur et, à la lumière de la Parole de Dieu, revisite ta position réelle en Jésus. Alors, tu parleras, tu marcheras, tu agiras, tu délivreras en son Puissant NOM. Tu n’as besoin d’aucun intermédiaire selon qu’il est écrit : « …mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui…» (Hébreux 10 : 38-39). Ne soyons pas de ceux qui se retirent, abusés par les doctrines et la religion ; ne soyons pas non plus abusés par nos incertitudes et nos problèmes. La Bible dit que ceux qui se retirent, ceux qui ne comprennent pas les prémices du salut dont nous venons de parler, ceux-là se perdent. Au contraire, nous sommes de ceux qui ont la foi au NOM du Seigneur Jésus Christ pour vivre par lui dans la victoire, en parole ou en œuvre, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père. C’est pour cela qu’il dit à ses disciples : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père » (Jean 12 :13).

« …et tout ce que vous demanderez en mon NOM, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon NOM, je le ferai. » (Jean 14 : 13-14)

« En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon NOM. » (Jean 16 :23)

« …[Christ] étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un NOM plus excellent que le leur. » (Hébreux 1 :4)

Et « voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon NOM, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. » (Marc 16 :17-18)

« Et c’est ici son commandement: que nous croyions au NOM de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu’il nous a donné. » (1 Jean 3 :23)

« Alors quiconque invoquera le NOM du Seigneur sera sauvé » (Actes 2 :21)

« Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son NOM. » (Jean 20 :31)

« Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son NOM, il a donné LE POUVOIR DE DEVENIR ENFANTS DE DIEU, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. » (Jean 1 :12-13)

« Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au NOM du Seigneur; » (Jacques 5 :14)

« Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon NOM, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. » (Marc 16 : 17-18)

« Car là où deux ou trois sont assemblés en mon NOM, je suis au milieu d’eux. » (Matthieu 18 :20)

« Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au NOM du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père. » (Colossiens 3 :17)

« …rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au NOM de notre Seigneur Jésus-Christ, vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ. » (Éphésiens 5 :20-21)

« Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au NOM du Seigneur Jésus-Christ, et par l’Esprit de notre Dieu. » (1 Corinthiens 6 :11)

« Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son NOM. » (Hébreux 13 :15)

« Et c’est ici son commandement: que nous croyions au NOM de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu’il nous a donné. » (1 Jean 3 :23)

« Je suis venu au NOM de mon Père… » (Jean 5 :43), dit le Seigneur.

« Jésus leur répondit: Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au NOM de mon Père rendent témoignage de moi… » (Jean 10 :25)

« J’ai fait connaître ton NOM aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés; et ils ont gardé ta parole. » (Jean 17 :6)

« Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton NOM ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous. » (Jean 17 : 11)

Ces versets sont cités pour nous rappeler la puissance que revêt le NOM de Jésus et la majesté de celui qui l’a envoyé. Le nom de Jésus est le nom au-dessus de tout nom. En action ou en paroles, tout ce que tu fais, fais-le au NOM de Jésus Christ. Car, à ceux qui croient en son NOM, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés de Dieu. Être né de Dieu, c’est en quelque sorte, devenir de la même nature que Dieu, puisque nous devenons ses enfants nés de l’Esprit. En Jésus Christ, nous sommes des enfants d’adoption de L’Éternel, le Dieu de l’univers. Un enfant du Dieu Tout-Puissant est appelé à témoigner de cette vie de Dieu qui est en lui. En conséquence, devant l’ennemi, il n’a pas peur ! Il ne peut ni douter, ni hésiter, ni se montrer timide. Il tire sa force du Maître en revêtant aussi sa compassion, sa douceur, sa loyauté bref, son amour pour autrui. Il reçoit la puissance du Saint Esprit de Dieu selon que le Seigneur a dit : « …je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous ». (Jean 14 : 16-17)

 Je remercie le Seigneur Jésus pour le don de son NOM qui supplée à toutes mes insuffisances. Quand je commets des écarts de conduite , des transgressions, il reste bon et fidèle. Il maintient le flot de grâce et veut toujours m’accueillir. C’est cela l’amour dont il nous aime. Un amour inconditionnel et toujours disponible. Puisque je connais l’excellence de son nom, puisque je connais sa fidélité, j’ai le désir ardent de vivre une vie qui soit digne de lui. Je veux vivre de manière à ne pas amener de réprobation sur le nom du Seigneur.

3.  L’autorité du croyant

Lorsque nous parlons de l’autorité du croyant, nous ne nous référons pas à ce qui se passe sur le plan des relations humaines. Il ne s’agit donc pas de l’autorité que l’on peut avoir sur une autre personne par exemple. Nous voulons parler de l’autorité spirituelle du croyant. Cette autorité spirituelle s’exerce sur des êtres spirituels : Satan, les démons et sur leurs œuvres dans notre propre vie et dans la vie de ceux qui nous sont donnés.

Qu’est ce qui te donne un comportement d’autorité dans la vie? Et d’abord, d’où vient cette autorité? L’autorité du chrétien vient de Dieu, par Jésus Christ. Comme nous allons le voir dans les prochaines lignes, nombreux sont les versets de la Bible qui nous enseignent  que par le Nom de Jésus Christ, nous avons autorité sur le péché, sur la maladie, sur les infirmités, sur l’échec, sur le découragement, sur l’anxiété, sur le stress, sur la pauvreté, etc. Le chrétien qui connaît ce Nom puissant n’est pas sans ressources dans sa vie. Confronté aux circonstances humaines il ne tremble ni ne craint. Il dispose de ressources bien au-dessus de tout ce que la vie peut lui opposer. C’est cela qui lui confère l’autorité dans ses attitudes, dans ses paroles et dans ses actions.

Pensons un instant au concept d’autorité dans la vie terrestre. Dans la vie ordinaire, toute personne qui délègue l’autorité à un collaborateur, est tenue de soutenir les décisions prises en son nom. C’est par exemple le cas quand nous allons dans une administration demander un document à un agent assermenté. Le document qu’il produit revêt la force de l’autorité qui l’a délégué (le ministre de l’intérieur par exemple). Puisque Jésus Christ délègue cette autorité, soyons certains qu’il s’assure que les décisions que nous prenons en qualité d’agents ayant reçus cette délégation de sa part, sont soutenues et mises en œuvre par sa vertu et son pouvoir. Il ne peut en être autrement car, nous savons qu’il est beaucoup  plus fidèle et juste que n’importe quel être humain (Matthieu 7 :11 ; Luc 11 :13).

Jésus a donné mission à ses disciples de continuer son ministère sur terre, c’est-à-dire, à faire ce qu’il a lui-même fait, à savoir,  annoncer la bonne nouvelle du salut, chasser les démons, apporter la guérison aux malades, consoler les affligés, etc. Nous avons donc reçus cette autorité car tous ceux qui ont reçu Jésus comme Seigneur et sauveur sont ses disciples ; si du moins nous souhaitons nous saisir de cette responsabilité et l’exercer conformément à sa volonté. Nous sommes donc ses agents pour faire le travail du royaume de Dieu sur terre. C’est dire que nous ne devons pas attendre qu’il revienne faire le travail. C’est à nous de le faire en son nom, revêtus de l’autorité qu’il nous donne ! Cette autorité, nous allons le voir est effective car la délégation que nous avons reçu du Seigneur fonctionne et nous rend victorieux. Examinons à présent les ingrédients principaux qui rendent notre autorité effective.

3.1.      Justifiés par le sang de Jésus

Toute personne née de nouveau a effectivement été racheté à un prix très cher, à savoir par le précieux sang de Jésus Christ et c’est Dieu lui-même qui en a voulu ainsi, selon que la Bible dit, « Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous… » (Romains 8:32) ou encore,  « Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché… » (Ésaïe 53 :10). Dieu n’a demandé ni or ni argent, ni aucune autre richesse matérielle. Toutes les richesses de l’univers, n’auraient pas suffi pour nous délivrer de l’esclavage de Satan, de l’emprise du péché sur nous et, en conséquence, de la mort. Le prix élevé du précieux sang de Jésus était absolument nécessaire pour expier nos fautes et nous accorder la rédemption et la justification selon ce que rappelle Pierre : « …ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache… » (1 Pierre 1 : 18-19). Dans ce verset, nous voyons que Pierre reçoit la révélation du caractère précieux du sang de Jésus.

Beaucoup de choses sont précieuses ici-bas. L’or, l’argent, les diamants sont précieux, et les gens s’entre-tuent pour les posséder ; or rien n’est en vérité plus précieux que le sang de Jésus. N’eût été le sang de Jésus nous n’aurions rien! N’eût été le sang de Jésus nous ne serions rien! Notre richesse à nous qui aimons le Christ, c’est le sang de Jésus : la plus précieuse des richesses de ce monde. C’est le plus grand trésor que tu puisses posséder ! Celui qui dit: « Je suis lavé, racheté, justifié par le sang de Jésus », celui-là est un homme riche, une femme riche ! Il est riche et puissant éternellement. Les richesses périssables passeront, mais le sang de Jésus est éternel, il nous fait demeurer à toujours.

« …Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création; 12 et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. 13 Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, 14 combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant! 15 Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis. » (Hébreux 9 : 11-15)

«  Alors j’ai dit: Voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi) Pour faire, ô Dieu, ta volonté. Après avoir dit d’abord: Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché (ce qu’on offre selon la loi), il dit ensuite: Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde. C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes » (Hébreux 10 : 7-10).

« A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère… » (Romains 5:9, 10, 17)

« Mais maintenant, en Jésus Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. » (Ephésiens 2 :13)

« …en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés» (Colossiens 1 :14)

3.2.      Jésus Christ est Seigneur

Le mot biblique « Seigneur » est la traduction du mot grec « Kurios », l’équivalent du mot hébreu « Adonaï ». De tout temps, le monde des religions a toujours donné la prééminence à quelques personnages parés de vertus, à qui sont rendus les honneurs. Cependant pour nous qui croyons en Christ, nous savons qu’il n’y a qu’un seul Seigneur ainsi que Paul explique: « Bien sûr, certains disent qu’il y a des dieux au ciel et sur la terre. Et c’est vrai, pour eux il y a plusieurs dieux et plusieurs seigneurs. En tout cas, pour nous, il n’y a qu’un seul Dieu : c’est le Père. Tout vient de lui, et c’est pour lui que nous vivons. Et il n’y a qu’un seul Seigneur : c’est Jésus Christ. Tout existe par lui, et c’est par lui que nous vivons. » (1 Corinthiens 8:5)

Jésus a dit lui-même : « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre » (Mathieu 28 :18) de la part de Dieu le Père. Et l’apôtre Paul confirme en écrivant encore que « le Christ est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen! » (Romain 9 :5).

Jésus est le Seigneur qui a le pouvoir de pardonner tous les péchés, de guérir toutes les maladies et toutes les infirmités, de chasser tout démon, tout esprit impur et malfaisant, de  délivrer de tout mal, de nous affranchir du pourvoir du péché, de nous secourir lors des tentations et en toutes autres circonstances. Enfin, Il nous ressuscitera au dernier jour et il transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses (Philippiens 3: 21).

Et je désire par-dessus tout qu’il s’assujettisse tout mon être : mon esprit, ma volonté, mes pensées, mon âme, mes  sentiments, mes désirs, mes émotions, mon corps avec tous ses besoins. Je sais que celui qui est sur le trône, à la droite de Dieu sait tout de moi et qu’il peut exercer en ma faveur son pouvoir. Que son Nom soit béni !

Les premiers disciples confessaient que Jésus est le Seigneur. A cause de leur témoignage ils étaient persécutés par Rome qui exigeait que tous proclament que César est Seigneur. Pour eux, il n’existait qu’un seul Seigneur: Jésus Christ, le fils de Dieu! Il est important que nous comprenions et que nous soyons persuadés que Christ est le Souverain Seigneur, qui domine sur tout et tous, comme l’apôtre Paul l’a répété à plusieurs reprises: « Dieu a déployé sa puissance en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. » (Éphésiens 3 : 20 -23)

Jésus dit: « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6). Jésus est la pierre rejetée par ceux qui bâtissent, et qui est devenue la principale de l’angle. Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. (Actes 4 : 11-12). Personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé par Dieu, à savoir Jésus Christ (1 Corinthiens 3:11). Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, (1 Timothée 2: 5). Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui, reçoit par son nom le pardon des péchés (Actes 10:43). Cette parole de salut a été envoyée à tous les hommes, aux israélites (fils de la race d’Abraham) mais aussi à tous les gentils qui craignent Dieu, (Actes 13:26).

3.3.      Appelés et établis par le Seigneur Jésus  

« Et Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d’attester que c’est lui qui a été établi par Dieu juge des vivants et des morts… » (Actes 10 : 42-43)

Parmi les raisons qui font que l’autorité du chrétien est effective nous citerons aussi le fait que Jésus nous appelle. En effet, le Seigneur établit et donne le pouvoir à tous ceux qui répondent à son appel.  Un certain aveugle assis au bord du chemin entendit passer une foule. Cela l’intrigua et en se renseignant autour de lui, il apprit que Jésus de Nazareth passait par là. Cet homme avait probablement déjà entendu parler des miracles que le Seigneur opérait. Alors, sans hésiter, il se mit à crier : « Jésus, aie pitié de moi ! ». Et quelqu’un lui dit: « Prends courage, lève-toi, il t’appelle » (Marc 10 : 49). Et sans tarder, notre homme se dirigea à tâtons vers le Seigneur. Le récit nous apprend que Jésus le guéri de sa cécité et que par la suite, cet homme vit la lumière et suivit le Seigneur.

Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? (Romains 8: 31-33)

Paul dit aux Thessaloniciens ces paroles pleines d’encouragement: « Dieu vous a choisis dès le commencement pour le Salut… c’est à quoi il vous a appelés par notre évangile pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus » (Thessaloniciens 2 : 13). Dieu t’appelle à posséder la gloire de Jésus Christ ! T’en rends-tu compte ?

« Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés » (Romains 8: 28-30).

 « Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. » (Ephésiens 6 :10). Le Seigneur est ta force. Tu ne dois pas te tourmenter. Fortifie-toi en lui car il t’a lui-même établi!

« Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité»(Matthieu 10 : 1). Notre pouvoir est immense. C’est le Seigneur lui-même qui nous le donne.

« Allez, prêchez, et dites: Le royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. » (Matthieu 10 : 7-8). Ces choses ne sont pas destinées aux seuls pasteurs et autres catégories que nous pouvons imaginer. Tous ceux qui acceptent le Christ comme leur Seigneur et sauveur sont concernés. Je suis concerné et toi ?

« …il appela ceux qu’il voulut, et ils vinrent auprès de lui. 14 Il en établit douze, pour les avoir avec lui, 15 et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les démons. » (Marc 3 :14-15). Le Seigneur appelle ceux qu’il veut. Il a le pouvoir d’appeler ceux qu’il veut ! Mais il ne peut travailler qu’avec ceux qui le suivent. Il y a beaucoup d’appelés mais peu qui acceptent.

« Ils partirent, et ils allèrent de village en village, annonçant la bonne nouvelle et opérant partout des guérisons. » (Luc 9 : 6). Nous sommes établis témoins de Christ. Comment témoignerions-nous de lui si nous ne connaissons pas sa vie et sa puissance dans notre vie ?

« Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire. » (Luc 10 :19). Il a donné le pouvoir de dominer sur la puissance de Satan. Le crois-tu? Le crois-tu vraiment?

« Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient. » (Marc 16 : 15-20). Puisque c’est le Seigneur qui nous envoie, il travaille aussi avec nous. Et il confirme sa présence par des signes de puissance.

« Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. » (Jean 16 :24) Celui qui demande en son Nom recevra et sera dans la joie. C’est la volonté du Seigneur!

3.4.      Notre droit de naissance : Une nouvelle création en Christ

Le Seigneur dit à Nicodème: « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3 : 5). Le Petit Larousse illustré définit le verbe « naître » comme suit : venir au monde, commencer à exister, à se manifester. En fait, le jour où tu es né, tu as commencé à exister dans ce monde et pour les gens de ce monde.

La nouvelle naissance, ou comme on pourrait le dire la deuxième naissance, c’est aussi venir à l’existence, ou exister mais plutôt, pour le royaume de Dieu. A notre nouvelle naissance, Dieu communique Sa vie divine dans notre esprit, Il nous fait passer de la mort spirituelle à la Vie spirituelle. La nouvelle naissance c’est d’être une nouvelle créature par la régénération, qui nous donne accès au royaume de Dieu ; c’est la seule manière pour devenir enfant de Dieu. Ceci est un acte surnaturel. C’est l’Esprit de Dieu opère lui-même cette naissance en nous. C’est une grâce qu’il accorde à ceux qui acceptent Christ Jésus: « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Corinthiens 5 :17). En Christ, nous revêtons l’homme nouveau, crée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité (Ephésiens 4 :24).

Notre naissance spirituelle nous donne aussi une identité nouvelle et des nouveaux privilèges en Christ :

« J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. » (Galates 2 :20)

« …sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. » (Romains 6 :6-7)

« Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5 :21)

 « Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie; Et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. » (Ésaïe 53 :5)

« lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris» (1 Pierre 2 :24)

« Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. » (Romains 6 :4)

« ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.  13 Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses; 14 il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix; 15 il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. » (Colossiens 2 :12-15)

« et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes » (Ephésiens 1 :19-20)

« nous qui étions morts par nos offenses, Il nous a rendus à la vie avec Christ » (Ephésiens 2 :5)

« …vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, 10 et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé. 11 Il n’y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre; mais Christ est tout et en tous. » (Colossiens 3 :10-11)

« Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement. » (1 Jean 4 :17)

3.5.      L’appartenance à la famille de Dieu

Il convient tout d’abord de noter qu’en hébreu il n’y a qu’un seul mot pour désigner à la fois « maison » et « famille ». C’est le mot « beth » comme dans Beth-lehem (la maison du pain) ou dans Beth-el (la maison de Dieu). Ainsi donc, l’expression la ‘maison de David’ signifie aussi la ‘famille de David’ et la ‘maison de Dieu’ signifie aussi la ‘famille de Dieu’. Nous avons avec notre maison ou famille des liens forts et permanents. La maison est un endroit où on a sa demeure. Et les enfants vivent naturellement dans la demeure familiale, la demeure de leur père.

Chaque être humain a été créé par Dieu mais nous ne sommes pas tous enfants de Dieu. Seuls les chrétiens nés de nouveau font partie de la famille de Dieu. Nous devenons membres d’une famille humaine par notre naissance dans la chair mais nous devenons membre de la famille de Dieu par notre naissance spirituelle selon qu’il est écrit : «  …à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu… » (Jean 1 :12-13).

« L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui. » (Romains 8:16-17)

Notre famille sur terre est un don de Dieu, mais elle est temporaire et surtout fragile. Elle est souvent brisée par les disputes, le divorce, les différences de tempérament, les épreuves et inévitablement, par la mort physique. Par contre, notre famille spirituelle, notre relation avec Jésus Christ, continuera jusque dans l’éternité. À partir du moment où nous sommes nés spirituellement dans la famille de Dieu, nous recevons une identité nouvelle en Christ: un nom de famille nouveau (en esprit), des ressemblances familiales, des droits et privilèges familiaux, accès à l’intimité familiale, et un héritage familial!

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux, vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps!… » (1 Pierre 1 : 3-5)

Les versets ci-après nous parlent des promesses de Dieu en ce qui concerne l’héritage de celui qui appartient à sa famille :

« Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés. » (Actes 20:32)

« Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. » (2 Corinthiens 1:5)

« Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation. » (2 Corinthiens 1:7)

« …sachant que vous recevrez du Seigneur l’héritage pour récompense. Servez Christ, le Seigneur. » (Colossiens 3:24)

« Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse. » (Galates 3:29)

« Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu. » (Galates 4:7)

« Ce mystère, c’est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l’Evangile… » (Éphésiens 3:6)

« Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort… » (Philippiens 3:10)

« …si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui; si nous le renions, lui aussi nous reniera… » (2 Timothée 2:12)

« …afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle… » (Tite 3:7)

« …dans ces derniers temps, [Dieu] nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde… » (Hébreux 1:2)

« Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut? » (Hébreux 1:14)

« …pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux… » (1 Pierre 1:4)

« Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. » (1 Pierre 4:13)

« Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils. » (Apocalypse 21:7)

« …mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, 5 afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. 6 Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! 7 Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu. » (Galates 4 :4-7)

« Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui. » (Romains 8 :15-17)

« Ces choses sont allégoriques; car ces femmes sont deux alliances. L’une du mont Sinaï, enfantant pour la servitude, c’est Agar, – 25 car Agar, c’est le mont Sinaï en Arabie, -et elle correspond à la Jérusalem actuelle, qui est dans la servitude avec ses enfants. 26 Mais la Jérusalem d’en haut est libre, c’est notre mère; » (Galates 4 :25-26)

3.6.      Notre relation avec Jésus

Dès le début du Nouveau Testament, il apparaît immédiatement que Dieu va constituer un peuple, comme cela se voit dans l’annonce de la naissance de Jean-Baptiste et de celle de Jésus. Ainsi, Abraham n’est pas seulement l’ancêtre du Christ; il est également celui qui a reçu la promesse qu’en lui toutes les nations de la terre seraient bénies.

« …un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » (Matthieu 1:20-21)

« …vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde. » (1 Pierre 1 : 9-10)

Pierre parle ainsi de ceux qui croient à la pierre angulaire, choisie, précieuse aux yeux de Dieu, à savoir Christ Jésus. Il précise que ceux-là ne seront point confus s’ils s’édifient pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ.

« Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains… » (Apocalypse 7:9,10)

« Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. » (Apocalypse 20:15)

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. 19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. 20 Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! 21 Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5 : 17-21)

« Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout puissant. » (2 Corinthiens 6 : 16-18)

« Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous: elles sont votre gloire. » (Ephésiens 4 :13)

« Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit» (2 Corinthiens 3 : 18)

« Puisque nous travaillons avec Dieu, nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain. 2 Car il dit: Au temps favorable je t’ai exaucé, Au jour du salut je t’ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut. 3 Nous ne donnons aucun sujet de scandale en quoi que ce soit, afin que le ministère ne soit pas un objet de blâme. 4 Mais nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, 5 sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes; 6 par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par un esprit saint, par une charité sincère, 7 par la parole de vérité, par la puissance de Dieu, par les armes offensives et défensives de la justice; 8 au milieu de la gloire et de l’ignominie, au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation; étant regardés comme imposteurs, quoique véridiques; 9 comme inconnus, quoique bien connus; comme mourants, et voici nous vivons; comme châtiés, quoique non mis à mort; 10 comme attristés, et nous sommes toujours joyeux; comme pauvres, et nous en enrichissons plusieurs; comme n’ayant rien, et nous possédons toutes choses. » (2 Corinthiens 6 :1-4)

3.7.      L’aide du Saint Esprit

La connaissance du Saint Esprit fait partie des choses essentielles pour un croyant, disciple du Seigneur Jésus Christ, né de nouveau et donc enfant de Dieu. Car, sans le Saint Esprit, il est impossible d’avancer dans la connaissance de la volonté de Dieu. En effet, il est dit: « … comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même  » (Jean 5 : 26). Cette vie dont parle le passage que nous venons de lire, c’est la Saint Esprit.

De même, Jésus a dit à ses disciples: Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.  (Jean 14:16)

Le Seigneur enseigne que la connaissance du Saint-Esprit est le fruit de notre relation avec Lui : Il est avec vous et il sera en vous !

Dans le livre des Actes des Apôtres, on peut lire ce récit qui met en évidence l’importance du Saint Esprit dans la vie du croyant : « Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l’Asie, arriva à Éphèse. Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit: 2 Avez-vous reçu le Saint Esprit, quand vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n’avons pas même entendu dire qu’il y ait un Saint Esprit. 3 Il dit: De quel baptême avez-vous donc été baptisés? Et ils répondirent: Du baptême de Jean. 4 Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus. 5 Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. 6 Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient. » (Actes 19: 1-6)

Les gens d’Ephèse dont il est question ici étaient des disciples de Jean Baptiste (Actes 18: 24- 25). Ils n’avaient pas reçu Jésus comme leur Sauveur et encore moins le Saint-Esprit. C’est pourquoi l’apôtre Paul leur annonça la bonne nouvelle du salut et les baptisa au Nom du Seigneur Jésus, pria pour eux en leur imposant les mains, après quoi ils reçurent le Saint-Esprit. Pour l’apôtre, il était indispensable que ceux qui se convertissaient à Christ reçoivent le Saint-Esprit : Si tu ne l’as pas encore reçu, il est important de garder cette vérité en Esprit et de courir de manière à le recevoir.

Aux disciples de l’église de Corinthe il posait cette autre question : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Corinthiens 3:16)

Dans la Bible les passages concernant le Saint-Esprit sont très nombreux et ils nous apprennent que sa présence est  le résultat d’une foi réelle en Jésus-Christ. On peut en déduire que seule la foi en Jésus Christ ouvre la porte de notre cœur au Saint-Esprit qui, vient sceller notre vie nouvelle d’enfant de Dieu, comme l’écrit encore l’apôtre Paul : « En lui [Christ] vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire. » (Ephésiens 1: 13) et « parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! » (Galates 4:6)

Ceci étant établi, efforçons nous d’entrer plus avant dans la connaissance du Saint-Esprit. Jésus a dit de Lui : « …Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera… » (Jean 16: 13-15)

Alors, pratiquons la prise de conscience de la présence de Christ en nous. Pour agir en ce temps de la fin et répandre la bonne nouvelle du royaume de Dieu, il n’a pas d’autres mains que les nôtres, pas d’autres jambes que les nôtres, pas d’autre voix que la nôtre. Et, le Seigneur nous a envoyé le Saint Esprit comme notre consolateur, notre enseignant, notre conseiller, notre aide, notre force, révélant la volonté / la nature du Père et du Fils, accomplissant les œuvres de Christ, rappelant ses enseignements et transmettant sa Parole.

Gloire soit rendue à Notre Dieu et Père pour sa précieuse volonté en Jésus Christ. Amen !


[1] Cet article est inspiré de T. L. OSBORN: The Will of God
Voir: https://en.wikipedia.org/wiki/T._L._Osborn

L’Autorité Spirituelle du Croyant

1. Les ennemis de l’homme

Instigateur de la chute d’Adam et Eve (Genèse 3 : 1-6), Satan avait été créé chérubin protecteur aux ailes déployées. Il avait été crée plein de sagesse et parfait en beauté. Placé sur la sainte montagne de Dieu, il marchait au milieu des pierres étincelantes. Il a d’abord été intègre dans ses voies, jusqu’au jour où il a péché; se remplissant d’orgueil et de violence (Ézéchiel 28.11-15). Alors l’Éternel l’a précipité de sa montagne sainte de même que d’autres anges du ciel qui l’avaient suivi dans sa rébellion. Il est le chef des êtres célestes déchus et le principal ennemi des hommes (Job 1 : 6-11; 2: 1-7; Zacharie 3: 1; Matthieu 25: 41; Éphésiens 6: 11-12; 1 Pierre 5: 8; Apocalypse 12: 7-9).

Dans les Écritures, plusieurs noms, surnoms ou expressions le désignent : Satan, Lucifer, Bélial, Belzébul, le serpent, le malin, le diable, le tentateur, l’accusateur, le dominateur des ténèbres, le prince des démons, le dieu de ce monde, le meurtrier, le menteur, le prince de la puissance de l’air, etc. La Bible nous dit que le diable est meurtrier,  menteur, séducteur, rusé, méchant, cruel. Il est aussi désigné comme le tentateur,  l’oppresseur, le tyran, celui qui frappe les nations par des coups sans relâche. (Ésaïe 14 : 61 – Jean 5 : 19).

Satan et ses anges déchus sont des êtres et non des mythes. Si nous ne pouvons les voir avec nos yeux physiques, c’est parce qu’ils ne sont pas faits de chair et de sang. Ce sont des êtres spirituels. Dans la catégorie d’êtres spirituels la Bible cite aussi les dominations, les autorités, les puissances, les princes de ce monde de ténèbres, les esprits méchants dans les lieux célestes (Éphésiens 6: 12). Leur dessein est d’entraver l’œuvre de Dieu en gagnant un maximum d’hommes et de femmes à leur cause. Ainsi, toutes les fois que nous ne faisons pas la volonté de Dieu, nous contribuons à entraver son œuvre et, en cela consciemment ou non, nous servons la cause du diable. Par exemple, l’idolâtrie, l’envie, la médisance, l’arrogance, le mensonge, sont autant de choses qui offensent Dieu et promotionnent l’agenda de Satan.

C’est aussi eux les ennemis de notre santé, de notre bien-être tel que prévu par Dieu. Ils peuvent infliger des fléaux, les maladies, les infirmités, les catastrophes, des oppressions en tout genre. Ils peuvent participer à entraver notre bonheur, notre prospérité… et, par-dessus tout, ils sont les ennemis de notre relation avec Dieu. Le diable a été « meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. » (Jean 8: 44). C’est encore lui le tentateur qui vient avec toutes sortes d’idée trompeuses, faisant miroiter à l’homme, par exemple, le « profit » qu’il pourrait tirer en faisant du mal à autrui. Ici, il inspire une bande de voleurs, là-bas des meurtriers. Ailleurs encore, il distille la haine, la méchanceté, l’envie, etc. Il a le pouvoir d’agir sur les éléments naturels pour  déclencher un orage ou un ouragan dévastateur, il peut enfin frapper un être humain de maladie ou d’infirmité (Job 1 : 12-19 et Job 2: 6-7). Dans un monde où la majorité des gens nient l’existence même de Satan, où la plupart de ceux qui pensent qu’il existent ignorent son mode opératoire, Satan et ses anges des ténèbres sont des ennemis redoutables.

Par la manipulation, la ruse et le mensonge, le diable sème la confusion dans l’esprit de l’homme ou, y installe des certitudes contraires à la Bible, afin de l’empêcher de savoir quelle est l’espérance qui s’attache à l’appel de Dieu. Il va jusqu’à obscurcir l’esprit de certains afin de les perdre (2 Corinthiens 4 : 4). Le diable et ses agents ne veulent pas que nous comprenions quelle est la richesse de la gloire de l’héritage que Dieu réserve aux saints. Ils travaillent pour empêcher l’homme à comprendre et accepter, l’infinie grandeur de la puissance de Dieu pour lui. Cette puissance s’est pourtant manifestée avec efficacité en Christ, notre Seigneur et Sauveur. Pour nombre de personnes de bonne volonté, l’ignorance est le plus grand obstacle à leur liberté et à leur bonheur. L’ignorance nuit à la qualité de leur relation avec Dieu. La Bible dit que le peuple de Dieu « est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance » (Osée 4: 6). Or la connaissance, la sagesse, l’intelligence sont dans la parole de Dieu. Le Seigneur Jésus dit: vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira. (Jean 8:3)

2. L’œuvre glorieuse de Jésus-Christ : Base de toute autorité

La Bible nous apprend qu’après la désobéissance de l’homme, la première conséquence a été la mort spirituelle, c’est-à-dire, l’éloignement de la face de Dieu, l’inimitié avec Dieu. En effet la Bible dit, «…étant pécheurs par nature, nous sommes spirituellement morts par nos offenses et par nos péchés. » (Éphésiens 2:1). La trahison de l’homme l’a donc fait passer de lumière (la présence de Dieu) aux ténèbres ou l’emprise de Satan qui est le prince des ténèbres. Or, Satan et ses disciples sont destinés à la destruction.  L’homme étant passé sous son contrôle héritait dès lors de la même destruction « car le salaire du péché, c’est la mort »  (Romains 6: 23). On lit par ailleurs que « les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort. » (Apocalypse 21: 8)

Pour détruire l’autorité ancienne que Satan avait sur l’humanité depuis la chute du premier homme et donner à l’humanité une seconde chance de vivre, Dieu, dans un acte d’amour qui surpasse toute connaissance, a envoyé son Fils dans le monde des hommes « afin de détruire les œuvres du diable. » (1 Jean 3: 8). Exemplaire dans son obéissance au Père jusqu’au bout, il a subi les moqueries, les humiliations, les coups, la flagellation, la couronne d’épine, la haine de la foule déchaînée comme des bêtes féroces, l’abandon de ses disciples et, finalement, la mort infâme sur la croix; supplice habituellement réservé aux pires malfaiteurs. C’est à ce prix-là que Dieu « nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés. » (Colossiens 1:13-14). Je voudrais attirer ton attention sur ce que la Bible dit: « …nous avons la rédemption, la rémission des péchés » et non pas nous aurons. Ceci est un acquis ; une chose faite pour toujours. Or, le monde pour lequel il est mort en victime expiatoire n’a pas compris le sens de son sacrifice. Il ne l’a pas reconnu. Il ne l’a pas reçu (Jean 1:11).

Or, dès l’Ancien Testament, nous trouvons dans la Bible plusieurs prophéties en rapport avec  l’avènement et l’œuvre du Seigneur Jésus, le Christ. La prophète Ésaïe s’interroge:
« Qui a cru à ce qui nous était annoncé? Qui a reconnu le bras de l’Éternel ? Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. » (Ésaïe 53:1-3). Le roi David aussi décrit l’agonie de Jésus à la croix en des termes on ne peut plus nets : « Et moi, je suis un ver et non un homme, L’opprobre des hommes et le méprisé du peuple. Tous ceux qui me voient se moquent de moi, Ils ouvrent la bouche, secouent la tête… Je suis comme de l’eau qui s’écoule, Et tous mes os se séparent; Mon cœur est comme de la cire, Il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme l’argile, Et ma langue s’attache à mon palais; Tu me réduis à la poussière de la mort. Car des chiens m’environnent, Une bande de scélérats rôdent autour de moi, Ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent; Ils se partagent mes vêtements, Ils tirent au sort ma tunique» (Psaume 22).

L’apôtre Paul quant à lui, nous révèle que la mort de Jésus sur la croix est considérée comme une folie pour ceux qui périssent, c’est-à-dire les non-croyants; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une manifestation de la puissance de Dieu. Citant Ésaïe, Paul rappelle qu’il est écrit: « je [Dieu] détruirai la sagesse des sages, et j’anéantirai l’intelligence des intelligents » (Ésaïe 29: 14). Le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, alors il a plu à Dieu de sauver les croyants par la « folie » de la prédication de la croix. Les juifs [détenteur de la Loi de Moise] demandent des miracles, attendant un messie roi dans la chair. Quant aux grecs, eux qui avaient la science du monde, ils voulaient voir dans l’avènement du Messie des juifs, la sagesse selon la chair. Or Christ est mort pendu sur une croix infâme. Scandale pour les uns et folie pour les autres, l’œuvre de Christ à la croix est une puissance de Dieu et une sagesse de Dieu pour ceux qui acceptent son appel. Car, la Bible nous dit que « la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes » (1 Corinthiens 1: 18-25). Contrairement aux attentes du monde, Il [Christ] s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme,  il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. (Philippiens 2:7-8). C’est ainsi que nous avons un souverain sacrificateur qui n’a point commis de péché, et dans la bouche duquel, il ne s’est point trouvé de fraude (1 Pierre 2: 22). Par ailleurs, il peut compatir à nos faiblesses; puisqu’il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché (Hébreux 4:15).

Comprendre et accepter que la croix est l’endroit où Christ a sauvé les hommes de l’emprise de Satan n’est possible qu’à celui qui met sa foi en Dieu. Satan retenait les hommes captifs à cause du péché ; mais sur la croix le Seigneur Jésus a payé pour nos péchés. Il a mis fin à l’autorité de droit que Satan avait acquise sur l’homme après que celui-ci ait désobéi à Dieu. Les hommes peuvent maintenant choisir celui qu’ils veulent servir. Ceux qui choisissent Jésus Christ comme leur Seigneur et Sauveur peuvent être délivrés de la puissance de Satan par l’œuvre de la croix. La Bible dit : « Rendez grâces au Père […] qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour. » (Colossiens 1.12, 13). C’est donc à la croix que Satan a été vaincu une fois pour toute. Le Seigneur Jésus a pris notre nature, « afin que, par la mort, il rendit impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable. » (Hébreux 2.14).

3. Les conséquences de l’œuvre de Jésus-Christ

Rémission des péchés et Justification des croyants
Nos péchés sont remis et nous sommes justifiés, c’est-à-dire que Dieu ne nous impute plus nos fautes. C’est difficile à imaginer avec un cerveau humain. Mais je ne dois pas chercher à comprendre, je crois tout simplement. La Bible dit: « Celui qui n’a point connu le péché, il (Dieu) l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5: 21). Nous pouvons lire ailleurs: « Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit. »  (1 Pierre 3: 18). La croix de Jésus-Christ est le moyen choisi par Dieu pour faire l’expiation de nos péchés, afin de purifier par son sang ceux qui croient en Lui. Christ est l’unique moyen de salut, l’unique Chemin vers Dieu, l’unique intermédiaire entre Dieu et les hommes.

Rédemption ou Délivrance des croyants de la malédiction de la loi
Le salaire du péché est la mort spirituelle (éloignement de la face de Dieu) avec son lot de conséquences : la méchanceté, la jalousie, la pauvreté; la maladie, etc. (Deutéronome 28). Après sa mort sur la croix et avant de ressusciter, Jésus Christ a brisé la pouvoir que Satan avait sur l’humanité afin de nous rendre capables d’avoir part à l’héritage de Dieu dans la lumière (la présence de Dieu). Par sa mort expiatoire, Jésus a vaincu la puissance de Satan sur la mort et a délivré ceux qui étaient sous la domination de Satan (Actes 26 : 14-18; Hébreux 2 : 14-15), il a annulé la condamnation de leur péché (Colossiens 2 : 13-14), leur a donné la vie éternelle et les a placés sous sa protection (Jean 10 : 27-29).

Il est cependant essentiel de comprendre que si le salut de l’humanité a été rendu disponible, il n’est pas automatique. Le salut est certes une faveur de Dieu, mais il ne peut s’obtenir que par la foi, ainsi qu’il est écrit, « c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » (Éphésiens 2:8). Sans la foi en Dieu, sans la foi en Jésus-Christ, point de salut! Car c’est en Jésus-Christ que nous [ceux qui croyons] sommes devenus héritiers de Dieu, ayant été prédestinés suivant sa propre résolution afin que nous servions à la louange de sa gloire. C’est aussi par la foi que nous sommes scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de l’héritage du croyant en Dieu.

3. L’autorité du Croyant sur Satan et ses œuvres

L’autorité peut être défini comme le droit de commander ou le pouvoir d’imposer sa volonté et de se faire obéir. Dans le cas des croyants, le vrai pouvoir appartient au Seigneur Jésus qui le délègue à quiconque croit en lui. Une bonne façon d’illustrer cette réalité de l’autorité consiste à examiner un policier sur la voie publique. Il n’a pas la force physique d’arrêter un camion par exemple mais, il dispose de l’autorité qui lui a été conférée par l’État ou la communauté publique de contrôler les autos ou de réguler la circulation. Or, les conducteurs en le voyant, reconnaissent son autorité et respectent ses ordres. De même, Satan et les esprits des ténèbres connaissent et reconnaissent non seulement l’autorité de Jésus-Christ mais aussi l’autorité que les disciples du Seigneur ont sur eux en son nom.

Trois jours après la mort et l’ensevelissement du Seigneur Jésus, il a été ressuscité d’entre les morts, remportant ainsi une victoire triomphale sur Satan et sur les puissances des ténèbres. La Bible dit : « Il [Dieu] l’a déployé [sa puissance] en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes ; au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. » (Éphésiens 1: 20-21). Jésus a été exalté par Dieu au dessus de tout. Il dispose de l’autorité suprême sur toute la création. Ces vérités sont centrales pour une bonne compréhension de l’origine de l’autorité spirituelle du croyant. Nous y reviendrons tout au long de cette section. 

Satan et les esprits qui lui sont fidèles ont été vaincus une fois pour toute par le Seigneur Jésus et c’est pour nous, ses disciples, qu’il a fait cela. La Bible dit : « Il [le Seigneur] a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles… » (Colossiens 2:15). L’ennemi ayant été dépouillé de ses attributs, l’homme est dorénavant libre en Jésus Christ. Libre des liens du péché, libre de l’oppression satanique, libéré des malédictions. Le Seigneur dit : « Si vous demeurez dans ma parole, …vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libre » (Jean 8 : 31-32). La vérité qui nous rend libre, c’est la Parole de Dieu, Christ, le chef de l’Église, auquel s’attache tout le corps [l’Église] qui, « assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne » (Colossiens 2: 19). Dieu nous montre notre rang d’enfants adoptés en Jésus-Christ (Éphésiens 1:5). Il nous rappelle que puisque nous sommes enfants de Dieu, nous sommes aussi héritiers, cohéritier avec Jésus. Et, c’est de Jésus lui-même, que nous tenons notre autorité sur Satan, sur ses anges et sur toutes leurs œuvres. Accepter et méditer la réalité de notre position en Christ est essentiel si le croyant veut comprendre l’autorité qu’il a sur le diable et son système.

Avant de monter au Ciel auprès du Père, le Seigneur Jésus a déclaré à ses disciples : « tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre […] Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde» (Matthieu 28: 18-20). Or celui qui détient tout pouvoir, nous a lui-même aussi dit « […] je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ». Comme si cela ne suffisait pas, il insiste et nous rassure en disant « et rien ne pourra vous nuire » (Luc 10 : 19). Le mot grec qui a été traduit ici par « pouvoir » signifie aussi « autorité ». Ainsi, une autre traduction de ce verset aurait pu être : « je vous ai donné l’autorité de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ». Ici, les serpents et les scorpions sont des formes de puissance de l’ennemi et non les animaux que nous connaissons. Le Seigneur nous délègue son autorité sur l’ennemi et sur toutes les formes de puissance qui dépendent de lui. Ceci est un fait ! A nous de le réaliser et de le faire appliquer.

Nous devons rester ferme dans cette position d’autorité, ne pas hésiter ni douter car, le Seigneur Jésus est le vrai pouvoir derrière l’autorité que nous exerçons. Il ne s’agit donc pas de faire quoi que ce soit par nous-mêmes, en dehors de lui, comptant sur nos propres forces. Il s’agit toujours de demeurer en association avec celui qui est la source de l’autorité, tout comme lui-même avait été en communion avec le Père lors de son séjour sur terre. Reprenons un instant l’exemple du policier qui se tient devant le camion. Il n’a pas la force d’arrêter ce camion mais, d’un signe de la main, il arrive à se faire obéir du chauffeur du camion grâce à l’autorité dont il est revêtu par l’État. De même, c’est la toute-puissance du Seigneur qui opérera au travers de notre foi, en sorte que la puissance de l’ennemi est soumise à celui dont le nom est au dessus de tout nom. En tant que croyants, nous les avons vaincus parce que nous sommes de Dieu et que: « celui qui est en nous [l’Esprit de Christ] est plus grand que celui qui est dans le monde [le roi de ce monde ou toute autre chose]. » (1 Jean 4 : 4)

Maintenant examinons cette autre vérité aussi étonnante que glorieuse et qui nous instruit sur notre position réelle : « Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ[…] » (Éphésiens 2 : 4-7). Nous apprenons qu’à cause de son grand amour pour nous, le Père céleste nous a ressuscités ensemble avec Christ et nous a fait asseoir ensemble à sa droite dans les lieux célestes en Jésus Christ. Cette vérité fondamentale dans la vie du croyant et la vie de l’Église est méconnue et/ou ignorée par beaucoup de personnes et beaucoup de dénominations religieuses ! Or, comme nous pouvons le voir, ceci est un fait ! Si nous croyons en Dieu, si nous croyons à la parole de Dieu, nous sommes bel et bien assis avec Jésus-Christ dans sa position de gloire dans les lieux célestes. D’aucuns dirons, comment pouvons-nous être dans les cieux si nous sommes sur terre? Cette réalité ne peut s’appréhender qu’en esprit. C’est notre communions avec Jésus qui nous positionnent dans les lieux célestes quand bien même notre corps physique est sur terre. Inutile d’essayer de comprendre par la raisonnement. Par la foi, nous nous approprier ce pilier de l’autorité que nous avons sur l’ennemi.

La Bible nous apprend que tout « comme le corps [humain] est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il de Christ. Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit. Ainsi le corps n’est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres. » (1 Corinthiens 12 : 12-14). Ici, nous voyons que tous les croyants forment ensemble le corps de Christ, c’est-à-dire l’Église. Il ne s’agit pas d’une église selon une dénomination religieuse décidée par les hommes, il s’agit au contraire des disciples de Jésus Christ, nés d’esprit. « Nous sommes le corps de Christ, et nous sommes ses membres, chacun pour sa part » (1 Corinthiens 12 : 27). Dans notre diversité, nous avons chacun un rôle particulier à jouer en qualité de membre du corps de Christ. Pour faire une analogie, le corps humain est fait de plusieurs membres et organes ayant chacun un rôle particulier, une importance particulière. Cependant, tous ces membres sont interdépendants et ils concourent au bon fonctionnement du corps dont ils sont les parties. Lorsque le plus petit membre du corps est malade, c’est le corps tout entier qui est malade. De même, Christ qui est la tête de l’Église, a besoin de tous les membres de l’Église, son corps. Chacun est appelé a remplir un travail particulier pour le royaume de Dieu et la manifestation de la gloire de Dieu. Pour faire ce travail, les membres du corps ont reçu toute autorité de la part de Christ, la tête, qui l’a lui-même reçu de son Père, Dieu. Ce qui fait dire à l’apôtre Paul : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ! » (Éphésiens 1 : 3). Remarquons que le Père céleste nous a TOUS bénis de TOUTES les bénédictions spirituelles en Christ, nous parlons bien entendus des croyants. Alléluia! N’est-ce pas merveilleusement glorieux?

Revenons un instant sur le fait que Dieu « a tout mis sous ses pieds [les pieds de Christ], et il l’a donné pour chef suprême à l’Église, qui est son corps » (Éphésiens 1 : 22). Dieu a donc déployé l’infinie grandeur de sa puissance en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes « au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer… » (Éphésiens 1:21). Par cette opération, Dieu a aussi ressuscité les croyants en même temps que le Christ à qui ils sont réunis, puisqu’ils participent tous à un même corps (Romains 12:5, 1 Corinthiens 1:2, 1 Corinthiens 6:15), les mettant dans une position d’exaltation et d’autorité sur les puissances des ténèbres, par délégation. Ainsi, nous qui sommes en Christ, sommes assis en Lui à la droite de Dieu dans les lieux célestes.

Il nous appartient donc de prier pour que Dieu nous permettent de recevoir la révélation de la puissance de l’Esprit Saint en nous, de réaliser notre position de victoire en Christ. C’est parce que nous avons été élevés dans cette position d’autorité que le Seigneur peut nous dire : « je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi et rien ne pourra vous nuire. » (Luc 10 : 19). Jamais il n’aurait fait cette déclaration si le pouvoir dont il parle n’était pas réel. Cette révélation est glorieuse. Si nous la saisissons, en Christ, nous pouvons devenir des agents efficaces du royaume de Dieu. Des témoins de la gloire de Dieu et de la gloire du Seigneur Jésus.

Bien aimé(e), fortifie-toi dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante, exerce l’autorité spirituelle qu’il t’a donnée sur l’ennemi, sur les puissances qui dépendent de lui ainsi que leurs œuvres.

Béni soit Dieu le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire; à lui soit la gloire, l’honneur et la puissance maintenant et pour les siècles des siècles! Amen!

Le Sang de Jésus, source de victoire sur le mal

Considérons le texte suivant de Romains 12 :21: « …Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien. » Ceci n’est pas une suggestion. C’est un ordre de Dieu pour tout croyant ! Toute neutralité est exclue. Tu dois vaincre le mal. A défaut de le vaincre, le mal te vaincra.

Or en lisant ce texte, d’aucuns dirons, « c’est difficile ! » ou encore « je n’y arriverai pas ! ». C’est certes difficile si nous comptons sur nos propres forces. Cependant, cela est possible si nous comptons sur le secours de Dieu. Si cela n’était pas possible, Dieu ne le demanderait pas. Il est fidèle et juste pour ne jamais demander des choses impossibles selon qu’il est écrit : « Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » (1 Corinthiens 10 :13). Pour souligner le secours de Dieu dans nos luttes, l’apôtre Pierre dit : « …le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux… » (2 Pierre 2 :9). Toute la question est de savoir comment ! Comment donc le Seigneur nous délivre-t-il de l’épreuve ?

Avant de pouvoir répondre à la question de savoir comment le Seigneur peut nous délivrer du mal ? Nous devons d’abord identifier la source du mal. D’où vient le mal ? Ou plutôt, qui est le mal et comment opère-t-il?

1. Le mal, ses desseins et son mode opératoire

Qui est le mal?
De même que l’Amour est un être, savoir Dieu (1 Jean 4:8); le mal est aussi un être. Il ne s’agit donc pas d’une chose. Il s’agit d’un être avec une personnalité et des desseins. Le nom de cette personne est Satan.

D’où la mise en garde suivante, particulièrement explicite : « …Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. » (1 Pierre 5 : 8). Non seulement la Bible identifie qui est l’adversaire – un lion rugissant, mais elle nous dit aussi quels sont ses desseins : cherchant qui dévorer. D’où la recommandation d’être « sobre » et de « veiller ». Le vocable sobre est utilisé pour évoquer la prudence. En d’autres mots, « Sois prudent et veille » afin d’être capable de reconnaître ses ruses, ses mensonges; d’identifier ses attaques.

Or l’apôtre Paul nous dit de manière explicite que l’adversaire n’est pas seul. Il opère à la tête d’un royaume bien structuré et composé de plusieurs milliards d’individus qui lui sont dévoués. Le chrétien est en guerre contre « … les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » (Éphésiens 6 :12). De cette information, nous pouvons tirer ce qui suit :

. Nous sommes engagés dans un conflit cosmique. Si nous regardons les catégories citées dans la section précédente, nous pouvons clairement voir que les adversaires sont des êtres sans corps physiques. Certains sont clairement identifiés comme demeurant dans les « lieux célestes ».

. La réalité de ce conflit n’est pas de l’ordre de nos facultés sensuelles. Nous ne pouvons pas appréhender ceci juste par ce que nous pensons, en observant ce que nous voyons, ou par ce que nous entendons. Nous ne pouvons accepter cette réalité que par une révélation du Saint-Esprit, au moyen de la foi.

. C’est pour cette raison que la réalité de cette opposition est méconnue par un très grand nombre de personnes. Elles en voient les conséquences mais elles ne peuvent pas identifier les causes. En conséquence, elles ne peuvent pas déterminer la bonne façon de se comporter, ni comment réagir.

. Ce combat impliquant des êtres spirituels ne peut avoir lieu que dans l’univers de l’esprit. Cependant, du résultat de ce combat dans le monde spirituel, dépend ce qui se produit dans le monde physique, dans nos vies sur la terre, dans l’histoire. S’adressant à la femme samaritaine, le Seigneur Jésus a dit : « Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité. » (Jean 4 :24). C’est l’adoration en esprit qui entraîne des changements dans les réalités physiques. Et, c’est notre obéissance et la sincérité de notre cœur, qui rendent effective notre coopération avec le Seigneur et le dénouement final du conflit.

Comment nous font-ils la guerre ?
Dans Révélation, nous apprenons qu’il « …fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. » (Révélation 12 :9-10)

D’abord on voit que l’adversaire est tour à tour un grand dragon – terrifiant en apparence ou un serpent – moins impressionnant, plus sournois. Il peut donc prendre plusieurs formes selon les circonstances. Nous pouvons relever par ailleurs que l’adversaire peut séduire : « il séduit toute la terre » – verset 9 ; il peut aussi accuser : « il accuse les hommes devant Dieu » – verset 10. Dans Jean 8, nous apprenons qu’il est meurtrier, menteur et le père du mensonge : « …Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. » (Jean 8 :44). Plus loin dans l’Évangile de Jean, nous apprenons que « Le voleur vient seulement pour voler, pour tuer et pour détruire… » (Jean 10 :10). Il n’a aucun autre dessein à part ceux révélés par la parole de Dieu. Quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, le résultat final de son action consistera à : voler, tuer et détruire.

Après avoir identifié quelques unes des méthodes de l’ennemi et ses desseins, nous allons identifier les moyens de défenses que Dieu, notre père céleste a mis à notre disposition pour résister, combattre et pour vaincre le mal.

2. Jésus-Christ, notre victoire contre le mal

Face à la séduction et au mensonge, nous opposons la vérité. Le Seigneur Jésus a dit : « …vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. » (Jean 8 :32). Or il dit encore : « …Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. » (Jean 18 :37). Il dit aussi : « …Je suis le chemin, la vérité, et la vie… » (Jean 14 :6).

L’ennemi nous accuse devant Dieu. Un exemple de cette réalité se trouve dans le livre de Job. Satan dit à l’Éternel: « Est-ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu? Ne l’as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui ? » (Job 1:9-10). Par la fausse déclaration et la déformation des faits, il peut présenter les choses de manière inexacte. De même, il opère en suscitant le sentiment la culpabilité et la condamnation chez beaucoup de sujets. Dans tous les cas, c’est en Christ que nous trouvons le pardon et la liberté : « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort » (Romains 8:1-2).

Face à toutes les accusations, à toutes les attaques de Satan, nous avons la victoire en Jésus-Christ.  En effet la victoire totale sur Satan a été gagnée par Jésus-Christ à la croix de Golgotha. Quand le Seigneur a dit : «Tout est accompli » (Jean 19 :30), il avait achevé l’œuvre que le Père lui avait donnée à faire. Après avoir dit cela, le Seigneur Jésus rendit son Esprit au Père. L’expression «Tout est accompli », signifiait la fin de la bataille pour le salut de l’humanité. Jésus venait de dépouiller les dominations et les autorités du pouvoir qu’ils avaient sur l’humanité. Sa droite et le bras de sa sainteté avaient remporté la victoire finale sur l’obscurité et les forces du mal. Pour toujours, Jésus venait de planter l’étendard sur les hauteurs éternelles. Quelle joie parmi les anges de Dieu! Le ciel tout entier s’associait au triomphe du Sauveur de l’humanité.

Quant à Satan, vaincu, il avait compris que la partie était terminée. Il avait perdue et le Fils de Dieu venait de lui confisquer les titres qu’il avait jadis usurpé à l’homme. Les paroles : «Tout est accompli », revêtaient la plus haute signification aux yeux des anges et des habitants des autres mondes – toute la création (Romains 8 :19). Cette grande œuvre de rédemption avait été accomplie non seulement pour nous, les humains, mais aussi pour toute la création. Toute la création partage avec nous les fruits de la victoire du Christ.

Dieu ne peut pas faire plus que ce qu’Il a déjà fait. Quand celui qui était juste, Jésus, est mort à la croix, il a jugé le diable et l’a condamné, lui et les membres de son royaume (Jean 12 :31, Jean 16 :11). Paul nous dit : « vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il [Dieu] vous a rendus à la vie avec lui [Jésus], en nous faisant grâce pour toutes nos offenses ; il [Dieu] a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. » (Colossiens 2:13-15).

Après avoir fait la conquête d’un territoire ennemi, tout général romain de retour à Rome était reçu en triomphe. Il s’agissait d’une parade dans laquelle, le général en tenue d’apparat, à la tête de son armée et sur son cheval ou son char de commandement, entrait dans la cité sous les ovations de la foule. Derrière lui se trouvait le(s) roi(s) conquis, à pied et enchaîné pour que tous puissent le(s) voir. Parfois, on coupait symboliquement les pouces des mains au(x) vaincu(s) et les gros orteils des deux pieds. Cette humiliation avait pour objet de garantir aux citoyens romains que l’ennemi ne serait plus jamais une menace pour aucun d’entre eux tout en faisant la gloire du général conquérant.
 
La même chose est arrivée au diable. C’est à cela que Colossiens 2 :15 fait référence. Jésus a non seulement remporté une victoire éclatante et définitive sur le diable, mais il a eu une procession triomphante pour montrer le diable à l’univers tout entier comme un ennemi totalement conquis. En tant que chrétiens, Satan ne devrait plus jamais nous terrifier. Notre champion, notre général est victorieux!

Malheureusement, de nombreux chrétiens ont raté la parade exceptionnelle de notre Seigneur. Ils n’ont pas vu la procession triomphale de Dieu qui était représentée dans la Parole de Dieu, qui affirme que Satan est un ennemi totalement vaincu. Non seulement vaincu, mais aussi jugé, reconnu coupable et condamné (Jean 16:11, Jean 12:31).

Satan ne peut en réalité plus rien contre le croyant à condition bien entendu que celui-ci se saisisse de la vérité et fasse de Jésus-Christ son refuge. Jésus dit: « Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles » (Jean 9:39). Jésus a certes vaincu pour nous mais Dieu nous laisse le soin d’appliquer la victoire de son fils à nos vies et à nos situations. Ceci est capital ! Dieu ne viendra pas faire à ma place, ce que je dois faire pour vaincre l’ennemi et détruire ses œuvres là où je suis. Le Seigneur Jésus ne nous dit-il pas « voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire » ? (Luc 10 :19) 

Ainsi, si Satan n’a plus aucun pouvoir propre, il utilise le pouvoir et l’autorité que l’homme ignorant et/ou l’homme à la foi mal affermie lui donnent. Si l’ennemi réussit à s’introduire, il peut déployer son programme de vol, de destruction et de mort. Il utilise le mensonge pour asseoir son « pouvoir » sur ceux qui ne saisissent pas bien les conditions de l’appropriation de la victoire disponible en Christ : la foi en Dieu, la foi en l’œuvre finie de la croix!

3. Le sang de Jésus : notre Pâque

Le mal est sous nos pieds car « … nous nous sommes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le chœur des anges, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel… » (Hébreux 12 :18-25)

Dans l’épître aux Colossiens, Paul écrit : « [Dieu] nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés » (Colossiens 1 :13-14). Puisque nous appartenons au royaume de Dieu, Satan n’a plus aucune autorité sur nous. Bien au contraire, le Seigneur Jésus dit à ce sujet : « voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire » (Luc 10 :29). Par ailleurs, dans Révélation, il est écrit: « …j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit, ils [les croyants] l’ont vaincu [Satan] par [à cause de] le sang de l’Agneau et par [à cause de] la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort » (Révélation 12:10-11). Ce dernier texte contient une révélation que nous pouvons saisir et appliquer.

L’auteur de cette révélation affirme que les croyants ont vaincu l’ennemi. Mieux encore, il révèle et décrit les éléments constitutifs de la victoire sur Satan :

1. Le sang de l’Agneau [le sang de Jésus];
2. Le témoignage de La Parole de Dieu dans leur bouche ;
3. Ils n’ont pas reculé par crainte de perdre leur vie [terrestre]. Cette dernière condition indique une résolution et une foi sans faille à Dieu et à Jésus-Christ et cela, quelles que soit les circonstances, même si cela implique la mort.

Cette victoire de l’Agneau de Dieu qui donne sa vie pour le salut du peuple de Dieu est préfigurée dans l’Ancien Testament. Il s’agit de la Pâque de Moise que nous pouvons lire dans Exode. Après avoir reçu ses ordres de l’Éternel pour préserver le peuple, « Moïse appela tous les anciens d’Israël, et leur dit : Allez prendre du bétail pour vos familles, et immolez la Pâque. Vous prendrez ensuite un bouquet d’hysope, vous le tremperez dans le sang qui sera dans le bassin, et vous toucherez le linteau et les deux poteaux de la porte avec le sang qui sera dans le bassin. Nul de vous ne sortira de sa maison jusqu’au matin.»  (Exode 12 :1-27). Si nous identifions dans ce texte les éléments de la préservation contre le mal qui va frapper le pays, nous distinguons:

1. L’agneau immolé et le sang de l’agneau collecté dans un bassin ;
2. La nécessité d’appliquer le sang sur le linteau et les deux poteaux de la porte ;
3. Laquelle application se fait au moyen d’un bouquet d’hysope – arbrisseau vivace du moyen orient.

Revenons dans le nouveau Testament pour essayer d’identifier la correspondance entre les différents éléments de la Pâque de Moise et ceux dans la révélation de Jean:
Jésus-Christ est l’Agneau de Dieu qui a été immolé pour les péchés du monde (Jean 1 :29 ; 1 Corinthiens 5 :7). Jésus a été immolé et le sang de l’Agneau est disponible. Comment dès lors appliquer ce sang sur le linteau et les deux poteaux de la porte – c’est-à-dire la porte de notre vie ? En d’autres mots, qu’est ce qui fait office de bouquet d’hysope? Rappelons-nous que dans le cas de la Pâque de Moise, collecter le sang de l’agneau n’était pas suffisant pour assurer la protection et la victoire sur la mort. L’Éternel avait expressément ordonne d’appliquer le sang ainsi collecté sur le linteau et les deux poteaux de la porte au moyen d’un bouquet d’hysope.
Si je reprends le texte de Révélation, il est écrit : ils [les croyants] l’ont vaincu [Satan] par [à cause du] le sang de l’Agneau et par [à cause de] la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort…
Par rapprochement, nous pouvons dire que nous nous appliquons le sang de l’Agneau contenu dans la Parole de Dieu au moyen des Paroles de notre témoignage.

Tenant compte de ce qui précède, nous pouvons suggérer la déclaration suivante : « J’obtiens la victoire sur Satan lorsque je déclare personnellement ce que la Parole de Dieu dit que le sang de Jésus fait pour moi.»  

Il est donc essentiel de connaître la Parole de Dieu et notamment, de savoir ce que le sang de Jésus fait pour le croyant! Examinons les versets suivants qui nous apprennent ce que le sang de Jésus fait pour nous qui croyons en Lui:

Par le sang de Jésus, nos péchés sont pardonnés :
Car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. (Matthieu 26:28).
En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce… (Éphésiens 1:7)

Le sang de Jésus nous délivre de nos péchés et fait de nous des sacrificateurs pour Dieu :
[…] A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen ! (Apocalypse 1 :5-6)

Le sang de Jésus nous purifie de tout péché:
Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. (1 Jean 1: 7).

Le sang de Jésus nous sanctifie :
Le corps des animaux, dont le sang est porté dans le sanctuaire par le souverain sacrificateur pour le péché, sont brûlés hors du camp. C’est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte. (Hébreux 13:11-12)

Le sang de Jésus donne la vie à ceux qui le consomment : Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. (Jean 6 :53)

Le sang de Jésus nous permet de demeurer en Jésus-Christ, d’être en communion avec Lui : Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. (Jean 6:56).

Le sang de Jésus est le moyen par lequel Jésus rachète l’Église: Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. (Actes 20 :28)

Le sang de Jésus est le moyen par lequel Jésus devient notre expiation par la foi: C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience […] (Romains 3:25).

Le sang de Jésus nous justifie et nous sauve de la colère:
A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. (Romains 5: 9).

Le sang de Jésus nous rachète personnellement:
En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, (Éphésiens 1: 7) ; (1 Pierre 1: 18-19 ; Apocalypse 5: 9).

Le sang de Jésus nous rapproche de Dieu, nous qui étions auparavant loin de Dieu:
Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. (Éphésiens 2 :13).

Le sang de Jésus nous donne la paix et nous réconcilie avec Dieu : Il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. (Colossiens 1:20).

Le sang de Jésus a obtenu une rédemption éternelle pour nous:
Et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. (Hébreux 9:12).

Le sang de Jésus purifie notre conscience des œuvres mortes afin que nous servions le Dieu vivant :
Combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant ! (Hébreux 9:14).

Le sang de Jésus est le moyen par lequel nous avons accès à la présence de Dieu:
Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. (Hébreux 10 :19-22)

Le sang de Jésus plaide en notre faveur dans le ciel, devant le trône de Dieu:
Au contraire, vous vous êtes approchés du mont Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, et ses dizaines de milliers d’anges en fête, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans le ciel. Vous vous êtes approchés de Dieu qui est le juge de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus, qui est le médiateur d’une alliance nouvelle, et du sang purificateur porteur d’un meilleur message que celui d’Abel. (Hébreux 12 :22-24)

De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. (1 Corinthiens 11:25)

Le sang de Jésus nous rend capables de toute bonne œuvre :
Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le grand pasteur des brebis, par le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, vous rende capables de toute bonne œuvre pour l’accomplissement de sa volonté, et fasse en vous ce qui lui est agréable, par Jésus-Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen ! (Hébreux 13: 20-21).

Le sang de Jésus nous donne la victoire sur l’ennemi:
Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. (Apocalypse 12 :11)

4. Proclamations pour appliquer le sang de Jésus

De ce que nous venons d’apprendre, nous pouvons tirer les confessions suivantes, qui affirment ce que le sang précieux de Jésus fait pour nous. Je suggère de les méditer le plus régulièrement possible à voix audible car, la foi vient de ce que l’on entend de la parole de Christ (Romains 10 :17).

Le sang de Jésus est le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. (Matthieu 26:28)

Par le sang de Jésus nous avons la rédemption, nous avons été racheté du royaume des ténèbres, 

Par le sang de Jésus nous avons la rémission des péchés, selon la richesse de la grâce de Dieu. (Éphésiens 1:7)

Par le sang de Jésus tout a été réconcilié avec Dieu.
Par le sang de Jésus nous sommes réconciliés avec Dieu.
Par le sang de Jésus nous sommes en paix avec Dieu.
(Colossiens 1:20)

Le sang de Jésus a ouvert une alliance éternelle entre Dieu et nous. (Hébreux 13 :20)

Par son sang, Jésus nous a délivré de nos péchés pour faire de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen ! (Apocalypse 1 :5-6)

Par le sang précieux de Jésus, l’Agneau sans défaut, manifesté à la fin des temps, nous avons été racheté de la vaine manière de vivre héritée de nos pères. (1 Pierre 1 :18-19)

Au moyen du sang de Jésus, nous sommes purifiés de toute mauvaise conscience et nous avons un accès libre au sanctuaire de Dieu par la route nouvelle et vivante inaugurée pour nous à travers sa chair. Celui qui a fait la promesse est fidèle. (Hébreux 10 :19)

Puisque nous marchons dans la lumière, comme Jésus est lui-même dans la lumière, le sang de Jésus nous purifie de tout péché maintenant et continuellement. (1 Jean 1: 7).

Jésus a souffert hors de la porte, afin de nous sanctifier par son propre sang. Nous sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre. Car nous n’avons point ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir. (Hébreux 13:12-14)

En mangeant la chair de Jésus, et en buvant son sang, nous avons la vie en nous-mêmes. (Jean 6 :53)

Nous mangeons la chair de Jésus et nous buvons son sang, par conséquent, nous demeurons en lui, et il demeure en nous. (Jean 6 :56).

Nous te sommes reconnaissant et nous t’honorons Seigneur Jésus de ce que tu t’es acquis ton Église par ton propre sang. (Actes 20 :28)

Afin de montrer sa justice, Dieu a destiné Jésus à être, par son sang, victime propitiatoire pour nous qui croyons. (Romains 3:25).

Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. (Romains 5: 9).

Par le sang de Jésus, nous avons la rédemption, la rémission des péchés, selon la richesse de la grâce de Dieu, (Éphésiens 1 : 7) ; (1 Pierre 1 : 18-19 ; Apocalypse 5 : 9).

Maintenant, par le sang de Jésus-Christ, nous qui étions jadis éloignés, avons été rapprochés de Dieu. (Éphésiens 2:13).

Avec son propre sang, Jésus est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, ayant obtenu une rédemption éternelle pour nous. (Hébreux 9 :12).

Le sang de Jésus-Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifie notre conscience des œuvres mortes, afin que nous servions le Dieu vivant ! (Hébreux 9:14).

Au moyen du sang de Jésus, nous avons une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers de sa chair. Puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, nous nous approchons avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. (Hébreux 10 :19-22)

Nous nous sommes approchés du mont Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, et ses dizaines de milliers d’anges en fête, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans le ciel. Nous nous sommes approchés de Dieu qui est le juge de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus, qui est le médiateur d’une alliance nouvelle, et du sang purificateur porteur d’un meilleur message que celui d’Abel. (Hébreux 12 :22-24)

Le sang de Jésus-Christ ouvre la nouvelle alliance entre Dieu et nous. (1 Corinthiens 11 :25)

Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le grand pasteur des brebis, par le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, nous rende capables de toute bonne œuvre pour l’accomplissement de sa volonté, et fasse en nous ce qui lui est agréable, par Jésus-Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen! (Hébreux 13 : 20-21).

Dieu donne la victoire sur les ennemis – Prière

Toi, ô Éternel! Tu es mon bouclier, Tu es ma gloire, et Tu relèves ma tête.
De ma voix je crie à toi Éternel, Et tu me réponds de ta montagne sainte.

Je me couche, et je m’endors; Je me réveille, car l’Éternel est mon soutien.
Je ne crains pas les myriades de peuples Qui m’assiègent de toutes parts.
Mon salut est auprès de toi ô Éternel: Que ta bénédiction soit sur ton peuple! (Psaume 3:3-6)

O Dieu! J’ai entendu de mes oreilles, Nos pères [Israël physique et Israël spirituel] ont raconté Les œuvres que tu as accomplies de leur temps, Aux jours d’autrefois.

De ta main tu as chassé des nations pour les établir, Tu as frappé des peuples pour les étendre.

Car ce n’est point par leur épée qu’ils se sont emparés du pays, Ce n’est point leur bras qui les a sauvés; Mais c’est ta droite, c’est ton bras, c’est la lumière de ta face, Parce que tu les aimais.

De même, aujourd’hui encore, ce n’est ni en mon intelligence, ni en ma sagesse, ni en ma force, que je me confie; Mais c’est toi qui me délivres de mes ennemis, Et qui confonds ceux qui nous haïssent.

Ce n’est pas non plus sur un quelconque mérite que je m’appuie, Mais c’est par le sang de l’Agneau que je suis délivré de la main de mes ennemis, et par la puissance de ton Esprit qui agit puissamment en moi! Qui agit puissamment en ma faveur!

O Dieu! Tu es mon roi: C’est toi seul qui ordonne ma délivrance!
Ta gloire est immense! Ta gloire demeure à jamais!

Éternel, mon Dieu, tu livreras ceux qui me combattent entre mes mains et tu les mettras complètement en déroute, jusqu’à ce qu’ils soient détruits. (Deutéronome 7:23)

Dans cette bataille que mes ennemis me livrent. J’entends ta voix qui me dit :

Que ton cœur ne se trouble point; sois sans crainte, ne t’effraie pas, ne t’épouvante pas devant eux. Car je marche avec toi, pour combattre tes ennemis, pour te sauver. (Deutéronome 20:3-4)

Je suis reconnaissant, mon Dieu, car tu me donnes la victoire sur mes ennemis qui s’élèvent contre moi; ils sortent contre moi par un seul chemin, et ils s’enfuient devant moi par sept chemins. (Deutéronome 28:7)

Avec toi je renverse mes ennemis, Avec ton nom j’écrase mes adversaires.
Je me glorifie en toi ô mon Dieu, mon Père chaque jour, Et je célèbre à jamais ton saint Nom. (Psaume 44:1-8)

Je te suis reconnaissant de me rappeler que l’amour de toi ô Dieu consiste à garder tes commandements. Je te suis reconnaissant de ce que tes commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est ma foi en toi, c’est ma foi en Jesus-Christ (1 Jean 5:3-5).

Gloire, honneur et puissance à celui qui fait en moi toutes choses nouvelles. A celui qui est ma force et ma félicité!

Amen!

Prières et Proclamations

• Justice et Sainteté •


Hébreux 12 :1-2 et 22-24
Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte,
ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

Nous nous sommes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le chœur des anges, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection,
de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel.

Philippiens 1 : 9-11
Je demande dans mes prières que mon amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que je sois pur et irréprochable pour le jour de Christ, rempli du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu.

Psaume 19 :12-1
Qui connaît ses égarements ? Seigneur pardonne-moi ceux que j’ignore.
Préserve aussi ton serviteur des orgueilleux ;
Qu’ils ne dominent point sur moi !
Alors je serai intègre, innocent de grands péchés
Reçois favorablement les paroles de ma bouche Et les sentiments de mon cœur,
O Éternel, mon rocher et mon libérateur !

Colossiens 1 : 9-14
Je prie pour que je sois rempli de la connaissance de la volonté de Dieu, en toute sagesse et intelligence spirituelle,
Pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréable, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu,
Fortifié à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que je sois toujours et avec joie persévérant et patient.

Je rends grâces au Père, qui m’a rendu capable d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, Qui m’a délivré de la puissance des ténèbres et m’a transporté dans le royaume du Fils de son amour, en qui j’ai la rédemption, la rémission des péchés.

Proverbes 2 :1-5
Mon fils, si tu reçois mes paroles, Et si tu gardes avec toi mes préceptes, 
Si tu rends ton oreille attentive à la sagesse, Et si tu inclines ton cœur à l’intelligence ;
Oui, si tu appelles la sagesse, Et si tu élèves ta voix vers l’intelligence, 
Si tu la cherches comme l’argent, Si tu la poursuis comme un trésor,
Alors tu comprendras la crainte de l’Éternel, Et tu trouveras la connaissance de Dieu.

Jean 4 : 23-24
Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent le fassent en esprit et en vérité.

1 Thessaloniciens 5 : 23-24
Que le Dieu de paix me sanctifie lui-même tout entier, et que tout mon être, l’esprit, l’âme et le corps, Soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ !
Celui qui m’a appelé est fidèle, et c’est lui qui le fera.

Psaume 1 :1-3
Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs,
Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, Et qui la médite jour et nuit !
Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit.

• Guérison, Santé et Force


Ésaïe 40 : 28-31
Ne le sais-tu pas ? Ne l’as-tu pas appris ? C’est le Dieu d’éternité, l’Éternel, Qui a créé les extrémités de la terre ;
Il ne se fatigue point, il ne se lasse point ; On ne peut sonder son intelligence.
Il donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance.

Les adolescents se fatiguent et se lassent, Et les jeunes hommes chancellent ; Mais ceux qui se confient en l’Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles ; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point.

Ésaïe 53 : 4-6
…Ce sont nos souffrances qu’il [Jésus] a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ;
Et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui,
Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.

Ésaïe 61 :1-4
L’esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, Car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ;
Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance ;
Pour publier une année de grâce de l’Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu ;
Pour consoler tous les affligés ; Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu,
Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Éternel, pour servir à sa gloire.
Ils rebâtiront sur d’anciennes ruines, Ils relèveront d’antiques décombres, Ils renouvelleront des villes ravagées, Dévastées depuis longtemps.

Matthieu 4 :23
Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.

Matthieu 9 :35
Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité.

Luc 4 :40
Après le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les amenèrent au Seigneur. Il imposa les mains à chacun d’eux, et il les guérit.

1 Jean 3 :8
…Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable.

Matthieu 9 :6-7
Or, afin que tous sachent que le Seigneur Jésus a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés, il dit au paralytique : Lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison.
Et il se leva, et s’en alla dans sa maison….

Jean 17 :2
Le Père a donné au Fils pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux qui lui ont été donnés.

2 Corinthiens 12 : 9-10
Mon Seigneur dit : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse ».
Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.
Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.

Psaume 92 :12-15
Les justes croissent comme le palmier, Ils s’élèvent comme le cèdre du Liban. Plantés dans la maison de l’Éternel,
Ils prospèrent dans les parvis de notre Dieu ; Ils portent encore des fruits dans la vieillesse, Ils sont pleins de sève et verdoyants,
Pour faire connaître que l’Éternel est juste.
Il est mon rocher, et il n’y a point en lui d’iniquité.

Psaume 71 :14-18
Et moi, j’espérerai toujours, Je te louerai de plus en plus.
Ma bouche publiera ta justice, ton salut, chaque jour, Car j’ignore quelles en sont les bornes.
Je dirai tes œuvres puissantes, Seigneur Éternel ! Je rappellerai ta justice, la tienne seule.
O Dieu ! Tu m’as instruit dès ma jeunesse, Et jusqu’à présent j’annonce tes merveilles.
Ne m’abandonne pas, ô Dieu ! Même dans la blanche vieillesse,
Afin que j’annonce ta force à la génération présente, Ta puissance à la génération future !

Proverbes 3 : 21-26
Tes enseignements ne s’éloigneront pas de mes yeux, je garderai la sagesse et la réflexion:
Elles seront la vie de mon âme, Et l’ornement de mon cou.
Alors je marcherai avec assurance dans mon chemin, Et mon pied ne heurtera pas.
Si je me couche, je serai sans crainte ; Et quand je serai couché, mon sommeil sera doux.
Je ne redouterai ni une terreur soudaine, Ni une attaque de la part des méchants ;
Car l’Éternel sera toujours mon assurance, Et il préservera mon pied de toute embûche.

Psaume 91 :1-16
Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant.
Je dis à l’Éternel : Tu es mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie !
Car c’est toi qui me délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages.
Tu me couvriras de tes plumes, Et je trouverai un refuge sous tes ailes ; Ta fidélité est un bouclier et une cuirasse.
Je ne craindrai ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,
Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi.
Que mille tombent à mon côté, Et dix mille à ma droite, je ne serai pas atteint ;
Car tu es mon refuge, ô Éternel ! Tu fais du Très-Haut ta retraite.
Aucun malheur ne m’arrivera, Aucun fléau n’approchera de ma tente.
Car mon Seigneur ordonnera à ses anges De me garder dans toutes mes voies ;
Ils me porteront sur les mains, De peur que mon pied ne heurte contre une pierre.
Je marcherai sur le lion et sur l’aspic, Je foulerai le lionceau et le dragon,
Puisque je t’aime, tu me délivreras ; Tu me protégeras, puisque je connais ton nom.
Je t’invoquerai, et tu me répondras ; Tu seras avec moi dans la détresse, Tu me délivreras et tu me glorifieras.
Tu me rassasieras de longs jours, Et tu me feras voir ton salut.

Proverbes 4 :13
Seigneur Éternel, je retiens ton instruction, Je ne m’en dessaisis pas ; je la garde, car elle est ma vie.

Philippiens 4 :13
Je puis tout par celui qui me fortifie.

• Orientation et Protection •

Psaume 121 : 7-8
L’Éternel me gardera de tout mal, Il gardera mon âme ;
L’Éternel gardera mon départ et mon arrivée, Dès maintenant et à jamais.

Psaume 23
L’Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien.
Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.
Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom.
Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent.
Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires ; Tu oins d’huile ma tête, Et ma coupe déborde.
Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j’habiterai dans la maison de l’Éternel Jusqu’à la fin de mes jours.

Job 28 : 3-28
L’homme fait cesser les ténèbres ;
Il explore, jusque dans les endroits les plus profonds, Les pierres cachées dans l’obscurité et dans l’ombre de la mort.
Il creuse un puits loin des lieux habités ; Ses pieds ne lui sont plus en aide, Et il est suspendu, balancé, loin des humains.
La terre, d’où sort le pain, Est bouleversée dans ses entrailles comme par le feu.
Ses pierres contiennent du saphir, Et l’on y trouve de la poudre d’or.
L’oiseau de proie n’en connaît pas le sentier, L’œil du vautour ne l’a point aperçu ;
Les plus fiers animaux ne l’ont point fouler, Le lion n’y a jamais passé.
L’homme porte sa main sur le roc, Il renverse les montagnes depuis la racine ;
Il ouvre des tranchées dans les rochers, Et son œil contemple tout ce qu’il y a de précieux;
Il arrête l’écoulement des eaux, Et il produit à la lumière ce qui est caché.
Mais la sagesse, où se trouve-t-elle ? Où est la demeure de l’intelligence?
L’homme n’en connaît point le prix ; Elle ne se trouve pas dans la terre des vivants.
L’abîme dit : Elle n’est point en moi ; Et la mer dit : Elle n’est point avec moi.
Elle ne se donne pas contre de l’or pur, Elle ne s’achète pas au poids de l’argent ;
Elle ne se pèse pas contre l’or d’Ophir, Ni contre le précieux onyx, ni contre le saphir ;
Elle ne peut se comparer à l’or ni au verre, Elle ne peut s’échanger pour un vase d’or fin.
Le corail et le cristal ne sont rien auprès d’elle : La sagesse vaut plus que les perles.
La topaze d’Ethiopie n’est point son égale, Et l’or pur n’entre pas en balance avec elle.
D’où vient donc la sagesse ? Où est la demeure de l’intelligence ?
Elle est cachée aux yeux de tout vivant, Elle est cachée aux oiseaux du ciel.
Le gouffre et la mort disent : Nous en avons entendu parler.
C’est Dieu qui en sait le chemin, C’est lui qui en connaît la demeure;
Car il voit jusqu’aux extrémités de la terre, Il aperçoit tout sous les cieux.
Quand il régla le poids du vent, Et qu’il fixa la mesure des eaux,
Quand il donna des lois à la pluie, Et qu’il traça la route de l’éclair et du tonnerre,
Alors il vit la sagesse et la manifesta, Il en posa les fondements et la mit à l’épreuve.
Puis il dit à l’homme : Voici, la crainte du Seigneur, c’est la sagesse ; S’éloigner du mal, c’est l’intelligence.

Psaume 127 :1
Si l’Éternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain ; Si l’Éternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain.

Psaume 27 :1-6
L’Éternel est ma lumière et mon salut : De qui aurais-je crainte ? L’Éternel est le soutien de ma vie : De qui aurais-je peur ?
Quand des méchants s’avancent contre moi, Pour dévorer ma chair, Ce sont mes persécuteurs et mes ennemis Qui chancellent et tombent.
Si une armée se campait contre moi, Mon cœur n’aurait aucune crainte ; Si une guerre s’élevait contre moi, Je serais malgré cela plein de confiance.
Je demande à l’Éternel une chose, que je désire ardemment : Je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l’Éternel, Pour contempler la magnificence de l’Éternel Et pour admirer son temple.
Car il me protégera dans son tabernacle au jour du malheur, Il me cachera sous l’abri de sa tente ; Il m’élèvera sur un rocher.
Et déjà ma tête s’élève sur mes ennemis qui m’entourent ; J’offrirai des sacrifices dans sa tente,
Je chanterai, je célébrerai l’Éternel.

Exode 23 : 20-27
Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j’ai préparé [dit l’Éternel].
Tiens-toi sur tes gardes en sa présence, et écoute sa voix ; ne lui résiste point, parce qu’il ne pardonnera pas tes péchés, car mon nom est en lui.
Mais si tu écoutes sa voix, et si tu fais tout ce que je te dirai, je serai l’ennemi de tes ennemis et l’adversaire de tes adversaires.
Mon ange marchera devant toi,
Et te conduira chez les Amoréens, les Héthiens, les Phéréziens, les Cananéens, les Héviens et les Jébusiens, et je les exterminerai.
Tu ne te prosterneras point devant leurs dieux, et tu ne les serviras point ; tu n’imiteras point ces peuples dans leur conduite, mais tu les détruiras, et tu briseras leurs statues.
Vous servirez l’Éternel, votre Dieu, et il bénira votre pain et vos eaux, et j’éloignerai la maladie du milieu de toi.
Il n’y aura dans ton pays ni femme qui avorte, ni femme stérile. Je remplirai le nombre de tes jours.
J’enverrai ma terreur devant toi,
Je mettrai en déroute tous les peuples chez lesquels tu arriveras, et je ferai tourner le dos devant toi à tous tes ennemis.

Proverbes 3 : 5-6
Je me confie en l’Éternel de tout ton cœur, Et je ne m’appuie pas sur ma sagesse ;
Je reconnais l’Éternel dans toutes mes voies, Et il aplanira mes sentiers.

Psaume 118 :
Je loue l’Éternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure à toujours !
Qu’Israël dise : Car sa miséricorde dure à toujours !
Que la maison d’Aaron dise : Car sa miséricorde dure à toujours !
Que ceux qui craignent l’Éternel disent : Car sa miséricorde dure à toujours !
Du sein de la détresse j’ai invoqué l’Éternel : L’Éternel m’a exaucé, m’a mis au large.
L’Éternel est pour moi, je ne crains rien : Que peuvent me faire des hommes ?
L’Éternel est mon secours, Et je me réjouis à la vue de mes ennemis.
Mieux vaut chercher un refuge en l’Éternel Que de se confier à l’homme;
Mieux vaut chercher un refuge en l’Éternel Que de se confier aux grands.
Toutes les nations m’environnaient : Au nom de l’Éternel, je les taille en pièces.
Elles m’environnaient, m’enveloppaient : Au nom de l’Éternel, je les taille en pièces.
Elles m’environnaient comme des abeilles ; Elles s’éteignent comme un feu d’épines ; Au nom de l’Éternel, je les taille en pièces.
Tu me poussais pour me faire tomber ; Mais l’Éternel m’a secouru.
L’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges ; C’est lui qui m’a sauvé.
Des cris de triomphe et de salut s’élèvent dans les tentes des justes :
La droite de l’Éternel manifeste sa puissance !
La droite de l’Éternel est élevée ! La droite de l’Éternel manifeste sa puissance !
Je ne mourrai pas, je vivrai, Et je raconterai les œuvres de l’Éternel.

• Dieu dans les affaires humaines •

Daniel 2 : 20-22, Daniel 4 : 34-35
Béni soit le nom de Dieu, d’éternité en éternité ! A lui appartiennent la sagesse et la force.
C’est lui qui change les temps et les circonstances, qui renverse et qui établit les rois, Qui donne la sagesse aux sages et la science à ceux qui ont de l’intelligence.
Il révèle ce qui est profond et caché, il connaît ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure avec lui.
Dieu de mes pères, je te glorifie et je te loue de ce que tu m’as donné la sagesse et la force, et de ce que tu me fais connaître ce que je te demande,
Béni soit le Très-Haut, je loue et je glorifie celui qui vit éternellement,
Celui dont la domination est une domination éternelle et dont le règne subsiste de génération en génération.
Tous les habitants de la terre ne sont à tes yeux que néant : Tu agis comme il te plaît avec l’armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il n’y a personne qui résiste à ta main et qui te dise : Que fais-tu ?

Éphésiens 2 : 8-10
C’est par la grâce [de Dieu] que je suis sauvé, par le moyen de la foi.
Et cela ne vient pas de moi, c’est le don de Dieu.
Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.
Car je suis son ouvrage [ouvrage de Dieu], ayant été créé en Jésus-Christ pour faire les bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que je les pratique.

Psaume 17 : 7-9
Je t’invoque, car tu m’exauces, ô Dieu ! Incline vers moi ton oreille, écoute ma parole !
Signale ta bonté, toi qui sauves ceux qui cherchent un refuge, Et qui par ta droite les délivres de leurs adversaires !
Garde-moi comme la prunelle de l’œil ; Protège-moi, à l’ombre de tes ailes,

2 Chroniques 14 :11
Éternel, toi seul peux venir en aide au faible comme au fort : viens à notre aide, Éternel, notre Dieu !
Car c’est sur toi que nous nous appuyons, et nous sommes venus en ton nom contre cette multitude.
Éternel, tu es notre Dieu :
Que ce ne soit pas l’homme qui l’emporte sur toi !
Que ce ne soit pas les esprits méchants qui l’emportent sur toi !

2 Chroniques 20 : 6
Éternel, Dieu de nos pères, n’es-tu pas Dieu dans les cieux ?
Et n’est-ce pas toi qui domines sur tous les royaumes des nations ?
N’est-ce pas toi qui as en main la force et la puissance, et à qui nul ne peut résister ?

Hébreux 13 : 3
Nous nous souvenons des prisonniers, comme si nous étions aussi prisonniers ; de ceux qui sont maltraités, comme étant aussi nous-mêmes dans un corps.

Apocalypse 3 : 7-8
A l’ange de l’Église de Philadelphie : Voici ce que dit le Saint, le Véritable,
Celui qui a la clef de David, Celui qui ouvre, et personne ne fermera, Celui qui ferme, et personne n’ouvrira :

Je connais tes œuvres.
Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n’as pas renié mon nom,
J’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer.

Psaume 129 : 5-6
L’Éternel est juste : Il a coupé les cordes des méchants.
Qu’ils soient confondus et qu’ils reculent, Tous ceux qui haïssent Sion !
Qu’ils soient comme l’herbe des toits, Qui sèche avant qu’on ne l’arrache !

Psaume 55 : 9
Réduis à néant, Seigneur, divise leurs langues ! Car je vois dans la ville la violence et les querelles ;

Psaume 125 : 1-4
Ceux qui se confient en l’Éternel Sont comme la montagne de Sion : elle ne chancelle point, Elle est affermie pour toujours.
Des montagnes entourent Jérusalem ; Ainsi l’Éternel entoure son peuple, Dès maintenant et à jamais.
Car le sceptre de la méchanceté ne restera pas sur le lot des justes, Afin que les justes ne tendent pas les mains vers l’iniquité.
Éternel, répands tes bienfaits sur les bons Et sur ceux dont le cœur est droit !

Psaume 33 : 8-12
Que toute la terre craigne l’Éternel ! Que tous les habitants du monde tremblent devant lui !
Car il dit, et la chose arrive ; Il ordonne, et elle existe.
L’Éternel renverse les desseins des nations, Il anéantit les projets des peuples ;
Les desseins de l’Éternel subsistent à toujours, Et les projets de son cœur, de génération en génération.
Heureuse la nation dont l’Éternel est le Dieu ! Heureux le peuple qu’il choisit pour son héritage !

• Test et Épreuve •


1 Corinthiens 15 : 57-58
…Grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ !
Ainsi, nous sommes fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que notre travail ne sera pas vain dans le Seigneur.

James 4 : 7-8
Je me soumets donc à Dieu ; je résiste au diable, et il fuira loin de moi.
Je m’approche de Dieu, et il s’approchera de moi.

2 Timothée 2 :11-12
Cette parole est certaine : Si j’étais mort avec lui, je vivrai aussi avec lui;
Si je persévère, je régnerai aussi avec lui ;

1 Pierre 1 : 3-9
Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts,
Pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel nous est réservé dans les cieux, nous qui, par la puissance de Dieu, sommes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps !
C’est là ce qui fait notre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, nous soyons attristés pour un peu de temps par diverses épreuves,
Afin que l’épreuve de notre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra,
Lui que nous aimons sans l’avoir vu, en qui nous croyons sans le voir encore, nous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse,
Parce que nous obtiendrons le salut de nos âmes pour prix de notre foi.

Ésaïe 43 :2
Si tu traverses les eaux, je serai avec toi ; Et les fleuves, ils ne te submergeront point ;
Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t’embrasera pas.

Psaume 33 :18-20
Voici, l’œil de l’Éternel est sur ceux qui le craignent, Sur ceux qui espèrent en sa bonté,
Afin d’arracher leur âme à la mort Et de les faire vivre au milieu de la famine.
Notre âme espère en l’Éternel ; Il est notre secours et notre bouclier.

Psaume 23 :4
Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent.

1 Corinthiens 2 :9
Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment.

Ésaïe 25 :8
Il anéantit la mort pour toujours ;
Le Seigneur, l’Éternel, essuie les larmes de tous les visages, Il fait disparaître de toute la terre l’opprobre de son peuple ; Car l’Éternel a parlé.

Matthieu 28 :20
…Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.

Psaume 56 :11
Je me confie en Dieu, je ne crains rien : Que peuvent me faire des hommes ?

Ésaïe 58 :11
L’Éternel sera toujours mon guide, Il rassasiera mon âme dans les lieux arides,
Et il redonnera de la vigueur à mes membres ;
Je serai comme un jardin arrosé, Comme une source dont les eaux ne tarissent pas.

Josué 1 :9
Ne t’ai-je pas donné cet ordre : Fortifie-toi et prends courage ?
Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.

Psaume 37 :39
Le salut des justes vient de l’Éternel ; Il est leur protecteur au temps de la détresse.

• Guerre Spirituelle •

Matthieu 16 :18
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.
Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.

Luc 10 :19
Voici, le Seigneur nous a donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra nous nuire.

Psaume 91 :13
Je marcherai sur le lion et sur l’aspic, je foulerai le lionceau et le dragon.

Marc 16 :17-18
…Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : au nom de Jésus, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.

Romains 16 :20
Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous nos pieds.
Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ nous accompagne !

Romains 8 :31-39
Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?

1 Jean 4 :4
Nous sommes de Dieu, et nous les avons vaincus, parce que celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde…

Romains 8 :37-38
Dans toutes mes épreuves et mes tribulations, je suis plus que vainqueur par celui qui m’a aimé.
Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances,
Ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra me séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus- Christ notre Seigneur.

Apocalypse 12 :11
Nous avons vaincu Satan à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de notre témoignage,
Et nous n’avons pas aimé notre vie jusqu’à craindre la mort.

1 Pierre 5 : 6-11
Nous nous humilions sous la puissante main de Dieu, afin qu’il nous élève au temps convenable ;
Et nous nous déchargeons sur lui de tous nos soucis, car lui- même prend soin de nous.

Nous sommes sobres, nous veillons car notre ennemi, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera.
Nous lui résistons avec d’une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à nos frères dans le monde.

Le Dieu de toute grâce, qui nous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que nous aurons souffert un peu de temps, nous perfectionnera lui-même, nous affermira, nous fortifiera, nous rendra inébranlables.
A lui soit la puissance aux siècles des siècles ! Amen !

2 Corinthiens 10 : 3-5
Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair.
Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses.
Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ.

Deutéronome 33 : 25-27
Que mes verrous soient de fer et d’airain, Et que ma vigueur dure autant que mes jours !
Nul n’est semblable au Dieu d’Israël, Il est porté sur les cieux pour venir à mon aide, Il est avec majesté porté sur les nuées.
Le Dieu d’éternité est un refuge, Et sous ses bras éternels est une retraite. Devant moi il a chassé l’ennemi, Et il a dit : Extermine.

Ésaïe 54 :13-15,17
Tous mes fils seront disciples de l’Éternel, Et grande sera la prospérité de mes fils.
Je serai affermi par la justice ; Bannis l’inquiétude, car je n’ai rien à craindre, Et la frayeur, car elle n’approchera pas de moi.
Si l’on forme des complots, cela ne viendra pas de mon Dieu ; Quiconque se liguera contre moi tombera sous mon pouvoir.
Toute arme forgée contre moi sera sans effet ; Et toute langue qui s’élèvera en justice contre moi, je la condamnerai.
Tel est l’héritage des serviteurs de l’Éternel, Tel est le salut qui me viendra de l’Éternel, mon Dieu.

• Rédemption Parfaite •

Jude 1 : 24-25
A celui qui peut me préserver de toute chute et me faire paraître devant sa gloire irrépréhensible et dans l’allégresse,
Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! Amen !

Psaume 103 :1-8
Mon âme, bénis l’Éternel ! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom !
Mon âme, bénis l’Éternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits !
C’est lui qui pardonne toutes mes iniquités, Qui guérit toutes mes maladies ;
C’est lui qui délivre ma vie de la fosse, Qui me couronne de bonté et de miséricorde ;
C’est lui qui rassasie de biens ma vieillesse, Qui me fait rajeunir comme l’aigle.
L’Éternel fait justice, Il fait droit à tous les opprimés.
Il a manifesté ses voies à Moïse, Ses œuvres aux enfants d’Israël.
L’Éternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et riche en bonté ;

Éphésiens 1 :17-23
Que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, me donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance,
Et qu’il illumine les yeux de mon cœur, pour que je sache quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints,
Et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force.
Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes,
Au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir.
Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église,
Qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

Philippiens 1 : 6
Je suis persuadé que celui qui a commencé en moi cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ.

Romains 8 :1-2
Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour moi, car je suis en Jésus-Christ.
En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.

Hébreux 10 :14-17
…Par une seule offrande, Mon Seigneur nous a amené à la perfection pour toujours, nous tous qui sommes sanctifiés
C’est ce que le Saint-Esprit nous atteste aussi ; car, après avoir dit :

Voici l’alliance que notre Dieu fera avec nous,
Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute :
Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.

Galates 3 :13-14 (Genèse 24 : 1)

Jésus-Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous – car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois, –
Afin que la bénédiction d’Abraham eût pour nous son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis.

• Stabilité Mentale et Émotionnelle •

Matthieu 11 : 28-30
Nous sommes fatigués et chargés ainsi, nous venons à toi, Seigneur Jésus, et tu nous donnes du repos.
Nous prenons ton joug sur nous et recevons tes instructions, car tu es doux et humble de cœur ; et nous trouverons du repos pour nos âmes.
Car ton joug est doux, et ton fardeau léger.

Hébreux 4 : 9-11
Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu.
Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes.
Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe par la désobéissance.

Ésaïe 26 : 3
Dieu de mon salut, à celui qui est ferme dans ses sentiments, tu assures la paix,
Tu me donnes la paix, Parce que je me confie en toi.
Je me confie à toi o Éternel, Car tu es le rocher des siècles.

Psaume 119 :165
Éternel, il y a beaucoup de paix pour ceux qui aiment ta loi, Et il ne leur arrive aucun malheur.

2 Corinthiens 10 : 3-5
Si je marche dans la chair, je ne combats pas selon la chair.
Car les armes avec lesquelles je combats ne sont pas charnelles ;
Mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses.
Je renverse les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et j’amène toute pensée captive à l’obéissance de Christ.

2 Timothée 1 : 7-10
Ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse.
Je n’ai donc point honte du témoignage à rendre à mon Seigneur,
Mais je suis prêt à souffrir pour l’Évangile, par la puissance de Dieu
Qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels,
Et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Évangile.

Romains 15 :13
Que le Dieu de l’espérance me remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que j’abonde en espérance, par la puissance du Saint-Esprit !

Philippiens 4 : 6-8
Je ne m’inquiète de rien ; mais en toute chose je fais connaître mes besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.
Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, garde mon cœur et mes pensées en Jésus-Christ.
Au reste, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de mes pensées. Et le Dieu de paix est avec moi.

• Servir Dieu •

2 Corinthiens 2 :14-17
Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu l’odeur de sa connaissance !
Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent :
Aux uns, une odeur de mort, donnant la mort ; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. Et qui est suffisant pour ces choses ? –
Car nous ne falsifions point la parole de Dieu, comme font plusieurs ; mais c’est avec sincérité, mais c’est de la part de Dieu, que nous parlons en Christ devant Dieu.

Éphésiens 3 : 20
Dieu peut faire, par la puissance qui agit en moi, infiniment au- delà de tout ce que nous demandons ou pensons.
A lui soit la gloire dans l’Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen !

2 Corinthiens 9 : 8
Et Dieu peut me combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes circonstances de quoi satisfaire à tous mes besoins, j’aie encore en abondance pour toute bonne œuvre.

Matthieu 18 :19
Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux.

Matthieu 9 : 37-38
La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers.
Alors nous prions le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson.

Matthieu 24 :14
Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.

Ésaïe 55 :10-11
Comme la pluie et la neige descendent des cieux, Et n’y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, Sans avoir donné de la semence au semeur Et du pain à celui qui mange,
Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de la bouche de Dieu: Elle ne retourne point à lui sans effet, Sans avoir exécuté sa volonté Et accompli ses desseins.

• De la substitution qui a eu lieu à la Croix •

Ésaïe 53 : 4-5
Jésus a porté nos souffrances Jésus s’est chargé de nos douleurs
Jésus était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui,
Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

Ésaïe 53 :10
Il a plu à l’Éternel de briser le [le Seigneur Jésus] par la souffrance… De livrer sa vie en sacrifice pour le péché,
Par sa connaissance le Seigneur juste justifie beaucoup d’hommes, Et il se charge de leurs iniquités.

2 Corinthiens 5 :21
Celui qui n’a point connu le péché [Jésus], Dieu l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

Hébreux 2 : 9
…Celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous.

Galates 3 :13-14
Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois, -afin que la bénédiction d’Abraham eût pour nous son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis.

2 Corinthiens 8 : 9
Par sa grâce, notre Seigneur Jésus-Christ s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté nous fussions enrichis.

2 Corinthiens 9 : 8
Dieu nous a comblé de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, nous ayons encore en abondance pour toute bonne œuvre,

Matthieu 27 : 35-36
Jésus a porté notre honte pour que nous puissions partager sa gloire.

Hébreux 12 : 2
J’ai les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

Matthieu 27 : 46-51
Jésus a enduré notre rejet pour que nous puissions être accepté auprès du Père.

Éphésiens 1 : 5-6
Jésus a été coupé de Dieu par sa mort pour que nous puissions être joints à Dieu éternellement.

Ésaïe 53 : 8
Notre vieil homme a été mis à mort en Lui afin qu’un nouvel homme puisse venir à la vie en nous.

1 Corinthiens 6 :17
…celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit.

Romains 6 : 6
…notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché.

Colossiens 3 : 9-10
Jésus nous a dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, et nous avons revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé.

Que celui qui a reçu la rédemption le dise !

Mon corps est un temple pour le Saint-Esprit, (2) racheté, (3) purifié, (4) et sanctifié par le sang de Jésus.
Mes membres, les parties de mon corps, sont des instruments de justice, livrés à Dieu pour son service et pour sa gloire.
Le diable n’a pas de place en moi, pas de pouvoir sur moi, pas de réclamations non réglées contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus.
J’ai vaincu Satan par le sang de l’Agneau par la parole de mon témoignage et je n’ai pas aimé ma vie jusqu’à la mort.
Mon corps est pour le Seigneur et le Seigneur est un corps pur.
Amen.

1 Psaume 107 : 2 21 ; Corinthiens 6:19; Éphésiens 1: 7; 1 Jean 1: 75; Hébreux 13:12; Romans 6:13; Romans 3: 23-25; 8: 33-34; Révélation 12:11; 1 Corinthiens 6:13

• Rien que le sang •

Nous vainquons Satan lorsque nous témoignons personnellement de ce que la Parole de Dieu dit que le sang de Jésus fait pour nous :

Par le sang de Jésus, je suis racheté de la main du diable.
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
Par le sang de Jésus, je suis continuellement purifié de tout péché.
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu pur comme si je n’avais jamais péché.
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu irréprochable, mis à part
Dieu.
Par le sang de Jésus, j’ai accès dans la présence de Dieu avec assurance.
Le sang de Jésus crie continuellement à Dieu au ciel en ma faveur.

Révélation 12:11 ; Éphésiens 1:7 ; 1 Jean 1: 9 ; 1 Jean 1:7; Romans 5: 9; Hébreux 13:12; Hébreux 10:19; Hébreux 12:24

Notre Père – Prière

Notre Père qui est aux cieux! Que ton nom soit sanctifié;
Je proclame ta gloire ô Dieu Très-Haut, créateur de toutes choses.
Tu as fondé la terre, et elle demeure ferme.
Tu as étendu les cieux au-dessus de la terre, aussi solides qu’un miroir de fonte.
A toi appartiennent la sagesse et la force.
Tous les habitants de la terre ne sont à tes yeux que néant:
Tu agis comme il te plaît avec l’armée des cieux et avec les habitants de la terre,
Et il n’y a personne qui résiste à ta main et qui te dise: Que fais-tu?
Toutes tes œuvres sont vraies, toutes tes voies sont justes,
A toujours, ô Éternel ta parole subsiste dans les cieux.
De génération en génération ta fidélité subsiste;
Aucune parole sortant de ta bouche ne retourne à toi sans effet, Sans avoir exécuté ta volonté et accompli tes desseins.

Tu as créé l’homme à ton image et tu l’as établi sur la terre afin qu’il marche devant toi et qu’il prospère en Jésus-Christ.
Tu peux abaisser ceux qui marchent avec orgueil et relever ceux qui s’humilient devant toi.
Ta domination est une domination éternelle, et ton règne subsiste d’éternité en éternité!
C’est toi qui change les temps et les circonstances, qui renverse et qui établit les rois,
C’est toi qui donnent la sagesse aux sages et la science à ceux qui ont de l’intelligence.
Tu révèles ce qui est profond et caché, tu connais ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure avec toi.

O Père Éternel, que l’homme reconnaisse ton règne éternel et se soumette à ta volonté.
Que ta volonté pour ma vie se manifeste.
Je me soumets à ta volonté par ta grâce et je me soumets en toutes choses à la conduite du Saint-Esprit, l’Esprit de vérité.
Je te rends grâce de ce que tu m’enseignes, tu me corriges, tu me révèles le cœur de Jésus-Christ

Donne-moi aujourd’hui mon pain quotidien; Et d’abord le pain de l’esprit.
Lorsque j’ouvre la Bible, tu ouvres mes yeux et mes oreilles spirituels afin que je voie et que j’entende.
La Bible nourrit mon esprit de tes paroles.
Je te rends grâce pour la nourriture physique et pour toutes les autres provisions que tu as prévu pour moi.

Je demande pardon pour mes offenses; et je pardonne à ceux qui m’ont fait du mal. Puisses-tu les bénir dans ta miséricorde.
Je te demande aussi de me débarrasser de ce qui, dans ma personne ne concoure pas au témoignage de ta gloire. Débarrasse-moi de toutes ces choses et fortifie-moi par ton abondante grâce.

Préserve-moi de la tentation. Délivre-moi du malin, de ses astuces, de ses mensonges, de sa méchanceté.

A toi appartiennent, le règne, la puissance, l’honneur et la gloire, maintenant et à toujours.

Amen!

Exemples de confession de paroles bibliques commentées

1. Pour être libéré des malédictions

Par le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix, j’ai été racheté de la malédiction de la loi, car il a été fait malédiction pour moi – selon qu’il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, – afin que la bénédiction d’Abraham devienne mon partage en Jésus-Christ, et que je reçusse par la foi l’Esprit de Dieu. (basé sur Galates 3: 13-14)

Faite de manière régulière, cette proclamation est particulièrement appropriée dans le contexte d’une bataille continue contre les attaques de l’ennemi. Chaque fois que tu la fais, tu annihiles davantage les effets des malédictions pour entrer dans les bénédictions qui constituent notre héritage en Jésus-Christ. Elle peut être associée à la confession suivante :

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a rendu capable d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivré de la puissance des ténèbres et nous a transporté dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés. Il nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ! (basé sur Colossiens 1:12-13 et Éphésiens 1:3)

2. Lorsque des forces négatives sont dirigées contre nous, paroles maléfiques ou paroles « charnelles » ou légères :

Aucune arme forgée contre moi ne prospérera, et je condamne maintenant toute langue qui se dresse contre moi. Ceci est mon héritage [mon droit d’héritage] en tant que serviteur du Seigneur, et ma justice vient de toi, Seigneur Jésus. (basé sur Ésaïe 54:17)

Il y a deux points importants à noter en rapport avec cette confession :
– Premièrement, nous ne sommes pas supposés demander à Dieu de condamner toute langue qui parle contre nous. Dieu nous a donné le pouvoir de le faire nous-mêmes et il attend de nous que nous le fassions : « tu fouleras le lionceau et le dragon… » (Psaume 91)
– Deuxièmement, notre droit d’exercer cette autorité dépend du fait que nous n’agissons pas par notre propre justice, mais parce que la justice de Dieu nous est imputée par grâce au moyen de notre foi. Ceci est possible par l’échange qui s’est opéré à la croix : Jésus a été fait péché à notre place pour que nous puissions devenir justes devant Dieu. Les divers avantages de cette substitution sont tous interdépendants et ne doivent pas être séparés les uns des autres.

Dieu exige plus de nous que de simplement revenir en arrière sur les mauvaises paroles prononcées contre nous. Il nous demande aussi de pardonner à ceux qui nous ont fait du tort, tout comme lui-même nous pardonne nos propres offenses. Enfin, il s’attend à ce que nous passions du négatif au positif: à savoir, répondre à une malédiction par une bénédiction.

Bénir ceux qui nous maudissent, ou encore pardonner à ceux qui nous font du mal, ne dépend pas de nos envies ou de nos émotions. Cela découle d’une décision ferme, prise pour obéir à la Parole de Dieu. Voici des mots appropriés qui couvrent à la fois le pardon et la bénédiction :

Seigneur, je pardonne à tous ceux qui m’ont fait du tort, tous ceux qui m’ont blessé et, je les bénis au nom de Jésus-Christ.

Au total, nous devons suivre trois étapes successives pour répondre à ceux qui nous maudissent :
– Premièrement, nous condamnons la langue qui a prononcé la malédiction;
– Deuxièmement, nous pardonnons à la personne qui a lancé la malédiction;
– Et troisièmement, nous demandons à Dieu de bénir la personne.
En effectuant ces trois étapes, la victime peut dissiper toute charge spirituelle nocive qu’une malédiction aurait amenée.

3. Quand tu es sous la pression du péché, de ton passé, de la culpabilité ou de l’indignité

Il n’y a aucune condamnation pour nous tous qui sommes en Christ. En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ nous a affranchi de la loi du péché et de la mort.
Selon la richesse de la grâce de Dieu, j’ai la rédemption par le sang de Jésus-Christ, la rémission des péchés.
En Christ, je suis une nouvelle création. Toutes les choses anciennes ont disparu. Tout dans ma vie est devenu nouveau. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ. (basé sur Romain 8 :1-2 et 2 Corinthiens 5: 17-18)

Avec la nouvelle naissance, Dieu créé un nouvel ouvrage en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, qu’il a préparées d’avance (Éphésiens 2 :10). L’ancienne création, qui avait été corrompue par le péché, est morte avec Christ à la croix.
Lorsque l’ennemi, par ses astuces cherche à m’accuser, lorsque le passé réaffirme ses revendications sur moi, je me soumets à Dieu en méditant sur l’image que Jean nous donne dans Apocalypse 21: 5. C’est comme cela que je me soumets à Dieu, je résiste au diable et il finit par s’en aller: Alors celui qui était assis sur le trône dit: « Voici, je fais toutes choses nouvelles. » Et il m’a dit: « Écris, car ces paroles sont vraies et fidèles. » (Apocalypse 21: 5)

Ces mots viennent de Celui qui est assis sur le trône, Celui qui a sous son contrôle tout l’univers et tout ce qu’il contient. Cela inclut tous les détails de nos vies. Il réaffirme qu’il refait tout à neuf. On pourrait presque se représenter Jean se demandant intérieurement s’il s’agissait d’une demande trop formidable, même pour Dieu. Et le Seigneur de l’assurer: « Écris, car ces paroles sont vraies et fidèles. » Un petit peu comme s’il disait: « Oui, Jean, tu peux vraiment assurer mon peuple que je fais exactement ce que je dis. »

4. Lorsque tu es opprimé par le désespoir et les sombres pressentiments de la mort

La droite de l’Éternel est élevée! La droite de l’Éternel manifeste sa puissance dans ma vie! Je ne mourrai pas, je vivrai, Et je raconterai les œuvres de l’Éternel avec des cris de joie! Oui, tu délivres mon âme de la mort, mes yeux des larmes, mes pieds de la chute. Et je t’offre des sacrifices d’actions de grâces et de louanges (basé sur Psaume 118: 16-17 et Psaume 116:8)

Bien sûr, cela ne signifie pas « je ne mourrai jamais » physiquement – mais seulement que « je ne mourrai pas avant le temps fixé par Dieu – je ne me laisserai pas volé ce qui m’appartient ».

Proclamé avec foi et compréhension, cette déclaration peut délivrer et protéger ceux qui sont assaillis par l’esprit de la mort. Il peut être utilisé pour révoquer les propos négatifs par lesquels les gens se sont exposés à ce type d’esprit.

Il peut être nécessaire de répéter cette déclaration plusieurs fois, jusqu’à ce qu’elle devienne plus réelle que tous les schémas de pensée négatifs antérieurs. Rappelle-toi que Jésus a demandé à Pierre de réaffirmer son amour pour lui autant de fois qu’il l’avait précédemment renié (Jean 21:15).

5. Lorsque tu es assailli par une maladie physique ou une infirmité

Jésus lui-même a porté mes péchés dans son propre corps sur la croix, afin que mort au péché, je puisse vivre par la justice de Dieu et pour la justice de Dieu- par ses meurtrissures je suis guéri. (basé sur 1 Pierre 2:24)

La proclamation spéciale suivante combine plusieurs les vérités des Écritures :

Mon corps est un temple du Saint-Esprit, racheté, purifié et sanctifié par le sang de Jésus. Mes membres – les parties de mon corps – sont des instruments de justice, présentés à Dieu pour son service et pour sa gloire. Mon corps est pour le Seigneur et le Seigneur est pour mon corps.
Le diable n’a pas de place en moi, il n’a pas de pouvoir sur moi, il n’a pas de réclamations à faire contre moi. Tout ce qui concerne mon rachat a été payé par le sang précieux de Jésus.
J’ai vaincu Satan par le sang de l’Agneau et par la parole de mon témoignage, et je n’aime pas ma vie à la mort. (basé sur 1 Corinthiens 6:19; Éphésiens 1: 7; 1 Jean 1: 7; Hébreux 13: 12; Romains 6:13; 8: 33-34; Apocalypse 12:11) 1 Corinthiens 6:13)

D’aucuns pourrait demander: Est-il honnête de faire de telles confessions lorsque je vois dans mon corps les preuves physiques de la maladie ou lorsque je sens dans mon âme les oppositions du péché?

La réponse dépend de ton point de vue. Si tu regardes ton propre état naturel ou tes circonstances, alors ce n’est pas honnête. Mais si tu regardes les choses comme la Parole de Dieu les décrit en Christ, tu as le droit de faire une telle confession en les basant sur la foi. Rappelle-toi qu’il est écrit : « le juste vivra par la foi ». C’est dire que celui qui est en Christ ne regarde pas aux choses visibles – ses circonstances – mais il vit en fonction de ce que dit la parole de Dieu.

Une fois que nous nous repentons de nos péchés et que nous nous engageons à suivre Christ, Dieu ne nous regarde plus comme nous sommes dans notre état naturel. Au lieu de cela, il nous regarde du point de vue de l’échange qui a eu lieu sur la croix. Spirituellement, il nous voit comme justes; physiquement, il nous voit comme restaurés (rendus complets).

Il est significatif que dans les Écritures, la guérison fournie par le sacrifice de Jésus ne soit jamais évoquée au futur. Dans Ésaïe 53:5, écrit plus de sept cents ans avant la mort de Jésus, la guérison est déjà présentée comme un fait accompli: « Par ses meurtrissures, nous sommes guéris ». Dans le Nouveau Testament, l’apôtre Pierre se référant à Ésaïe 53: 5 (cité ci-avant), utilise le passé: « Par les marques de qui vous avez été guéri. » (1 Pierre 2:24)

Quand les mots que nous parlons s’accordent avec ce que Dieu dit de nous en Christ, alors nous lui ouvrons la voie pour manifester sa parole en nous. Mais si nous faisons des déclarations contraires à ce que dit la parole de Dieu ou si nous sommes préoccupés par notre propre vie, au lieu de remercier Dieu pour ses promesses de délivrance, nous sommes confinés dans la prison de notre état naturel. Nous rendons inopérante la grâce surnaturelle et transformatrice de Dieu, qui ne fonctionne que par la foi : « …c’est par grâce que nous sommes sauvés, par le moyen de la foi » (Éphésiens 2 :8).

Encore une fois, quelqu’un pourrait demander: Qu’en est-il de celui qui dit et fait tout ce qui est juste, et pourtant les résultats promis ne suivent pas? Une réponse se trouve dans les paroles de Moïse dans Deutéronome 29:29: « Les choses secrètes appartiennent au Seigneur notre Dieu, mais les choses qui sont révélées appartiennent à nous et à nos enfants pour toujours, afin que nous puissions faire toutes les paroles de cette loi. »
La raison pour laquelle certaines personnes ne reçoivent pas une partie des bénédictions promises appartient souvent à la catégorie des « choses secrètes ». Il est vain pour nous de chercher à extraire les secrets de Dieu. C’est aussi irrévérencieux. Si Dieu refuse une réponse, il est plus important de faire confiance que de comprendre.

D’autre part, les paroles de Moïse nous rappellent notre responsabilité, en tant que peuple de Dieu, de croire, d’annoncer et d’agir conformément aux choses qu’il a clairement révélées dans sa Parole. La provision que Dieu a faite pour nous par le sacrifice de Jésus sur la croix est au cœur de ces préoccupations. Nous ne devons pas laisser nos préoccupations du moment nous empêcher de croire et d’obéir aux choses révélées. Souvenons nous de ces paroles de Paul: « c’est quand je suis faible que je suis fort ». La force du croyant est dans la confiance qu’il place en Dieu. Celui qui est en Christ n’aime pas la vie terrestre jusqu’à craindre la mort physique: la grâce de Dieu est suffisante.

6. Lorsque Satan attaque ce que Dieu t’a donné: ton foyer, ta famille, ton entreprise, ton ministère, etc.

Que mes verrous soient de fer et d’airain, Et que ma vigueur dure autant que mes jours! Nul n’est semblable au Dieu d’Israël, Il est porté sur les cieux pour venir à mon aide, Il est avec majesté porté sur les nuées. Le Dieu d’éternité est un refuge, Et sous ses bras éternels est une retraite. Devant moi il a chassé l’ennemi, Et il a dit: Extermine. (basé sur Deutéronome 33: 25-27)

Cette proclamation nous permet de passer de la défense à l’attaque. Tout d’abord, « nos portes » représentent notre système de défense. Dieu promet que cela sera en acier et en airain pour empêcher que l’ennemi n’entre quand il cherche à attaquer.

Ensuite, il y a une image merveilleuse de Dieu intervenant surnaturellement en notre faveur : « Il est porté sur les cieux pour venir à mon aide » Notre proclamation est une façon d’invoquer son intervention.

Enfin, nous avons l’assurance de la défaite de notre ennemi: « Il [Dieu] a chassé l’ennemi devant moi. » Dieu exige que nous jouions notre rôle dans cette étape finale; donc, il dit: « Détruis-le! » Il nous a dotés des armes spirituelles que nous pouvons saisir pour exterminer l’ennemi.

7. Lorsque tes pensées sont un champ de bataille et que les mensonges de Satan font la guerre à la Parole de Dieu.

je ne combats pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles je combats ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses que Satan a construites dans ma vie. Je renverse les raisonnements et toute hauteur qui s’élève pour m’empêcher de connaître Dieu et sa volonté pour moi, et je soumets toutes mes pensées à l’obéissance à Christ. (basé sur 2 Corinthiens 10: 3-5)

Trois des armes puissantes pour combattre les mensonges de Satan et ses attaques : la proclamation, l’action de grâce et la louange.
Toutefois, il est important de rappeler que les « ennemis » du chrétien ne sont pas nos semblables, les humains. Nos ennemis sont les forces spirituelles diaboliques dirigées contre nous depuis le royaume de Satan. Paul le dit clairement dans Éphésiens 6:12: « Car nous ne combattons pas contre des personnes faites de chair et de sang, mais contre des personnes sans corps – les souverains diaboliques du monde invisible … et contre un grand nombre d’esprits méchants dans les lieux célestes ».

Dans cet étrange type de combat auquel Dieu nous a appelés, les normes de mesure sont différentes de celles que nous utilisons dans le monde des sens. Mesuré à l’échelle spirituelle, le pardon est une arme plus puissante que le ressentiment; bénir est plus forte que maudire; remercier est plus fort que se plaindre; la louange est plus forte que l’accusation; et aimer est beaucoup plus fort que haïr. Sur la base de ce paradoxe, voici deux proclamations qui débloquent la force de Dieu lorsque nos propres ressources échouent.

8. Quand tu es confronté à une tâche trop lourde pour toi

Je peux tout faire par celui qui me donne les moyens d’agir. Il donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. Ceux qui se confient en l’Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point. (basé sur Philippiens 4:13 et Ésaïe 40:29-31)

9. Quand ta force manque ou devient insuffisante

La puissance de Dieu est rendue parfaite dans ma faiblesse… Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi… Car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. (basé sur 2 Corinthiens 12: 9-10)

10. Exercer la foi pour couvrir les besoins financiers

Dieu peut me combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous mes besoins, je dispose encore en abondance pour toute bonne œuvre… Sa justice subsiste à jamais. (basé sur 2 Corinthiens 9: 8)

Et mon Dieu pourvoira à tous mes besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ. Il est capable de faire, par la puissance qui agit en moi, infiniment au-delà de tout ce que je demande ou pense. A lui soit la gloire dans l’Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles! Amen! (Philippiens 4:19 et Éphésiens 3:20-21)

Ces deux proclamations couvrent des besoins qui surviennent à un moment ou à un autre dans la vie de presque tout individu. Le niveau de provision de Dieu pour son peuple est révélé comme une abondance. Une abondance en toute chose et pas une simple suffisance.

11. Lorsque tu es assailli par la peur

Dieu ne m’a pas donné un esprit de servitude, pour être dans la peur, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. Un esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! (basé sur 2 Timothée 1:7 et Romains 8:15)

L’Esprit de l’Éternel repose sur moi: Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel. (basé sur Ésaïe 11:2)

O mon cœur ne te trouble point. Crois en Dieu, et crois en Jésus-Christ. (basé sur Jean 14:1)

Au nom de Jésus, je me soumets à Dieu et je résiste à l’esprit de peur. Par conséquent, il doit fuir loin de moi. (basé sur Jacques 4:7)

Les propositions de cette contribution ne représentent que quelques exemples de ce qui est possible. Il n’y a pas de limite au nombre de confessions scripturaires que nous pouvons faire selon les situations. Chacun de nous doit compter sur le Saint-Esprit pour recevoir les versets qui conviennent à sa situation particulière. Choisir et faire des confessions appropriées basées sur les Écritures produit est une méthode efficace en termes de résultats. Par ailleurs, cela nous apprend à recevoir et à appliquer la Parole de Dieu d’une manière active.

Quelques suggestion à appliquer avant de lire les Écritures :
– Premièrement, demande au Saint-Esprit de te diriger vers des Écritures particulièrement appropriées pour toi ;
– Deuxièmement, si tu reçois une révélation particulière, prend le temps de méditer les versets en question afin de les imprimer dans ton esprit ;
– Troisièmement, entreprends de les confesser. La confession permet de libérer leur pouvoir dans les domaines où tu en as besoin.

Mais laisse-moi ajouter un dernier mot très important! Ne fais pas confiance à ta confession seule, ni à aucune autre méthode d’ailleurs. Car sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu. C’est en associant ta confession à la foi en Dieu que tu obtiendras la réalisation de ses promesses. Notre foi doit être placée en Dieu seul, pas en une méthode. Il ne s’agit pas de réciter des formules magiques en pensant qu’elles ont une vertu particulière. Notre proclamation est au contraire un moyen efficace d’exprimer notre foi en Dieu, en sa parole et, d’affirmer notre rapport à lui. Ce point important ayant été dit, sselon l’avertissement que Dieu a donné par trois fois à Josué :
« Fortifie-toi et aie bon courage! »

Jésus-Christ, notre boussole

Le prophète Ésaïe écrit : « …Que vous tourniez vers la droite ou vers la gauche, vos oreilles entendront une voix derrière vous, disant : Voici le chemin ; marchez-y  » (Ésaïe 30 :21).

Le prophète dit ce qui précède après avoir rappelé au peuple de Sion, le peuple de Dieu que l’Éternel désire leur faire grâce, car l’Éternel est un Dieu juste ! Il leur dit que l’Éternel se lève pour leur faire miséricorde ; que l’Éternel exaucera dès qu’il aura entendu leur pétition et le prophète d’ajouter : Heureux tous ceux qui espèrent en lui ! (Ésaïe 30 :18-19)

Plus loin, au verset 23 il est dit : « …il [l’Éternel] répandra la pluie sur la semence que tu auras mises en terre, et le pain que produira la terre sera savoureux et nourrissant ; tes troupeaux paîtront dans de vastes pâturages. Les bœufs et les ânes qui labourent la terre mangeront un fourrage salé… » (Ésaïe 30 :23)

L’Éternel fera tomber la pluie sur la semence que tu auras mise en terre et, un pain savoureux et nourrissant sera le produit de ta récolte. Il conduira tes troupeaux dans de vastes pâturages. Il y a assurément une récompense réservée a celui qui espèrent en Dieu, celui qui entend la voix de Dieu, identifie son chemin et le suit ; c’est-à-dire qui agit sur les paroles de l’Éternel. Dieu comble d’abondance ceux qui le recherchent avant toute autre chose, ceux qui acceptent d’être dirigé par lui.

De très nombreux passages de la Bible nous encouragent à compter sur Dieu en toute chose et, à compter sur Dieu avant toute autre chose :

Proverbes 3:5-6 Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, Et ne t’appuie pas sur ta sagesse; Reconnais-le dans toutes tes voies, Et il aplanira tes sentiers.
Psaume 37:3 Confie-toi en l’Éternel, et pratique le bien; Aie le pays pour demeure et la fidélité pour pâture.
Psaume 37:5 Recommande ton sort à l’Éternel, Mets en lui ta confiance, et il agira.
Proverbes 22:19 Afin que ta confiance repose sur l’Éternel, Je veux t’instruire aujourd’hui, oui, toi.
Proverbes 28:26 Celui qui a confiance dans son propre cœur est un insensé, Mais celui qui marche dans la sagesse sera sauvé.
Jérémie 9:23 Ainsi parle l’Éternel: Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, Que le fort ne se glorifie pas de sa force, Que le riche ne se glorifie pas de sa richesse.
Psaume 62:8 En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos cœurs en sa présence! Dieu est notre refuge, -Pause.
Psaume 115:9-11 Israël, confie-toi en l’Éternel! Il est leur secours et leur bouclier.…
Psaume 125:1 Ceux qui se confient en l’Éternel Sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, Elle est affermie pour toujours.
Psaume 146:3-5 Ne vous confiez pas aux grands, Aux fils de l’homme, qui ne peuvent sauver.…
Ésaïe 12:2 Voici, Dieu est ma délivrance, Je serai plein de confiance, et je ne craindrai rien; Car l’Éternel, l’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges; C’est lui qui m’a sauvé.
Ésaïe 26:3-4 A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu’il se confie en toi.…
Jérémie 10:23 Je le sais, ô Éternel! La voie de l’homme n’est pas en son pouvoir; Ce n’est pas à l’homme, quand il marche, A diriger ses pas.
Jérémie 17:7-8 Béni soit l’homme qui se confie dans l’Éternel, Et dont l’Éternel est l’espérance!
Éphésiens 1:12afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ.  
Romains 12:16
Ne soyez point sages à vos propres yeux.

Or il convient de reconnaître que recommander notre sort à l’Éternel, mettre en lui notre confiance, et attendre qu’il agisse ensuite ne correspond pas à notre manière naturelle de faire. Très jeune, nous avons appris à prendre nos décisions sans jamais consulter Dieu. Nous faisons les choses en fonction de nos propres critères et non des recommandations de Dieu. La société nous encourage par des formules tels: « suivre son instinct », « tu peux obtenir tout ce que tu désires », etc., sans jamais mentionner ni la sagesse, ni la volonté de Dieu. Nous avons été éduqué en « personnes intelligentes »; sages à nos propres yeux; capables de penser, de réfléchir et d’agir. Et nous le sommes. Cependant, la Parole de Dieu dit que celui qui a confiance dans son propre cœur est un insensé. Car ce n’est pas à l’homme, dit Dieu, quand il marche, à diriger ses pas. Dieu interdit au sage de se glorifier de sa sagesse, il interdit à celui qui est fort de se glorifier de sa force et, à celui qui est riche de se glorifier de sa richesse.

Ces mots de la Bible défient notre intelligence et déroutent de nombreux esprits. Surtout les esprits qui se croient les plus brillants. Et pour cause, nous sommes « trop intelligents » pour comprendre. Nous sommes trop rationnels pour accepter les choses de l’esprit.

Le Seigneur Jésus a souvent dépeint le vrai disciple comme un enfant, en opposition à l’adulte qui croit tout savoir et tout comprendre. Dans Matthieu par exemple, il instruit les disciples, qui sont des adultes, à « devenir comme des enfants » pour entrer dans le royaume de Dieu. Alors que les disciples lui demandaient : « Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux » ? Le Seigneur Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux, et leur dit : Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux… (Matthieu 18.1-4).

La Nouvelle Bible Segond (NBS) traduit : « …si vous ne faites pas demi-tour pour devenir comme les enfants… ». Faire demi-tour, c’est-à-dire changer radicalement de direction. On pourrait aussi dire, faire « un virage à 180 degré ». Le Seigneur parle de faire demi-tour et de devenir comme un enfant. Un enfant fait confiance sans réfléchir. Il ne peut pas vivre sans faire confiance à ceux qui l’entourent. La confiance de l’enfant à sa mère par exemple, n’est pas réfléchie, elle est naturelle, une simple réalité vitale. Or, le Seigneur dit, personne ne peut rencontrer Dieu, sans adopter un cœur d’enfant. Un cœur spontanément ouvert à l’amour de Dieu, invariablement confiant et conscient de l’intégrité de la parole de Dieu.  Ceci n’est pas « naturel » pour l’homme ordinaire. Si cela était naturel le Seigneur n’aurait pas parlé de « se convertir » ou « Faire demi-tour ».

Poussés par leur convoitise, les disciples interrogèrent le Maître sur les places de choix dans son royaume. Les places qu’ils se voyaient occuper eux-mêmes, voulant savoir laquelle était la meilleure: « Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux », demandèrent-ils. Mais le Seigneur, voyant se manifester dans cette question une préoccupation égoïste et de l’arrogance, leur donna une réplique qui est toujours à l’ordre du jour dans nos préoccupations quotidiennes : « vous allez dans la mauvaise direction ».

La perspective de grandeur de Dieu est à l’opposé de celle du monde dans lequel nous vivons. Ce qui est glorieux aux yeux de Dieu est perçu autrement par les hommes. C’est pourquoi les disciples n’arrivaient toujours pas à comprendre que l’instauration du royaume de Dieu exigeait l’abaissement de Jésus jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort infâme de la croix. Le Seigneur devait passer par ce qu’il a appelé le « chemin étroit » dans le sermon sur la montagne (Matthieu 7 :13).

Lorsque nous venons en Christ, lorsque nous acceptons Jésus comme roi de notre vie, notre Maître, il devient celui qui peut nous guider à chaque étape du chemin. Il connaît chaque détail de notre vie, chaque besoin que nous avons, chaque difficulté et chaque espoir. Il peut indiquer où nous devons aller, avec qui aller et aussi le chemin à prendre pour y parvenir. Il dit : « …Je vous instruirai et vous enseignerai la voie à suivre ; je vous conseillerai avec mon œil sur vous » (Psaume 32 : 8). Il nous conseille avec son œil sur nous. C’est dire qu’il ne quitte pas des yeux ceux qui se confient à lui, il veille avec son œil sur eux.

Cependant, le Seigneur ne le fait pas sans notre collaboration. C’est pour cela qu’il dit de ne pas être comme un cheval ou un mulet sans intelligence… (Psaume 32 : 9), mais au contraire, de se soumettre à Lui en vérité, lui donner la première place. Il nous faut détrôner notre propre sagesse, nos ambitions et toutes les choses qui, au fil du temps, sont devenues les « drivers » dans nos vies, bien avant Lui. Et nous en avons parfois plusieurs : le business, l’argent, la famille, les loisirs, nos passions en tout genre… Ce n’est pas à dire que ces choses soient nécessairement mauvaises en tant que telles, mais elles peuvent prendre en nous, plus d’importance que le Seigneur. Quand cela arrive, nous le reléguons souvent au rang de celui à qui on va demander de l’aide de manière opportuniste, parfois sans y croire et les demandes que nous lui adressons en dernier recours peuvent être fondées sur des motifs inadéquats. Par exemples ces motifs peuvent être le dépit, le désespoir, voire la peur. Dans sa miséricorde, la Seigneur est toujours prêt a nous écouter, mais, ne vaudrait-t-il pas mieux nous fonder sur une relation de confiance? Une relation basée sur notre connaissance de son amour incompréhensible et de sa fidélité sans faille?

Assurément, la confiance en Dieu, autrement dit la foi, se fonde sur une relation personnelle avec Lui. Une relation dans laquelle chacun prend sa place : le Seigneur prend la place de maître, et le croyant la place de disciple. Ceci exige d’arrêter de se conduire soi-même, sans jamais demander ce qu’Il pense, pour le laisser nous conduire. Cela signifie Lui demander conseil en toute chose, communier avec lui et, patiemment attendre sa réponse. Alors, il prendra la place qui est la sienne et nous guidera vers son cœur.  Petit à petit, sujet après sujet, il montrera la voie à suivre, la voie de la victoire qui ne laisse pas de goût amer car il est écrit : …recommande à l’Éternel, tes œuvres, et tes projets réussiront (Psaume 37 :5). Si nous lui recommandons nos projets, si nous lui demandons son conseil et si nous pratiquons ses instructions, la réussite de nos projets sera toujours assurée. Avec lui, les résultats ne seront plus en fonction des circonstances, de la chance ou de l’intervention d’une personne sur qui nous comptons. Avec Lui, les résultats, ses résultats seront tout simplement garantis.

Je dis « ses résultats » car Jésus ne nous guidera pas en fonction de notre propre volonté, ou de nos critères. Il le fera en accord avec la volonté de Dieu. Ceci peut être un bouleversement en ce sens qu’il nous faudra certainement apprendre à nous aligner sur Lui parce que ses voies ne sont pas nos voies et, ses pensées sont élevées au-dessus de nos pensées (Ésaïe 55). La Bible nous dit que Dieu a déjà une destinée pour chacun de nous : « …car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. » (Éphésiens 2 :10) – Il y a des œuvres, un chemin, que Dieu a préparé d’avance pour chacun d’entre nous. Je crois qu’il s’agit là d’une proposition de collaboration qui est au cœur de l’amour de Dieu pour chacun de nous. Au lieu de coopérer avec Lui, nous suivons chacun souvent notre propre voie, accomplissant les suggestions du monde et de nos pensées, marchant selon les convoitises de notre chair pour les résultats mitigés, voire, des catastrophes.

Aujourd’hui encore, le Seigneur nous rappelle qu’il n’y a absolument pas de situation ni trop petite, ni trop grande pour laquelle Il ne veuille aider. Dieu promet de nous instruire et de nous guider dans tous les aspects de notre vie, si nous voulons faire de lui notre premier conseiller; notre boussole. Ainsi donc, que tu tournes à droite ou à gauche, quelle que soit la situation qui se présente à toi, tu entendras sa voix te guider. A condition bien sûr tourner ta pensée vers Lui, de rechercher sa volonté et d’accepter à apprendre à l’écouter avec confiance.

Alors, qu’attends-tu? Débarrasse-toi de tout fardeau sur Dieu d’abord et, cours avec endurance, l’épreuve qui t’est proposée. Garde les yeux fixement sur Jésus-Christ, qui t’a ouvert le chemin de la foi – Il est l’auteur et le consommateur de la foi. Garde les yeux fixement sur Jésus-Christ, faisant de lui ta boussole et jamais tu ne perdras le nord.

363 Encouragements bibliques pour ne jamais avoir de crainte

Ne craignez pas

  1. Ésaïe 8:12 – Ne craignez pas ce qu’il craint, et ne soyez pas effrayés.
  2. Ésaïe 51:7 – Ne craignez pas l’opprobre des hommes, Et ne tremblez pas devant leurs outrages.
  3. Aggée 2:5 – Je reste fidèle à l’alliance que j’ai faite avec vous quand vous sortîtes de l’Égypte, Et mon esprit est au milieu de vous ; Ne craignez pas !
  4. Zacharie 8:13 – Ne craignez pas, et que vos mains se fortifient !
  5. Zacharie 8:15 – Ne craignez pas !
  6. Matthieu 10:28 – Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne.
  7. Matthieu 28:5 – Pour vous, ne craignez pas ; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié.
  8. Matthieu 28:10 – Alors Jésus leur dit : Ne craignez pas ;
  9. Luc – 12:4 Je vous dis, à vous qui êtes mes amis : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus.

Je ne crains…

  1. Psaumes 3:6 (3-7) – Je ne crains pas les myriades de peuples Qui m’assiègent de toutes parts.
  2. Psaumes 23:4 – Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent.
  3. Psaumes 118:6 – L’Éternel est pour moi, je ne crains rien : Que peuvent me faire des hommes ?

Ne craignez point

  1. Nombres 14:9 – l’Éternel est avec nous, ne les craignez point !
  2. Deutéronome 31:6 – Fortifiez-vous et ayez du courage ! Ne craignez point et ne soyez point effrayés devant eux ; car l’Éternel, ton Dieu, marchera lui-même avec toi, il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point.
  3. Josué 10:25 – Ne craignez point et ne vous effrayez point, fortifiez-vous et ayez du courage, car c’est ainsi que l’Éternel traitera tous vos ennemis contre lesquels vous combattez.
  4. 2 Samuel 13:28 – Soyez fermes, et montrez du courage !
  5. Jérémie 51:46 – Vous n’aurez point à combattre en cette affaire: présentez-vous, tenez-vous là, et vous verrez la délivrance que l’Éternel vous accordera. Juda et Jérusalem, ne craignez point et ne vous effrayez point, demain, sortez à leur rencontre, et l’Eternel sera avec vous !
  6. 2 Chroniques 32:7 – Fortifiez-vous et ayez du courage ! Ne craignez point et ne soyez point effrayés devant le roi d’Assyrie et devant toute la multitude qui est avec lui ; car avec nous il y a plus qu’avec lui.
  7. Ésaïe 35:4 – Prenez courage, ne craignez point ; Voici votre Dieu, la vengeance viendra, La rétribution de Dieu ; Il viendra lui-même, et vous sauvera.
  8. Luc 2:10 – Mais l’ange leur dit : Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie:

Ne craigniez rien

  1. Genèse 43:23 – Que la paix soit avec vous ! Ne craignez rien.
  2. Exode 14:13 – Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que l’Éternel va vous accorder en ce jour
  3. 2 Rois 25:24 – Ne craignez rien de la part des serviteurs des Chaldéens

Ne crains pas

  1. Psaumes 3:6 (3-7) – Je ne crains pas les myriades de peuples qui m’assiègent de toutes parts.
  2. Ésaïe 10:24 – Cependant, ainsi parle le Seigneur, l’Éternel des armées : O mon peuple, qui habites en Sion, ne crains pas l’Assyrien !
  3. Ésaïe 54:4 – Ne crains pas, car tu ne seras point confondue ; Ne rougis pas, car tu ne seras pas déshonorée ; Mais tu oublieras la honte de ta jeunesse, Et tu ne te souviendras plus de l’opprobre de ton veuvage.
  4. Jérémie 30:10 – Et toi, mon serviteur Jacob, ne crains pas, dit l’Éternel; Ne t’effraie pas, Israël! Car je te délivrerai de la terre lointaine, Je délivrerai ta postérité du pays où elle est captive; Jacob reviendra, il jouira du repos et de la tranquillité, Et il n’y aura personne pour le troubler.
  5. Jérémie 46:27 – Et toi, mon serviteur Jacob, ne crains pas; Ne t’effraie pas, Israël! Car je te délivrerai de la terre lointaine, Je délivrerai ta postérité du pays où elle est captive; Jacob reviendra, il jouira du repos et de la tranquillité, Et il n’y aura personne pour le troubler.
  6. Jérémie 46:28 – Toi, mon serviteur Jacob, ne crains pas! dit l’Éternel; Car je suis avec toi. J’anéantirai toutes les nations parmi lesquelles je t’ai dispersé,
  7. Lamentations 3:57 – Au jour où je t’ai invoqué, tu t’es approché, Tu as dit : Ne crains pas !
  8. Ézéchiel 2:6 Et toi, fils de l’homme, ne les crains pas et ne crains pas leurs discours, Joël 2:21 Terre, ne crains pas, Sois dans l’allégresse et réjouis-toi, Car l’Éternel fait de grandes choses !
  9. Marc 5:36 – Ne crains pas, crois seulement.
  10. Luc 8:50 – Ne crains pas, crois seulement,
  11. Apocalypse 2:10 – Ne crains pas ce que tu vas souffrir. Voici, le diable jettera quelques-uns de vous en prison, afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie.

Ne crains point

  1. Genèse 15:1 – ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande.
  2. Genèse 21:17 – Dieu entendit la voix de l’enfant ; et l’ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit : Qu’as-tu, Agar ? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est.
  3. Genèse 26:24 – L’Éternel lui apparut dans la nuit, et dit : Je suis le Dieu d’Abraham, ton père ; ne crains point, car je suis avec toi ; je te bénirai, et je multiplierai ta postérité, à cause d’Abraham, mon serviteur.
  4. Genèse 35:17 – et pendant les douleurs de l’enfantement, la sage-femme lui dit : Ne crains point, car tu as encore un fils !
  5. Genèse 46:3 – Et Dieu dit : Je suis le Dieu, le Dieu de ton père. Ne crains point de descendre en Égypte, car là je te ferai devenir une grande nation.
  6. Nombres 21:34 – L’Éternel dit à Moïse : Ne le crains point ; car je le livre entre tes mains, lui et tout son peuple, et son pays ;
  7. Deutéronome 1:21 – Vois, l’Éternel, ton Dieu, met le pays devant toi ; monte, prends-en possession, comme te l’a dit l’Éternel, le Dieu de tes pères ; ne crains point, et ne t’effraie point.
  8. Deutéronome 3:2 – L’Éternel me dit : L’Éternel me dit : Ne le crains point ; car je le livre entre tes mains, lui et tout son peuple, et son pays ;
  9. Deutéronome 7:18 – Ne les crains point. Rappelle à ton souvenir ce que l’Éternel, ton Dieu, a fait à Pharaon et à toute l’Égypte,
  10. Josué 8:1 – L’Éternel dit à Josué : Ne crains point, et ne t’effraie point
  11. Josué 10:8 – L’Éternel dit à Josué : Ne les crains point, car je les livre entre tes mains, et aucun d’eux ne tiendra devant toi.
  12. Josué 11:6 – L’Éternel dit à Josué : Ne les crains point, car demain, à ce moment-ci, je les livrerai tous frappés devant Israël.
  13. Juges 4: 18 – Jaël sortit au-devant de Sisera, et lui dit : Entre, mon seigneur, entre chez moi, ne crains point. Il entra chez elle dans la tente, et elle le cacha sous une couverture.
  14. Juges 6:23 – Dieu dit à Gédéon : Sois en paix, ne crains point, tu ne mourras pas.
  15. Ruth 3:11 – Maintenant, ma fille, ne crains point ; je ferai pour toi tout ce que tu diras ; car toute la porte de mon peuple sait que tu es une femme vertueuse.
  16. 1 Samuel 4: 20 – Comme elle allait mourir, les femmes qui étaient auprès d’elle lui dirent : Ne crains point, car tu as enfanté un fils ! Mais elle ne répondit pas et n’y fit pas attention.
  17. 2 Samuel 9:7 – David lui dit : Ne crains point, car je veux te faire du bien à cause de Jonathan, ton père.
  18. 1 Rois 17:13 – Élie lui dit : Ne crains point, rentre, fais comme tu as dit. Seulement, prépare-moi d’abord avec cela un petit gâteau, et tu me l’apporteras ; tu en feras ensuite pour toi et pour ton fils.
  19. 2 Rois 6:16 – Élisée dit à son serviteur : Ne crains point, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux.
  20. 1 Chroniques 22:13 – David dit à Salomon : Fortifie-toi et prends courage, ne crains point et ne t’effraie point.
  21. 1 Chroniques 28:20 – David dit à Salomon : Fortifie-toi, prends courage et agis ; ne crains point, et ne t’effraie point. Car l’Éternel Dieu, mon Dieu, sera avec toi ; il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point
  22. Ésaïe 40:9 – Élève ta voix, ne crains point, Dis aux villes de Juda: Voici votre Dieu !
  23. Jérémie 1:8 – L’Éternel dit à Jérémie :Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l’Éternel.
  24. Luc 1:13 – L’Ange dit à Zacharie : Ne crains point, car ta prière a été exaucée
  25. Luc 1:30 – L’Angie dit à Marie : Ne crains point
  26. Luc 5:10 – Jésus dit à Simon Ne crains point ; désormais tu seras pêcheur d’hommes.
  27. Luc 12:32 – Jésus dit à ses disciples : Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume.
  28. Jean 12:15 – Jésus à Jérusalem : Ne crains point, fille de Sion, voici ton roi vient assis sur une ânesse
  29. Actes 18:9 – Le Seigneur dit à Paul en vision pendant la nuit : Ne crains point ; mais parle, et ne te tais point,
  30. Actes 27:24 – Un ange dit à Paul : ne crains point ;
  31. Apocalypse 1:17 – Jésus dit à Jean : Ne crains point !

N’ayez pas peur

  1. Deutéronome 1:29 – Moïse dit au peuple : Je vous dis : Ne vous épouvantez pas, et n’ayez pas peur d’eux.
  2. Ésaïe 44:8 – Dieu à son peuple : N’ayez pas peur, et ne tremblez pas ;
  3. Job 39: 22 – Il se rit de la crainte, il n’a pas peur, Il ne recule pas en face de l’épée.
  4. Matthieu 14:27 – Jésus leur dit aussitôt : Rassurez-vous, c’est moi ; n’ayez pas peur !
  5. Matthieu 17:7 – Mais Jésus, s’approchant, les toucha, et dit : Levez-vous, n’ayez pas peur !
  6. Marc 6:50 – car ils le voyaient tous, et ils étaient troublés. Aussitôt Jésus leur parla, et leur dit: Rassurez-vous, c’est moi, n’ayez pas peur !

Soyez sans crainte

  1. Deutéronome 20:3 – Moïse aux Israélites : Que votre cœur ne se trouble point ; soyez sans crainte, ne vous effrayez pas, ne vous épouvantez pas devant eux
  2. Genèse 50:19 – Joseph dit à ses frères : Soyez sans crainte ; car suis-je à la place de Dieu ?

Soyez donc sans crainte

  1. Genèse 50:21 – Joseph dit à ses frères Soyez donc sans crainte ; je vous entretiendrai, vous et vos enfants.

Ne soyez pas troublés

  1. Marc 13:7 – Quand vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres, ne soyez pas troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin.
  2. 1 Pierre 3:14 – D’ailleurs, quand vous souffririez pour la justice, vous seriez heureux. N’ayez d’eux aucune crainte, et ne soyez pas troublés ;

Ne craignez donc point

  1. Matthieu 10:31 – Ne craignez donc point : vous valez plus que beaucoup de passereaux.
  2. Luc 12:7 – Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc point: vous valez plus que beaucoup de passereaux.

Il ne craint point

  1. Psaumes 112:7 – Il ne craint point les mauvaises nouvelles ; Son cœur est ferme, confiant en l’Éternel.

Prenez courage

  1. Jean 16:33 – Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.

Prends courage

  1. Deutéronome 31:7 – Moïse dit au peuple : Fortifie-toi et prends courage, car tu entreras avec ce peuple dans le pays que l’Éternel a juré à leurs pères de leur donner, et c’est toi qui les en mettras en possession.
  2. Deutéronome 31:23 – Dieu à Josué : Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui feras entrer les enfants d’Israël dans le pays que j’ai juré de leur donner ; et je serai moi-même avec toi.
  3. Josué 1:6 – Dieu à Josué : Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui mettras ce peuple en possession du pays que j’ai juré à leurs pères de leur donner.
  4. Josué 1:9 – Dieu à Josué : Ne t’ai-je pas donné cet ordre : Fortifie-toi et prends courage ? Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.
  5. Josué 1:18 – Les chefs du peule à Josué : Fortifie-toi seulement, et prends courage !6 Esdras 10:4 – Schecania, fils de Jehiel, dit à Esdras : Lève-toi, car cette affaire te regarde. Nous serons avec toi. Prends courage et agis.
  6. Matthieu 9:2 – Jésus au paralytique : Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés.
  7. Matthieu 9:22 – Jésus à la femme aux pertes de sang : Prends courage,
  8. Marc 10:49 – Prends courage, lève-toi, il t’appelle.
  9. Actes 23:11 – Le Seigneur à Paul : Prends courage ;

Fortifie-toi

  1. Josué 1:7 – Dieu à Josué : Fortifie-toi seulement et aie bon courage, en agissant fidèlement selon toute la loi que Moïse, mon serviteur, t’a prescrite ; ne t’en détourne ni à droite ni à gauche, afin de réussir dans tout ce que tu entreprendras.
  2. 1 Rois 2:2 – David à Salomon : Fortifie-toi, et sois un homme !
  3. 1 Rois 20:22 – Un prophète à Achab : Va, fortifie toi, examine et vois ce que tu as à faire ;
  4. 1 Chroniques 28:10 – David à Salomon : Fortifie-toi et agis.
  5. Psaumes 27:14 – Espère en l’Éternel ! Fortifie-toi et que ton cœur s’affermisse ! Espère en l’Éternel !
  6. Aggée 2:4 – Fortifie-toi, peuple entier du pays ! dit l’Éternel. Et travaillez ! Car je suis avec vous, Dit l’Éternel des armées.
  7. 2 Timothée 2:1 – Paul à Timothée : Toi donc, mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus- Christ.

Ne vous inquiétez …

  1. Matthieu 6:25 – Jésus à ses disciples : Ne vous inquiétez pas pour votre vie …
  2. Matthieu 6:31 – Jésus à ses disciples : Ne vous inquiétez donc point…
  3. Matthieu 6:34 – Jésus à ses disciples : Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.
  4. Matthieu 10:19 – Jésus à ses disciples : Mais, quand on vous livrera, ne vous inquiétez ni de la manière dont vous parlerez ni de ce que vous direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à l’heure même ;
  5. Marc 13:11 – Jésus à ses disciples : Quand on vous emmènera pour vous livrer, ne vous inquiétez pas d’avance
  6. Luc 12:11 – Jésus à ses disciples : Quand on vous mènera devant les synagogues, les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez pas de la manière dont vous vous défendrez ni de ce que vous direz ;
  7. Luc 12:22 – Jésus dit ensuite à ses disciples : C’est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus.
  8. Luc 12:26 – Jésus à ses disciples : Si donc vous ne pouvez pas même la moindre chose, pourquoi vous inquiétez-vous du reste ?
  9. Philippiens – 4:6 Paul aux Philippiens : Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.

Se décharger des soucis

  1. 1 Pierre 5:7 – et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous.

Ne pas s’effrayer

  1. Exode 20:20 – Moïse dit au peuple : Ne vous effrayez pas ;
  2. 2 Chroniques 20:15 – Ainsi vous parle l’Éternel : Ne craignez point et ne vous effrayez point devant cette multitude nombreuse, car ce ne sera pas vous qui combattrez, ce sera Dieu.
  3. 2 Chroniques 20:17 –  Vous n’aurez point à combattre en cette affaire: présentez- vous, tenez-vous là, et vous verrez la délivrance que l’Éternel vous accordera. Juda et Jérusalem, ne craignez point et ne vous effrayez point, demain, sortez à leur rencontre, et l’Éternel sera avec vous !

Calme en ton cœur

  1. Psaumes 107:29 – Dieu arrêta la tempête, ramena le calme, Et les ondes se turent.
  2. Psaumes 131:2 – Loin de là, j’ai l’âme calme et tranquille, Comme un enfant sevré qui est auprès de sa mère ; J’ai l’âme comme un enfant sevré.
  3. Proverbes 14:30 – Un cœur calme est la vie du corps, Mais l’envie est la carie des os.
  4. Ecclésiaste 10:4 – Si l’esprit de celui qui domine s’élève contre toi, ne quitte point ta place ; car le calme prévient de grands péchés.
  5. Ésaïe 30:15 – Car ainsi a parlé le Seigneur, l’Éternel, le Saint d’Israël : C’est dans la tranquillité et le repos que sera votre salut, C’est dans le calme et la confiance que sera votre force.
  6. Matthieu 8:26 – Il leur dit : Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi ? Alors il se leva, menaça les vents et la mer, et il y eut un grand calme.
  7. Luc 8:24 – Ils s’approchèrent et le réveillèrent, en disant : Maître, maître, nous périssons ! S’étant réveillé, il menaça le vent et les flots, qui s’apaisèrent, et le calme revint.

Je ne t’abandonnerai point …pas

  1. Genèse 28:15 – Dieu à Jacob : Voici, je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai dans ce pays ; car je ne t’abandonnerai point, que je n’aie exécuté ce que je te dis.
  2. Josué 1:5 – Dieu à Josué : Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras. Je serai avec toi, comme j’ai été avec Moïse ; je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point.
  3. 1 Rois 6:13 – Dieu au peuple : j’habiterai au milieu des enfants d’Israël, et je n’abandonnerai point mon peuple d’Israël.
  4. Ésaïe 41:17 – Moi l’Éternel, je les exaucerai ; Moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas.
  5. Ésaïe 42:16 – Dieu : Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas, Je les conduirai par des sentiers qu’ils ignorent ; Je changerai devant eux les ténèbres en lumière, Et les endroits tortueux en plaine : Voilà ce que je ferai, et je ne les abandonnerai point.
  6. Hébreux 13:5 – Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; contentez-vous de ce que vous avez ; car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point.

Je ne te délaisserai point

  1. Deutéronome 31:8 – Moïse à Josué : L’Éternel marchera lui-même devant toi, il sera lui-même avec toi, il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point ; ne crains point, et ne t’effraie point.
  2. Ésaïe 62:4 – On ne te nommera plus délaissée, On ne nommera plus ta terre désolation ; Mais on t’appellera mon plaisir en elle, Et l’on appellera ta terre épouse ; Car l’Éternel met son plaisir en toi, Et ta terre aura un époux.
  3. Galates 4:27 – car il est écrit : Réjouis-toi, stérile, toi qui n’enfantes point ! Éclate et pousse des cris, toi qui n’as pas éprouvé les douleurs de l’enfantement ! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux que les enfants de celle qui était mariée.

Il est avec toi

  1. Deutéronome 20:1 – tu ne les craindras point ; car l’Éternel, ton Dieu, qui t’a fait monter du pays d’Égypte, est avec toi.
  2. Deutéronome 28:8 – L’Éternel ordonnera à la bénédiction d’être avec toi dans tes greniers et dans toutes tes entreprises. Il te bénira dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne.
  3. Juges 6:12 – L’ange de l’Éternel lui apparut, et lui dit : L’Éternel est avec toi, vaillant héros !
  4. Juges 6:16 – L’Éternel lui dit : Mais je serai avec toi,
  5. 2 Samuel 22:30 – Avec toi je me précipite sur une troupe en armes, Avec mon Dieu je franchis une muraille.
  6. 1 Chroniques 17:8 – j’ai été avec toi partout où tu as marché, j’ai exterminé tous tes ennemis devant toi, et j’ai rendu ton nom semblable au nom des grands qui sont sur la terre ;
  7. Psaumes 18:29 (18-30) – Avec toi je me précipite sur une troupe en armes, Avec mon Dieu je franchis une muraille.
  8. Psaumes 44:5 (44-6) – Avec toi nous renversons nos ennemis, Avec ton nom nous écrasons nos adversaires.
  9. Psaumes 73:23 – Cependant je suis toujours avec toi, Tu m’as saisi la main droite ;
  10. Ésaïe 41:10 – Ne crains rien, car je suis avec toi ; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu ; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante.
  11. Ésaïe 43:2 – Si tu traverses les eaux, je serai avec toi ; Et les fleuves, ils ne te submergeront point ; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t’embrasera pas.
  12. Ésaïe 43:5 – Ne crains rien, car je suis avec toi ; Je ramènerai de l’orient ta race, Et je te rassemblerai de l’occident.
  13. Jérémie 1:19 – Ils te feront la guerre, mais ils ne te vaincront pas ; car je suis avec toi pour te délivrer, dit l’Éternel.
  14. Jérémie 15: 20 – Car je serai avec toi pour te sauver et te délivrer, Dit l’Éternel.
  15. Jérémie 30:11 – Car je suis avec toi, dit l’Éternel, pour te délivrer ;
  16. Daniel 10:19 – Ne crains rien, homme bien-aimé, que la paix soit avec toi ! courage, courage ! Et comme il me parlait, je repris des forces, et je dis : Que mon seigneur parle, car tu m’as fortifié.
  17. Luc 1:28 – …le Seigneur est avec toi.
  18. Actes 18:10 – Car je suis avec toi, et personne ne mettra la main sur toi pour te faire du mal : parle, car j’ai un peuple nombreux dans cette ville.

Il est avec vous

  1. Deutéronome 20:4 – Car l’Éternel, votre Dieu, marche avec vous, pour combattre vos ennemis, pour vous sauver.
  2. 2 Rois 17:38 – Vous n’oublierez pas l’alliance que j’ai faite avec vous, et vous ne craindrez point d’autres dieux.
  3. 1 Chroniques 22:18 – L’Éternel, votre Dieu, n’est-il pas avec vous, et ne vous a-t-il pas donné du repos de tous côtés ?
  4. 2 Chroniques 15:2 – L’Éternel est avec vous quand vous êtes avec lui ; si vous le cherchez, vous le trouverez ; mais si vous l’abandonnez, il vous abandonnera.
  5. Ésaïe 55:3 – Prêtez l’oreille, et venez à moi, Écoutez, et votre âme vivra : Je traiterai avec vous une alliance éternelle,
  6. Aggée 1:13 – Je suis avec vous, dit l’Éternel.
  7. Zacharie 8:23 car nous avons appris que Dieu est avec vous.
  8. 2 Corinthiens 13:11 – …le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.
  9. Matthieu 28:20 – …et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.
  10. Romains 16:20 – Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds. Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous !

Ne te trouble point

  1. Jérémie 51:46 – Que votre cœur ne se trouble point, et ne vous effrayez pas
  2. Jean 14:1 – Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi.
  3. Jean 14:27 – Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point.

Il donne la paix

  1. Nombres 6:26 – Dieu à Moïse : Que l’Éternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix !
  2. 1 Samuel 1:17 – Eli à Anne Va en paix, et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu lui as adressée !
  3. 1 Samuel 25:6 – David à Nabal via les dix jeunes : Pour la vie sois en paix, et que la paix soit avec ta maison et tout ce qui t’appartient !
  4. Job 22:21 – Eliphaz à Job : Attache-toi donc à Dieu, et tu auras la paix ; Tu jouiras ainsi du bonheur.
  5. Psaumes 4:8 (4-9) – Je me couche et je m’endors en paix, Car toi seul, ô Éternel ! tu me donnes la sécurité dans ma demeure.
  6. Psaumes 35:27 – Exalté soit l’Éternel, Qui veut la paix de son serviteur
  7. Psaumes 55:18 (55-19) – Il me délivrera de leur approche et me rendra la paix, Car ils sont nombreux contre moi.
  8. Psaumes 119:165 – Il y a beaucoup de paix pour ceux qui aiment ta loi, Et il ne leur arrive aucun malheur.
  9. Proverbes 3:2 – Car ils (les enseignements de Dieu) prolongeront les jours et les années de ta vie, Et ils augmenteront ta paix.
  10. Ésaïe 26:3 – A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu’il se confie en toi.
  11. Ésaïe 26:12 – Éternel, tu nous donnes la paix ; Car tout ce que nous faisons, C’est toi qui l’accomplis pour nous.
  12. Ésaïe 53:5 – Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
  13. Ésaïe 54:10 – Quand les montagnes s’éloigneraient, Quand les collines chancelleraient, Mon amour ne s’éloignera point de toi, Et mon alliance de paix ne chancellera point, Dit l’Éternel, qui a compassion de toi.
  14. Ésaïe 55:12 – Oui, vous sortirez avec joie, Et vous serez conduits en paix ;
  15. Ésaïe 57:2 – Il entrera dans la paix, Il reposera sur sa couche, Celui qui aura suivi le droit chemin.
  16. Jérémie 29:11 – Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance.
  17. Daniel 10:19 – Ne crains rien, homme bien-aimé, que la paix soit avec toi ! courage, courage ! Et comme il me parlait, je repris des forces, et je dis : Que mon seigneur parle, car tu m’as fortifié.
  18. Aggée 2:9 – La gloire de cette dernière maison sera plus grande Que celle de la première, Dit l’Éternel des armées ; Et c’est dans ce lieu que je donnerai la paix, Dit l’Éternel des armées.
  19. Romains 8:6 – Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix ;
  20. Romains 15:13 – Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit !
  21. Philippiens 4:7 – Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ.

Il est mon rocher

  1. 2 Samuel 22:2 – Il dit : L’Éternel est mon rocher, ma forteresse, mon libérateur.
  2. 2 Samuel 22:3 – Dieu est mon rocher, où je trouve un abri, Mon bouclier et la force qui me sauve, Ma haute retraite et mon refuge. O mon Sauveur ! tu me garantis de la violence.
  3. 2 Samuel 22:47 – Vive l’Éternel, et béni soit mon rocher ! Que Dieu, le rocher de mon salut, soit exalté,
  4. Psaumes 18:2 (18-3) – Éternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur ! Mon Dieu, mon rocher, où je trouve un abri ! Mon bouclier, la force qui me sauve, ma haute retraite !
  5. Psaumes 18:46 (18-47) – Vive l’Éternel, et béni soit mon rocher ! Que le Dieu de mon salut soit exalté,
  6. Psaumes 19:14 (19-15) – Reçois favorablement les paroles de ma bouche Et les sentiments de mon cœur, O Éternel, mon rocher et mon libérateur !
  7. Psaumes 28:1 – Éternel ! c’est à toi que je crie. Mon rocher ! ne reste pas sourd à ma voix, De peur que, si tu t’éloignes sans me répondre, Je ne sois semblable à ceux qui descendent dans la fosse.
  8. Psaumes 31:3 (31-4) – Car tu es mon rocher, ma forteresse ; Et à cause de ton nom tu me conduiras, tu me dirigeras.
  9. Psaumes 62:2 (62-3) – Oui, c’est lui qui est mon rocher et mon salut ; Ma haute retraite : je ne chancellerai guère.
  10. Psaumes 62:6 (62-7) – Oui, c’est lui qui est mon rocher et mon salut ; Ma haute retraite : je ne chancellerai pas.
  11. Psaumes 71:3 – Sois pour moi un rocher qui me serve d’asile, Où je puisse toujours me retirer ! Tu as résolu de me sauver, Car tu es mon rocher et ma forteresse.
  12. Psaumes 92:15 (92-16) – Pour faire connaître que l’Éternel est juste. Il est mon rocher, et il n’y a point en lui d’iniquité.
  13. Psaumes 144:1 – Béni soit l’Éternel, mon rocher, Qui exerce mes mains au combat, Mes doigts à la bataille,
  14. Habacuc 1:12 – N’es-tu pas de toute éternité, Éternel, mon Dieu, mon Saint ? Nous ne mourrons pas ! O Éternel, tu as établi ce peuple pour exercer tes jugements ; O mon rocher, tu l’as suscité pour infliger tes châtiments.
  15. 2 Samuel 22:32 – Car qui est Dieu, si ce n’est l’Éternel ? Et qui est un rocher, si ce n’est notre Dieu ?
  16. 2 Samuel 22:47 – Vive l’Éternel, et béni soit mon rocher ! Que Dieu, le rocher de mon salut, soit exalté
  17. Psaumes 73:26 – Ma chair et mon cœur peuvent se consumer: Dieu sera toujours le rocher de mon cœur et mon partage.
  18. Psaumes 89:26 (89-27) – Tu es mon père, Mon Dieu et le rocher de mon salut !
  19. Ésaïe 26:4 – Confiez-vous en l’Éternel à perpétuité, Car l’Éternel, l’Éternel est le rocher des siècles.

Il est ma forteresse

  1. 2 Samuel 22:33 – C’est Dieu qui est ma puissante forteresse, Et qui me conduit dans la voie droite.
  2. Psaumes 31:2 (31-3) – Incline vers moi ton oreille, hâte-toi de me secourir ! Sois pour moi un rocher protecteur, une forteresse, Où je trouve mon salut
  3. Psaumes 31:3 (31-4) – Car tu es mon rocher, ma forteresse ; Et à cause de ton nom tu me conduiras, tu me dirigeras.

Il est mon libérateur

  1. 1 Samuel 14:39 – Car l’Éternel, le libérateur d’Israël, est vivant !
  2. Psaumes 19:14 (19-15) – Reçois favorablement les paroles de ma bouche Et les sentiments de mon cœur, O Éternel, mon rocher et mon libérateur !
  3. Psaumes 40:17 (40-18) – Moi, je suis pauvre et indigent ; Mais le Seigneur pense à moi. Tu es mon aide et mon libérateur : Mon Dieu, ne tarde pas !
  4. Psaumes 70:5 (70-6) – Moi, je suis pauvre et indigent : O Dieu, hâte-toi en ma faveur ! Tu es mon aide et mon libérateur : Éternel, ne tarde pas !
  5. Psaumes 78:35 – Ils se souvenaient que Dieu était leur rocher, Que le Dieu Très-Haut était leur libérateur.
  6. Psaumes 144:2 – Mon bienfaiteur et ma forteresse, Ma haute retraite et mon libérateur, Mon bouclier, celui qui est mon refuge, Qui m’assujettit mon peuple !

Il est mon salut

  1. Psaumes 25: 5 – Conduis-moi dans ta vérité, et instruis-moi ; Car tu es le Dieu de mon salut, Tu es toujours mon espérance.
  2. Psaumes 27:1 – L’Éternel est ma lumière et mon salut : De qui aurais-je crainte ? L’Éternel est le soutien de ma vie : De qui aurais-je peur ?
  3. Psaumes 27:9 – Ne me cache point ta face, Ne repousse pas avec colère ton serviteur ! Tu es mon secours, ne me laisse pas, ne m’abandonne pas, Dieu de mon salut !
  4. Psaumes 38:22 (38-23) – Viens en hâte à mon secours, Seigneur, mon salut !
  5. Psaumes 42:5 (42-6) – Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ; Il est mon salut et mon Dieu.
  6. Psaumes 42:11 (42-12) – Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ; Il est mon salut et mon Dieu.
  7. Psaumes 43:5 – Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ; Il est mon salut et mon Dieu.
  8. Psaumes 51:14 (51-16) – O Dieu, Dieu de mon salut ! délivre-moi du sang versé, Et ma langue célébrera ta miséricorde.
  9. Psaumes 62:1 (62-1) – Oui, c’est en Dieu que mon âme se confie ; De lui vient mon salut.
  10. Psaumes 88:1 (88-1) – Éternel, Dieu de mon salut ! Je crie jour et nuit devant toi.
  11. Psaumes 140:7 (140-8) – Éternel, Seigneur, force de mon salut ! Tu couvres ma tête au jour du combat.
  12. Ésaïe 51:8 – Mais ma justice durera éternellement, Et mon salut s’étendra d’âge en âge.
  13. Ésaïe 56:1 – Ainsi parle l’Éternel : Observez ce qui est droit, et pratiquez ce qui est juste ; Car mon salut ne tardera pas à venir, Et ma justice à se manifester.
  14. Michée 7:7 – Pour moi, je regarderai vers l’Éternel, Je mettrai mon espérance dans le Dieu de mon salut ; Mon Dieu m’exaucera.
  15. Habacuc 3:18 – Toutefois, je veux me réjouir en l’Éternel, Je veux me réjouir dans le Dieu de mon salut.
  16. Philippiens 1:19 – Car je sais que cela tournera à mon salut, grâce à vos prières et à l’assistance de l’Esprit de Jésus-Christ,

Il est mon secours

  1. Psaumes 22:11 (22-12) – Ne t’éloigne pas de moi quand la détresse est proche, Quand personne ne vient à mon secours !
  2. Psaumes 22:19 (22-20) – Et toi, Éternel, ne t’éloigne pas ! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours !
  3. Psaumes 40:13 (40-14) – Veuille me délivrer, ô Éternel ! Éternel, viens en hâte à mon secours !
  4. Psaumes 54:4 (54-6) – Voici, Dieu est mon secours, Le Seigneur est le soutien de mon âme.
  5. Psaumes 63:7 (63-8) – Car tu es mon secours, Et je suis dans l’allégresse à l’ombre de tes ailes.
  6. Psaumes 71:12 – O Dieu, ne t’éloigne pas de moi ! Mon Dieu, viens en hâte à mon secours !
  7. Psaumes 94:17 – Si l’Éternel n’était pas mon secours, Mon âme serait bien vite dans la demeure du silence.
  8. Psaumes 118:7 – L’Éternel est mon secours, Et je me réjouis à la vue de mes ennemis.

Autres

  1. Psaumes 37:25 – J’ai été jeune, j’ai vieilli ; Et je n’ai point vu le juste abandonné, Ni sa postérité mendiant son pain.
  2. Psaumes 23:1 – Cantique de David. L’Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien.
  3. Proverbes 10:30 – Le juste ne chancellera jamais,
  4. Ésaïe 54:10 – Quand les montagnes s’éloigneraient, Quand les collines chancelleraient, Mon amour ne s’éloignera point de toi, Et mon alliance de paix ne chancellera point, Dit l’Éternel, qui a compassion de toi.
  5. Psaumes 30:6 (30-7) – Je disais dans ma sécurité : Je ne chancellerai jamais !
  6. Psaume 32 :8 – Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ; Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi.
  7. Psaume 116 :8 – Oui, tu as délivré mon âme de la mort, Mes yeux des larmes, Mes pieds de la chute.
  8. Psaume 118 :21 – Je te loue, parce que tu m’as exaucé, Parce que tu m’as sauvé.
  9. Psaume 116 : 7 – Mon âme, retourne à ton repos, Car l’Éternel t’a fait du bien.
  10. Psaumes 116:6 – L’Éternel garde les simples ; J’étais malheureux, et il m’a sauvé.
  11. Psaumes 118:21 – Je te loue, parce que tu m’as exaucé, Parce que tu m’as sauvé.
  12. Jérémie 17:14 – Guéris-moi, Éternel, et je serai guéri ; Sauve-moi, et je serai sauvé ; Car tu es ma gloire.
  13. Job 33 :28 – Dieu a délivré mon âme pour qu’elle n’entrât pas dans la fosse, Et ma vie s’épanouit à la lumière !
  14. Psaumes 34:4 (34-5) – J’ai cherché l’Éternel, et il m’a répondu ; Il m’a délivré de toutes mes frayeurs.
  15. Psaumes 6:4 (6-5) – Reviens, Éternel ! délivre mon âme ; Sauve-moi, à cause de ta miséricorde.
  16. Psaumes 57:1 (57-1) – Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi ! Car en toi mon âme cherche un refuge ; Je cherche un refuge à l’ombre de tes ailes, Jusqu’à ce que les calamités soient passées.
  17. Psaumes 62:5 (62-6) – Oui, mon âme, confie-toi en Dieu ! Car de lui vient mon espérance.
  18. Psaumes 63:1 (63-1) – Psaume de David. O Dieu ! tu es mon Dieu, je te cherche; Mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, Dans une terre aride, desséchée, sans eau.
  19. Psaumes 84:2 (84-3) – Mon âme soupire et languit après les parvis de l’Éternel, Mon cœur et ma chair poussent des cris vers le Dieu vivant.
  20. Psaumes 86:13 – Car ta bonté est grande envers moi, Et tu délivres mon âme du séjour profond des morts.
  21. Psaumes 94:19 – Quand les pensées s’agitent en foule au dedans de moi, Tes consolations réjouissent mon âme.
  22. Psaumes 143:11 – A cause de ton nom, Éternel, rends-moi la vie ! Dans ta justice, retire mon âme de la détresse !
  23. Psaumes 143:12 – Dans ta bonté, anéantis mes ennemis, Et fais périr tous les oppresseurs de mon âme !
  24. Luc 24: 38 – Mais il leur dit : Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent- elles dans vos cœurs ?
  25. Romains 8 : 30 – Si Dieu est avec nous qui sera contre nous
  26. 1 Jean 4 :4 – Celui qui est en vous est plus fort que celui qui est dans le monde
  27. Philippiens 4:13 – Je puis tout par celui qui me fortifie
  28. Romains 8 :11 – Si l’Esprit de Dieu qui a ressuscité Christ d’entre les morts habite en vous à plus forte raison il redonnera vie à vos corps mortels.
  29. Actes 27:25 – C’est pourquoi, ô hommes, rassurez-vous, car j’ai cette confiance en Dieu qu’il en sera comme il m’a été dit.
  30. Psaumes 118:17 – Je ne mourrai pas, je vivrai, Et je raconterai les œuvres de l’Éternel.
  31. Psaumes 16: 8 – J’ai constamment l’Éternel sous mes yeux ; Quand il est à ma droite, je ne chancelle pas.
  32. Psaumes 16: 10 – Car mon livreras pas mon âme au séjour des morts, Tu ne permettras pas que ton bien-aimé voie la corruption.
  33. Psaumes 31: 14 (15) – Mais en toi je me confie, ô Éternel ! Je dis : Tu es mon Dieu !
  34. Psaumes 31: 15 (16) – Mes destinées sont dans ta main ; Délivre-moi de mes ennemis et de mes persécuteurs !
  35. Psaumes 31: 16 (17) – Fais luire ta face sur ton serviteur, Sauve-moi par ta grâce !
  36. Psaumes 31: 17 (18) – Éternel, que je ne sois pas confondu quand je t’invoque. Que les méchants soient confondus, Qu’ils descendent en silence au séjour des morts !
  37. Psaumes 34: 7 – Quand un malheureux crie, l’Éternel entend, Et il le sauve de toutes ses détresses.
  38. Psaumes 37:34 – Espère en l’Éternel, garde sa voie, Et il t’élèvera pour que tu possèdes le pays ; Tu verras les méchants retranchés.
  39. Psaumes38:15 – Éternel ! c’est en toi que j’espère ; Tu répondras, Seigneur, mon Dieu !
  40. Psaumes 18:4 (5) – Je m’écrie : Loué soit l’Éternel ! Et je suis délivré de mes ennemis.
  41. Psaumes 18: 6 (7) – Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel, J’ai crié à mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles.
  42. 2 Corinthiens 4:9 – …persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ;
  43. Deutéronome 20:4 – Car l’Éternel, votre Dieu, marche avec vous, pour combattre vos ennemis, pour vous sauver.
  44. Deutéronome 28:7 – L’Éternel te donnera la victoire sur tes ennemis qui s’élèveront contre toi ; ils sortiront contre toi par un seul chemin, et ils s’enfuiront devant toi par sept chemins.
  45. Deutéronome 30:7 – L’Éternel, ton Dieu, fera tomber toutes ces malédictions sur tes ennemis, sur ceux qui t’auront haï et persécuté
  46. Exode 15:6 – Ta droite, ô Éternel ! a signalé sa force ; Ta droite, ô Éternel ! a écrasé l’ennemi.
  47. Job 6:23 – Délivrez-moi de la main de l’ennemi
  48. Psaumes 8:2 (8-3) – Par la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle Tu as fondé ta gloire, pour confondre tes adversaires, Pour imposer silence à l’ennemi et au vindicatif.
  49. Psaumes 32:7 – Tu es un asile pour moi, tu me garantis de la détresse, Tu m’entoures de chants de délivrance
  50. Ésaïe 54:14 – Tu seras affermie par la justice ; Bannis l’inquiétude, car tu n’as rien à craindre, Et la frayeur, car elle n’approchera pas de toi.

Il est mon ma force

  1. Exode 15:2 – L’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges ; C’est lui qui m’a sauvé. Il est mon Dieu : je le célébrerai ; Il est le Dieu de mon père : je l’exalterai.
  2. Psaumes 28:7 – L’Éternel est ma force et mon bouclier ; En lui mon cœur se confie, et je suis secouru ; J’ai de l’allégresse dans le cœur, Et je le loue par mes chants.
  3. Psaumes 118:14 – L’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges ; C’est lui qui m’a sauvé.
  4. Ésaïe 12:2 – Voici, Dieu est ma délivrance, Je serai plein de confiance, et je ne craindrai rien ; Car l’Éternel, l’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges ; C’est lui qui m’a sauvé.
  5. Ésaïe 49:5 – …mon Dieu est ma force.
  6. Habacuc 3:19 – L’Éternel, le Seigneur, est ma force ;

Il est mon assurance

  1. Proverbes 1:33 – Mais celui qui m’écoute reposera avec assurance, Il vivra tranquille et sans craindre aucun mal.
  2. Proverbes 3:23 – Alors tu marcheras avec assurance dans ton chemin, Et ton pied ne heurtera pas.
  3. Romains 8: 39 – ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.
  4. Proverbes 3:26 – Car l’Éternel sera ton assurance, Et il préservera ton pied de toute embûche.
  5. Hébreux 4:16 – Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.
  6. Hébreux 10:35 – N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération.
  7. Hébreux 13:6 – C’est donc avec assurance que nous pouvons dire : Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien ; Que peut me faire un homme ?

Avoir confiance en Lui

  1. 1 Rois18:5 – Il mit sa confiance en l’Éternel
  2. Job 11:18 – Tu seras plein de confiance, et ton attente ne sera plus vaine ; Tu regarderas autour de toi, et tu reposeras en sûreté.
  3. Job 24:23 – Il leur donne de la sécurité et de la confiance, Il a les regards sur leurs voies.
  4. Psaumes 13:5 (13-6) – Moi, j’ai confiance en ta bonté, J’ai de l’allégresse dans le cœur, à cause de ton salut ;
  5. Psaumes 27:3 – Si une armée se campait contre moi, Mon cœur n’aurait aucune crainte ; Si une guerre s’élevait contre moi, Je serais malgré cela plein de confiance.
  6. Psaumes 33:21 – Car notre cœur met en lui sa joie, Car nous avons confiance en son saint nom.
  7. Psaumes 37:5 – Recommande ton sort à l’Éternel, Mets en lui ta confiance, et il agira.
  8. Psaumes 40:4 (40-5) – Heureux l’homme qui place en l’Éternel sa confiance, Et qui ne se tourne pas vers les hautains et les menteurs !
  9. Proverbes 22:19 – Afin que ta confiance repose sur l’Éternel, Je veux t’instruire aujourd’hui, oui, toi.
  10. Ésaïe 8:17 – J’espère en l’Éternel, Qui cache sa face à la maison de Jacob ; Je place en lui ma confiance.
  11. Jérémie 39:18 – Je te sauverai, et tu ne tomberas pas sous l’épée ; ta vie sera ton butin, parce que tu as eu confiance en moi, dit l’Éternel.
  12. Daniel 6:23 – Daniel fut retiré de la fosse, et on ne trouva sur lui aucune blessure, parce qu’il avait eu confiance en son Dieu.

Il sauve de la détresse

  1. Genèse 35:3 – Dieu qui m’a exaucé dans le jour de ma détresse,
  2. 2 Samuel 22:7 – Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel, J’ai invoqué mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu à ses oreilles.
  3. 2 Samuel 22:19 – Ils m’avaient surpris au jour de ma détresse, Mais l’Éternel fut mon appui.
  4. 2 Chroniques 15:4 – Mais au sein de leur détresse ils sont retournés à l’Éternel, le Dieu d’Israël, ils l’ont cherché, et ils l’ont trouvé.
  5. 2 Chroniques 33:12 – Lorsqu’il fut dans la détresse, il implora l’Éternel, son Dieu, et il s’humilia profondément devant le Dieu de ses pères.
  6. Psaumes 4:1 (4-1) – Quand je crie, réponds-moi, Dieu de ma justice ! Quand je suis dans la détresse, sauve-moi ! Aie pitié de moi, écoute ma prière !
  7. Psaumes 9:9 (9-10) – L’Éternel est un refuge pour l’opprimé, Un refuge au temps de la détresse.
  8. Psaumes 18:6 (18-7) – Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel, J’ai crié à mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles.
  9. Psaumes 18:18 (18-19) – Ils m’avaient surpris au jour de ma détresse ; Mais l’Éternel fut mon appui.
  10. Psaumes 20:1 (20-1) – Que l’Éternel t’exauce au jour de la détresse, Que le nom du Dieu de Jacob te protège !
  11. Psaumes 37:39 – Le salut des justes vient de l’Éternel ; Il est leur protecteur au temps de la détresse.
  12. Psaumes 50:15 – Et invoque-moi au jour de la détresse ; Je te délivrerai, et tu me glorifieras.
  13. Psaumes 54:7 (54-9) – Car il me délivre de toute détresse, Et mes yeux se réjouissent à la vue de mes ennemis.
  14. Psaumes 66:14 – Pour eux mes lèvres se sont ouvertes, Et ma bouche les a prononcés dans ma détresse.
  15. Psaumes 86:7 – Je t’invoque au jour de ma détresse, Car tu m’exauces.
  16. Psaumes 91:15 – Il m’invoquera, et je lui répondrai ; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai.
  17.  Psaumes 107:6 – Dans leur détresse, ils crièrent à l’Éternel, Et il les délivra de leurs angoisses ;
  18. Psaumes 107:13 – Dans leur détresse, ils crièrent à l’Éternel, Et il les délivra de leurs angoisses ;
  19. Psaumes 107:19 – Dans leur détresse, ils crièrent à l’Éternel, Et il les délivra de leurs angoisses ;
  20. Psaumes 107:28 – Dans leur détresse, ils crièrent à l’Éternel, Et il les délivra de leurs angoisses ;
  21. Psaumes 118:5 – Du sein de la détresse j’ai invoqué l’Éternel : L’Éternel m’a exaucé, m’a mis au large.
  22. Psaumes 120:1 – Cantique des degrés. Dans ma détresse, c’est à l’Éternel Que je crie, et il m’exauce.
  23. Psaumes 138:7 – Quand je marche au milieu de la détresse, tu me rends la vie, Tu étends ta main sur la colère de mes ennemis, Et ta droite me sauve.
  24. Proverbes 11:8 – Le juste est délivré de la détresse, Et le méchant prend sa place.
  25. Proverbes 12:13 – …le juste se tire de la détresse.
  26. Jonas 2:2 (2-3) – Il dit : Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel, Et il m’a exaucé ; Du sein du séjour des morts j’ai crié, Et tu as entendu ma voix.
  27. Nahum 1:7 – L’Éternel est bon, Il est un refuge au jour de la détresse ; Il connaît ceux qui se confient en lui.
  28. Sophonie 1:17 – Je mettrai les hommes dans la détresse, Et ils marcheront comme des aveugles,

Il est mon refuge

  1. Deutéronome 33:27 – Le Dieu d’éternité est un refuge, Et sous ses bras éternels est une retraite. Devant toi il a chassé l’ennemi, Et il a dit: Extermine.
  2. Psaumes 7:1 (7-1) – Éternel, mon Dieu ! je cherche en toi mon refuge ; Sauve-moi de tous mes persécuteurs, et délivre-moi,
  3. Psaumes 9:9 (9-10) – L’Éternel est un refuge pour l’opprimé, Un refuge au temps de la détresse.
  4. Psaumes 14:6 – Jetez l’opprobre sur l’espérance du malheureux … L’Éternel est son refuge.
  5. Psaumes 16:1 – Hymne de David. Garde-moi, ô Dieu ! car je cherche en toi mon refuge.
  6. Psaumes 25:20 – Garde mon âme et sauve-moi ! Que je ne sois pas confus, Quand je cherche auprès de toi mon refuge !
  7. Psaumes 31:19 (31-20) – Oh ! combien est grande ta bonté, Que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, Que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge,
  8. Psaumes 34:8 (34-9) – Sentez et voyez combien l’Éternel est bon ! Heureux l’homme qui cherche en lui son refuge !
  9. Psaumes 34:22 (34-23) – L’Éternel délivre l’âme de ses serviteurs, Et tous ceux qui l’ont pour refuge échappent au châtiment.
  10. Psaumes 36:7 (36-8) – Combien est précieuse ta bonté, ô Dieu ! A l’ombre de tes ailes les fils de l’homme cherchent un refuge.
  11. Psaumes 37:40 – L’Éternel les secourt et les délivre ; Il les délivre des méchants et les sauve, Parce qu’ils cherchent en lui leur refuge.
  12. Psaumes 46:1 – Dieu est pour nous un refuge et un appui, Un secours qui ne manque jamais dans la détresse.
  13. Psaumes 59:16 (59-17) – Et moi, je chanterai ta force ; Dès le matin, je célébrerai ta bonté. Car tu es pour moi une haute retraite, Un refuge au jour de ma détresse.
  14. Psaumes 61:3 (61-4) – Car tu es pour moi un refuge, Une tour forte, en face de l’ennemi.
  15. Psaumes 62:7 (62-8) – Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire ; Le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu.
  16. Psaumes 64:10 (64-11) – Le juste se réjouit en l’Éternel et cherche en lui son refuge, Tous ceux qui ont le cœur droit se glorifient.
  17. Psaumes 71:1 – Éternel ! je cherche en toi mon refuge : Que jamais je ne sois confondu !
  18. Psaumes 73:28 – Pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien : Je place mon refuge dans le Seigneur, l’Éternel, Afin de raconter toutes tes œuvres.
  19. Psaumes 90:1 – Seigneur ! tu as été pour nous un refuge, De génération en génération.
  20. Psaumes 91:2 – Je dis à l’Éternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie !
  21. Psaumes 91:4 – Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.
  22. Psaumes 91:9 – Car tu es mon refuge, ô Éternel ! Tu fais du Très-Haut ta retraite.
  23. Psaumes 94:22 – Mais l’Éternel est ma retraite, Mon Dieu est le rocher de mon refuge. Psaumes 118:8 – Mieux vaut chercher un refuge en l’Éternel Que de se confier à l’homme ;
  24. Psaumes 118:9 – Mieux vaut chercher un refuge en l’Éternel Que de se confier aux grands.
  25. Psaumes 141:8 – C’est vers toi, Éternel, Seigneur ! que se tournent mes yeux, C’est auprès de toi que je cherche un refuge : N’abandonne pas mon âme !
  26. Psaumes 142:5 (142-6) – Éternel ! c’est à toi que je crie. Je dis : Tu es mon refuge, Mon partage sur la terre des vivants.
  27. Psaumes 143:9 – Délivre-moi de mes ennemis, ô Éternel ! Auprès de toi je cherche un refuge.
  28. Proverbes 14:32 – …le juste trouve un refuge même en sa mort.
  29. Proverbes 30:5 – Toute parole de Dieu est éprouvée. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge.
  30. Jérémie 16:19 – Éternel, ma force et mon appui, mon refuge au jour de la détresse !
  31. Joël 3:16 – l’Éternel est un refuge pour son peuple…

Avoir l’absolue certitude des faits qu’on ne voit pas: Principes pratiques de la loi de la Foi

«C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, selon qu’il est écrit : Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient.
Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu’il devint père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité.
Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants.
Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir» (Romains 4 :16-21)

Dans ce texte, nous apprenons qu’Abraham avait la pleine conviction que ce que Dieu promet, il peut aussi l’accomplir. Comment donc et pourquoi Abraham arriva-t-il à cet état de persuasion totale à propos de la fidélité de Dieu? Tout d’abord, nous allons voir qu’il a dû marcher avec Dieu, c’est-à-dire qu’il a fait confiance à Dieu, suivant et mettant en pratique ce que Dieu lui a enseigné.Alors que nous avons du mal a faire confiance a ceux qui vivent a cote de nous,

«C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, selon qu’il est écrit : Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient.
Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu’il devint père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité.
Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants.
Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir» (Romains 4 :16-21)

Dans ce texte, nous apprenons qu’Abraham avait la pleine conviction que ce que Dieu promet, il peut aussi l’accomplir. Comment donc et pourquoi Abraham arriva-t-il à cet état de persuasion totale à propos de la fidélité de Dieu? Tout d’abord, nous allons voir qu’il a dû marcher avec Dieu, c’est-à-dire qu’il a fait confiance à Dieu, suivant et mettant en pratique ce que Dieu lui a enseigné.Alors que nous avons du mal a faire confiance a ceux qui vivent a cote de nous,

«C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, selon qu’il est écrit : Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient.
Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu’il devint père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité.
Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants.
Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir» (Romains 4 :16-21)

Dans ce texte, nous apprenons qu’Abraham avait la pleine conviction que ce que Dieu promet, il peut aussi l’accomplir. Comment donc et pourquoi Abraham arriva-t-il à cet état de persuasion totale à propos de la fidélité de Dieu? Tout d’abord, nous allons voir qu’il a dû marcher avec Dieu, c’est-à-dire qu’il a fait confiance à Dieu, suivant et mettant en pratique ce que Dieu lui a enseigné. Alors que le chrétien contemporain a souvent du mal a faire confiance a ceux qui vivent à ses cotés, comment peut-il parvenir à une absolue certitude des promesses d’un Dieu qu’il ne voit pas ?

L’apôtre Jacques a dit que « toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation » (Jacques 1:17). De même, l’auteur de l’épître aux Hébreux écrit que le Seigneur Jésus-Christ, est toujours le même : hier et aujourd’hui et éternellement (Hébreux 13:8). C’est dire que ce qui était hier est aussi disponible aujourd’hui et sera toujours disponible. Ce qu’Abraham avait obtenu, la foi qu’il avait développé et pratiquée, le chrétien du 21ème siècle qui en comprend les ressorts peut aussi en faire l’expérience.

Écrivant à Timothée, l’apôtre Paul dit : « … tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. » (2 Timothée 3:15-17). Smith WIGGLESWORTH[1] disait : « Only when men become godlike and holy do they become real men » ; ce qui peut se traduire par : « C’est seulement quand les hommes deviennent imitateurs de Dieu et saints qu’ils deviennent de vrais hommes ». Or c’est cela que les Écritures veulent nous enseigner.

C’est en imitant Dieu, c’est-à-dire en pratiquant ce qu’il nous enseigne de faire que nous pouvons parvenir au salut et à la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ. Nous pouvons devenir propres à toute bonne œuvre, c’est-à-dire propre à nous rendre capables de voir les choses cachées en Dieu et d’agir en conséquence par la foi pour en manifester les résultats. Les résultats que seule produisent la foi. Paul révèle par ailleurs que « …nous sommes son ouvrage [ouvrage de Dieu], ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. » (Éphésiens 2:10). Or, ce que nous sommes en lui ne peut être saisi et ensuite accompli sans la foi.

Nous allons dans les lignes qui suivent essayer de dégager les principes pratiques pouvant nous aider à appréhender la loi de la foi. Cette loi que le patriarche Abraham et bien d’autres avaient su mettre en action dans leur propre vie. En ce qui concerne Abraham, il est devenu a 100 ans père, alors que sa femme en avait 90. Ce que dieu lui avait fait la promesse de faire de lui le père d’une multitude de peuples (Genèse 17:4). Alors que rien n’était plus possible si on s’en tenait aux choses naturelles, aux choses visibles, à la chair, Abraham cru a la promesse de celui l’avait appelé. 

1.  Appeler les choses qui ne sont pas comme si elles étaient

Commençons par examiner les textes ci-après qui parlent tous de la création. Nous apprenons que Dieu créa les cieux et la terre au moyen de la Parole:

« …Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut… » (Genèse 1 :3)
«Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes » (Jean 1 :1-4)
« Car Dieu, qui a dit: La lumière brillera du sein des ténèbres! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. » (2 Corinthiens 4:6)
« Les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel, Et toute leur armée par le souffle de sa bouche. » (Psaume 33:6)
« Car il dit, et la chose arrive; Il ordonne, et elle existe. » (Psaume 33:9)
« Qu’ils louent le nom de l’Éternel! Car il a commandé, et ils ont été créés. » (Psaume 148:5)

Ces textes successifs mettent tous en lumière le même mode opératoire de Dieu. Nous apprenons que Dieu dit et la chose se produisit. Il appelle, il commande et la chose arrive. Ce qui signifie, la chose prend une existence matérielle, elle peut dès lors être appréhendée par l’homme. La parole de Dieu est donc « l’instrument » par lequel il créa le monde. En effet, toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle est la vie, et la vie est la lumière des hommes. Au moyen de sa Parole, Dieu a appelé à l’existence des choses qui n’étaient pas.

Lorsque nous examinons le ministère de Jésus, nous nous rendons compte qu’il a utilisé exactement le même principe que Dieu son Père. En effet, tous les miracles, toutes les manifestations extraordinaires ont d’abord été appelés avant d’exister. Par exemple, aux noces de Cana, le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit: Ils n’ont plus de vin. Nous savons que le Seigneur Jésus dit aux serviteurs : Remplissez d’eau ces vases. Quand ils eurent rempli les vases, il leur dit : Puisez maintenant, et portez-en à l’ordonnateur du repas. Pour son premier miracle, il venait d’appeler quelque chose qui n’était pas comme si elle était. Les vases venaient d’être rempli d’eau, ainsi, le fait de dire aux serviteurs d’en puiser et de le porter à l’ordonnateur du repas, qui avait besoin de vin pour les invités, correspondait à dire que l’eau initialement versé dans les vases était du vin. Et nous savons que cette eau fut changée en vin quand les invités la burent (Jean 2 : 1-9).  

D’aucuns diront, Dieu est Tout-puissant et nous sommes de faibles hommes ; sous-entendant que nous ne pouvons faire ce qu’il fait. Le Seigneur Jésus n’a-t-il pas dit: « …Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi…En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils… » (Jean 14 : 11-13). 

Crées à l’image de Dieu pour assujettir la terre et dominer sur la création (Genèse 1:28), l’homme a reçu le pouvoir d’opérer selon les mêmes principes que Dieu, par la foi en Dieu et en Jésus-Christ selon qu’il est aussi écrit que « Dieu nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles nous devenions participants de la nature divine » (2 Pierre 1 :3-4).

La divine puissance de Dieu nous a donné tout ce qui contribue à sa vie et nous sommes appelé à être ses imitateurs comme Christ lui-même a été son imitateur. Comment l’imiter si nous ne fondons pas notre action sur les mêmes principes divins ? Or la caractéristique opératoire de Dieu consiste à appeler les choses qui ne sont point comme si elles étaient, avant qu’elles existent ! Or il n’y a rien d’aussi difficile pour les chrétiens que d’appeler les choses qui ne sont point comme si elles étaient… Et bien si Dieu que nous pouvons le faire, croyons-le ! Car il est écrit : Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés (Éphésiens 5 : 1). Dieu appelle les choses qui ne sont pas comme si elles étaient. Et nous sommes devenus enfants de Dieu par la foi en l’œuvre fini de Jésus-Christ à la croix. Nous pouvons devenir obéissants et nous comporter comme Dieu lui-même. C’est cela sa volonté. »

C’est ce principe spirituel de la foi que le Seigneur Dieu, notre père, avait appris à Abraham. En effet, il est initialement Abram, qui signifie père d’Aram – son pays d’origine, aussi interprété comme « araméen errant…» et aussi « père élevé », « père exalté », nom donné comme en compensation à cet homme désespéré de n’avoir pas d’enfant. Quand Dieu introduit la lettre H dans son nom, il introduit la lettre de la création, le souffle de la création. Abraham est en quelque sorte créé de nouveau. En changeant son nom d’Abram à Abraham – qui signifie « père de multiples nations », non seulement Dieu venait d’appeler en Abraham quelque chose qui n’était pas, mais il venait aussi de lui apprendre à le faire. Dieu enseigna à Abraham à appeler à l’existence ce qui n’était pas encore visible. Appeler au moyen de la parole ce qui existait déjà en Dieu, dans sa parole, parce qu’il avait déjà établi Abraham père d’une multitude de nations. En effet nous lisons : « Lorsque Abram fut âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, l’Éternel… lui dit: Je suis le Dieu tout-puissant. Marche devant ma face, et sois intègre… Voici mon alliance, que je fais avec toi. Tu deviendras père d’une multitude de nations. On ne t’appellera plus Abram; mais ton nom sera Abraham, car je te rends père d’une multitude de nations. Je te rendrai fécond à l’infini, je ferai de toi des nations; et des rois sortiront de toi. » (Genèse 17: 1-6)

Notons que ceci n’etait pas la première fois que Dieu disait à Abraham qu’il serait le père d’une grande nation. La première fois que Dieu avait paru à Abraham et qu’il lui avait fait la même promesse, celui-ci avait soixante-quinze ans environ: « L’Éternel dit à Abram: Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction… Abram partit, comme l’Éternel le lui avait dit, …Abram était âgé de soixante-quinze ans, lorsqu’il sortit de Charan » (Genèse 12:1-4).

Nous voyons en lisant ce texte que dès le début de son appel, Dieu promet à Abram qu’il ferait de lui une grande nation. Or, il a presque cent ans lorsque Dieu lui renouvelle sa promesse et change alors son nom en quelque chose qu’il n’était pas (encore) : père d’une multitude. Or Abraham a presque cent ans et sa femme Sara en a quatre-vingt-dix. Il se sera passé vingt-quatre ans entre la promesse initiale et son renouvellement. Vingt-quatre ans d’attente, d’apprentissage, de marche avec Dieu.

Après le changement de son nom d’Abram à Abraham – père de multiples nations, fait qui était déjà établi en Dieu, mais pas encore manifeste selon la vue (la chair), Isaac, fruit de la promesse de Dieu, naquit un an plus tard.

Quelle différence y-a-il donc entre la promesse initiale et son renouvellement vingt-quatre ans plus tard? L’apprentissage de la loi de la foi dont l’un des principes constitutifs est la proclamation ou la confession des choses qui ne sont pas sur le plan naturel ; mais qui existent déjà et qui sont cachées en Christ. En effet, le patriarche Abraham commence à s’appeler et se faire appeler « père d’une multitude de nations ». Ce faisant, Abraham s’est mis à appeler les choses qui n’étaient pas comme si elles existaient ; tout comme Dieu lui-même. Cela a contribué à affermir en lui la certitude inébranlable que ce que Dieu promet, il peut aussi l’accomplir.

Notons qu’il est écrit « il peut aussi l’accomplir ». En effet, Dieu peut tout. Or le pouvoir de l’accomplissement des promesses de Dieu dans notre vie demande notre participation. Nous devons donc « acter » ce pouvoir disponible de Dieu, avant qu’il ne devienne manifeste dans notre vie. En effet, quiconque confesse (décrète, proclame) les paroles de Dieu, et qui ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, verra ce qu’il dit s’accomplir (Marc 11 :23). Les promesses de Dieu ne sont donc pas automatiques. Nous voyons qu’Abraham a dû acter la promesse, notamment au moyen de la confession selon laquelle il était le père d’une multitude de nations. Ce qui a eu pour effet son affermissement dans foi en Dieu et pour résultat, la naissance de l’enfant de la promesse, un an plus tard.

Mais avant d’y parvenir, il a du se laisser guider par Dieu, c’est de cela qu’il s’agit quand « l’Éternel… lui dit: Je suis le Dieu tout-puissant. Marche devant ma face, et sois intègre… » (Genèse 17 :1). Cette expression est à la fois très rassurante et exigeante. Elle est en effet composée de deux parties complémentaires car reliées par la conjonction de coordination « et », marquant ainsi une liaison des deux parties. Nul ne peut avoir l’une: la sécurité de la présence ce Dieu, sans l’autre: l’obéissance à la parole de Dieu. Le père céleste veut nous conduire au moyen de sa houlette, pour notre paix, notre sécurité, notre prospérité. Mais il a besoin que nous soyons « intègres ». Nous devons donc coopérer pour être conduis à bon port.

Or, si le chrétien ignore, oublie ou tout simplement refuse de se soumettre à la volonté de Dieu, il rend inopérante la toute-puissance de Dieu mise à sa disposition par Dieu lui-même. Dans ces condition, puisque les promesses de Dieu ne peuvent trouver la foi nécessaire et indispensable, elle ne peuvent être manifestées. En effet, sans la foi il est impossible d’être agréable à Dieu; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. (Hébreux 11:6) Or Chercher Dieu, c’est apprendre de lui par l’obéissance. Et les Écritures disent que le patriarche Abraham quant à lui, cru à Dieu, obéissant à ses instructions au point qu’il fut appelé ami de Dieu. (Jacques 2 :23)

Pour clore ce paragraphe, disons qu’une façon pratique d’apprendre à « Appeler les choses qui ne sont pas comme si elles étaient » peut consister notamment à reprendre les mots du Seigneur pour notre compte en les confessant, sans douter dans notre cœur que ces promesses sont véritables. Les circonstances extérieures : ce que l’on voit, ce que l’on pense, ce que l’on ressent, ce que les gens disent, etc. ne doivent pas affecter la certitude que l’on tient de la parole de Dieu : notre confession, notre Christ. Le principe de la confession des paroles de Christ est de rigueur dans le mécanisme de l’exercice de l’apprentissage de la loi de la foi. Ceci peut s’aligner à ce que Paul écrit « …la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. » (Romains 10 :17) Or, comment mieux entendre les paroles de Christ sinon en les parlant soi-même ? 

Le Seigneur dit aux disciples : « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. » (Jean 15 :17-18). Voici qui en éclaire encore sur l’importance d’avoir les paroles de Christ. Confesser par la bouche les paroles de Dieu participe à la loi de la foi, et aboutit à la manifestation des « fruits » qu’elles contiennent pour la gloire de Dieu et pour notre consécration en qualité de chrétiens, disciples de Christ. Les paroles de Christ doivent demeurer en nous envers et contre toute circonstance apparente, ainsi qu’il est écrit, « car nous marchons par la foi et non par la vue, nous sommes pleins de confiance (en Christ) » (2 Corinthiens 5:7). La confession des promesses de Christ (les choses qui ne sont pas encore) prend donc une part essentielle dans notre capacité à y croire avant de pouvoir en voir la manifestation. Ainsi donc, dans toutes les circonstances de la vie, efforçons-nous à trouver les paroles de Christ correspondantes dans la Bible. Ensuite, reprenons les à notre compte par la confession et la priere, sans douter, mais en croyant qu’elles sont véritables, et nous les verrons s’accomplir.

2. Revêtir la justice de Dieu par la foi en Christ

La Bible nous apprend par ailleurs que la justice de Dieu est une autre composante important de la loi de la foi. Ce principe qui établit que quiconque croit en Jésus-Christ, le justificateur de l’impie, voit sa foi lui être imputée à justice (Philippiens 3:9).

«  Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce [la grâce de Dieu], par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en JésusOù donc est le sujet de se glorifier ? Il est exclu. Par quelle loi ? Par la loi des œuvres ? Non, mais par la loi de la foi. Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi.» (Romains 3 : 23-28).

Le principe de la justification par le foi est annoncé dans la Bible dès les temps anciens. Les prophètes de l’Ancien Testament témoignent du principe de la justification par la foi en Christ – et de ses bénéfices – alors qu’ils ne l’ont pas connu car il était annoncé pour les générations à venir selon qu’il est écrit que : « … les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui nous était réservée, ont fait de ce salut l’objet de leurs recherches et de leurs investigations, voulant sonder l’époque et les circonstances marquées par l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui attestait d’avance les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies. Il leur fut révélé que ce n’était pas pour eux-mêmes, mais pour nous, qu’ils étaient les dispensateurs de ces choses, que nous ont annoncées maintenant ceux qui nous ont prêché l’Évangile par le Saint-Esprit envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards. » (1 Pierre 1 :10-12). De même dans l’Évangile de Luc, le Seigneur Jésus tient ce discours aux disciples : « …Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! Car je vous dis que beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. » (Luc 10 :23-24)

Ces déclarations révèlent au chrétien qu’il se trouve dans une position de grâce abondante en comparaison avec ceux des générations précédentes. Et pourtant, nombreux sont ceux des chrétiens qui ne comprennent pas la grâce, laquelle grâce ne peut être perçue que par la foi. L’ignorance de ces chrétiens est à mettre, du moins en partie, sur les traditions religieuses et les mauvaises doctrines. D’où la nécessité de nous plonger dans la Parole de Dieu, en demandant à Dieu d’ouvrir nos oreilles afin que l’on entende, d’ouvrir nos yeux afin que l’on voit.

« …Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! », dit le Seigneur. Cette expression peut aussi vouloir dire, « Heureux ceux qui voient la grâce de Dieu ; car Jésus amène la manifestation de la grâce de Dieu. C’est bien de notre génération qu’il parlait. De ceux après Getsemané. Nous sommes les bénéficiaires des promesses de Dieu en Christ et nous avons reçu beaucoup plus de paroles (de Dieu), beaucoup plus de révélation, que le peuple de Dieu dans l’Ancien testament. Car …la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. (Romains 10 :17). Ainsi donc, nous avons les paroles de Christ (la Bible) à notre disposition pour nous aider à comprendre les principes pratiquent qui sous-tendent la loi de la foi afin d’opérer par elles. car, «…sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. » (Hébreux 11:6).

Bien avant que les apôtres ne le révèlent à la génération présente, Abraham avait déjà compris ces ressorts spirituels. En son temps, Abraham avait entendu ce que Dieu lui avait dit, il y avait cru. Or sur le plan naturel, sur le plan du monde, il semblait que ce qu’il avait entendu était impossible, irréalisable. Cependant, il ne considéra point son corps déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, il ne regarda non plus que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants, puisqu’elle avait quatre-vingt-dix ans. Espérant contre toute espérance, Abraham crut à celui qui avait fait la promesse, Dieu. Et, sans faiblir dans la foi en Dieu, en sorte que l’enfant de la promesse naquit quand il avait cent ans. Conformément à la parole que Dieu avait prononcée, il devint le père d’un grand nombre de nations.

Notons que si Abraham a obtenu l’héritage promis par Dieu, ce n’est pas à cause de ses œuvres mais par le moyen de la justice de Dieu (obtenu par la grâce) qui ne s’obtient que par la foi : «En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi. » (Romains 4: 15). De nombreux passages de la Bible confirment que la foi d’Abraham le rendit juste devant Dieu:
« Abram eut confiance en l’Éternel, qui le lui imputa à justice. » (Genèse 15:6) ;
« Cela lui fut imputé à justice, De génération en génération pour toujours. » (Psaume 106:31) ;
« Car que dit l’Écriture? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice… » (Romains 4:3-6,9,20-25) ;
« Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice,… » (Galates 3:6-14)

Je rappelle que nous tentons d’identifier dans la Parole de Dieu les principes spirituels qui sous-tendent et qui établissent la loi de la foi opérante du chrétien, autrement dit, la foi qui apportent les résultats. Pourquoi donc des résultats ? Parce qu’une foi sans résultats est une foi sans substance. Les résultats sont une finalité de la foi. A quoi bon en effet avoir la foi en Dieu si c’est pour ne pas obtenir l’objet de la foi? Les Écritures ne rappellent-elles pas que Dieu attend de nous que nous portions des fruits? Nous pouvons lire qu’il est il est notamment écrit:
« Voici les miracles (signes) qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues… » (Marc 16 :17) ;
« Si vous portez beaucoup de fruits, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples. » (Jean 15 :8) 
« Le fruit du juste est un arbre de vie » (Proverbes 11:30) ;
« Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. » (Matthieu 7 :19-20) ;
« Déjà même la cognée est mise à la racine des arbres: tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. » (Luc 3:9) ;
« Alors il dit au vigneron: Voilà trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, et je n’en trouve point. Coupe-le: pourquoi occupe-t-il la terre inutilement? » (Luc 13:7) ; « Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. » (Jean 15:2).

Ainsi, pour un chrétien, porter des fruits n’est pas seulement une recommandation. C’est un commandement du Seigneur ! Nous devons portez des fruits au risque d’être coupé et jeter au feu. Élément constitutif essentiel de la vie du Chrétien, non seulement la foi lui permet de « naître de nouveau », mais elle est aussi le seul moyen par lequel il peut « porter des fruits », et contribuer ainsi à l’exaltation de la gloire de Dieu.  

3.  Comment mettre la loi de la foi en pratique ?

Sur le plan pratique, comment pouvons-nous mettre en action la loi de la foi dans notre vie de chrétien ? Comment parvenir tout comme Abraham à l’absolue certitude des promesses d’un Dieu qu’on ne voit pas, concernant les faits qu’on ne voit pas dans la vie matérielle? Comment parvenir à la conviction des choses invisibles à l’œil, qui cependant sont présentes en Christ? Toutes ses choses que nous qualifions de « miracles »[2] mais qui devraient être le lieu commun du chrétien par la loi de la foi?

L’application des deux principes essentiels de la loi de la foi que nous venons de voir est résumée dans la formulation suivante de l’apôtre Paul : « …c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut » (Romains 10 :10).

Mais avant cette formulation, l’apôtre Paul élabore, expliquant que celui qui opère en se basant sur la justice de la foi,
1. Ne cherche pas à établir sa propre justice. Au contraire, il repose entièrement sur la justification qui vient de Dieu en Christ Jésus. Ceci signifie que nulle œuvre humaine ne peut nous rendre juste devant Dieu (Romains 10 :1-5).
– 2. Ne dis pas en son cœur : Qui montera au ciel ? Ou qui descendra dans l’abîme ? (Romains 10 :6-7) Ces expressions quelque peu compliquées peuvent être comprises de la manière suivante : toutes les fois par exemple où tu te dis : « si le Seigneur était physiquement auprès de moi, je croirais certainement… », tu doutes qu’il soit vivant dans les lieux célestes, assis à la droite de Dieu ! Tu doutes du bon accomplissement de toute l’œuvre salvatrice de Christ: le travail fini de la croix.

Que fait donc celui qui opère sur la base de la justice de la foi ? Il prend la parole qui est près de lui (La Parole de Dieu), dans sa bouche et dans son cœur (Romains 10 :8). Ceci veut dire, prendre la Parole de Dieu à son compte. En termes pratiques, trouver en toute circonstance les dispositions que Dieu a préparées afin de s’y appuyer comme base suffisante de la foi. Point n’est besoin d’attendre de revoir Jésus en chair et en sang. Christ est plus vivant aujourd’hui que toi et moi et, ce qu’il a accompli en chair et en sang, est établi pour l’éternité. Il est aujourd’hui assis à la droite de Dieu d’où il intercède pour nous. Et tout ce qu’il a accompli quand il était sur la terre, ceux qu’il approuve accompliront toujours aujourd’hui par la foi?

Notons que la parole est d’abord parlée. Il s’agit donc de « parler » la parole de Christ, de la confesser, de la proclamer jusqu’à être convaincu totalement de la vie puissante qu’elle contient. Le Seigneur nous a dit « …les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.» (Jean 6 :63). Elles n’ont pas perdue de leur vie, elles n’ont pas perdue de leur puissance car « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Ne vous laissez pas entraîner par des doctrines diverses et étrangères; car il est bon que le cœur soit affermi par la grâce… » (Hébreux 13:8-9)

Nous avons reçu en partage une foi d’un grand prix, par « la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ. Et sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles nous devenions participants de la nature divine » (2 Pierre 1: 3-4). Participer à la nature divine est notre vocation. Et cette vocation nous la vivons parce que nous sommes justifiés par la foi. Parler les paroles que nous avons reçues de Jésus-Christ, constitue un moyen de communion avec lui. Ainsi que Paul nous en exhorte: « Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment » (Colossiens 3:16); car les éléments de la parole de Christ sont le fondement élémentaire de la loi de la foi (Hébreux 6:1).

Ainsi donc, la foi en Jésus nous fait parvenir à l’état de « juste » devant Dieu et, confesser de la bouche ses paroles nous donne le salut, c’est-à-dire nous fait entrer dans la possession des promesses de Dieu. Et quiconque croit en lui ne sera point confus… mais parviendra à l’état de l’absolue certitude de faits qu’on ne voit pas, avant de les voir s’accomplir, tout comme Abraham, notre père dans la foi en Dieu.


[1] Smith Wigglesworth était un évangéliste britannique (1859 – 1947). Il est considéré comme l’un des pionniers du pentecôtisme de la première moitié du 20 ème siècle.

[2] Du latin « mirus », qui signifie étonnant, le vocable miracle désigne une manifestation qui échappe aux lois naturelles, une intervention directe de la toute-puissance divine, (sur le plan religieux) ou, quelque chose d’extraordinaire (dans le langage courant).

Revêtir l’Armure de Dieu – Prière

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! 

Ô Dieu et Père, je reconnais que je ne suis pas en lutte contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

Alors, j’ai décidé de revêtir ton armure, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour,
afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable, et de tenir ferme après avoir tout surmonté.

1. Je ceins d’abord mes reins de la ceinture de Vérité
Puisse la Vérité de Dieu m’entourer et m’immerger. 
Seigneur Éternel, garde moi dans toute la vérité de ta Parole,
Garde moi en Jésus Christ, lui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie éternelle.  
En lui, mon salut est garanti,
En lui, ta fidélité est manifestée, et tes projets de paix sont certains,
En lui, tu nous donnes un avenir et de l’espérance.

De même, je renonce au mensonge délibéré. 
Je choisis de parler selon la vérité à mon prochain car, celui qui dit la vérité proclame la justice.

2. Je revêts la cuirasse de la justice pour garder mon cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie. 
Par le Juste Jésus, je suis réconcilié avec Dieu !
Car, lui qui n’a point connu le péché, Dieu l’a fait devenir péché pour moi,
afin que je devienne en lui justice de Dieu. 
Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour moi. La loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.

Face aux attaques de mes ennemis, la justice dont je me revêts en Jésus-Christ me protège. 
Mon intégrité est préservée et je demeure en Jésus-Christ, mon refuge, ma haute retraite. 

3. Je mets pour chaussure à mes pieds le zèle que donne l’Évangile de paix 
Seigneur Jésus, tu nous dis:
« Allez par tout le monde, et prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création… »
Ceci est un commandement que je reçois! 
Je décide de prendre part au témoignage de la Bonne Nouvelle du royaume qui doit être prêchée dans le monde entier, avant ton retour. 

Je témoigne désormais de l’amour de Dieu pour le monde, manifesté en son Fils Jésus-Christ:
Christ est mort pour les péchés du monde, selon les Écritures; 
il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures; 
il est vivant, assis à la droite de Dieu;
il revient bientôt chercher son église et juger le monde.

O Éternel, par ta grâce, assiste-moi à maintenir intact ma faim et ma soif de la Bonne Nouvelle de ton royaume, affermi-moi en sagesse et dans la connaissance de ta volonté.
Je compte sur le soutien de Jésus, la pierre  angulaire de l’Église, l’inébranlable rocher des âges et, je ne pourrai ni glisser, ni vaciller, ni tomber face à l’ennemi! 

4. Par-dessus tout je prends le bouclier de la Foi.
Par la foi, j’éteins tous les traits enflammés du malin. 
Je prie pour que par la vertu du Saint Esprit, je vive par la Foi et non par la vue, ainsi qu’il est écrit,  » le juste vivra par la Foi « . 
Jésus-Christ lui-même est l’auteur et l’accomplisseur de ma Foi. 
Par la grâce de Dieu, aucune flèche enflammée de l’ennemi ne m’atteindra.
L’ennemi n’atteindra pas non plus ceux qui sont dans ma demeure, ni ma famille, ni mon argent, ni mon travail, ni rien de ce qui est a moi…

Que ma foi soit pour toujours un bouclier pour me protéger de celui qui vient pour voler, et tuer, et détruire… 
Toi, mon Dieu, tu es fidèle dans tes promesses.

5. Je mets sur ma tête le casque du Salut
Merci mon Dieu de m’avoir délivré de la puissance des ténèbres pour me transporter dans le royaume de ton Fils bien aimé, en qui j’ai la rédemption par son sang, la rémission des péchés.

Seigneur Jésus, 
j’étais affligé et tu m’as consolé,  
j’avais le cœur brisé et tu m’as guéri, 
j’étais enchaîné et tu m’as rendu la liberté,
j’étais prisonnier et tu m’as délivré de mes geôliers qui étaient nombreux et plus forts que moi.
Tu as publié pour moi une année de grâce de l’Éternel, notre Dieu. 
Tu m’as donné un diadème, une huile de joie et un vêtement de louange ! 
Je suis à présent un térébinthe de la justice, une plantation de l’Éternel Dieu, pour servir à sa gloire ! Je suis un enfant de Dieu, héritier des promesses de Dieu,
Et j’ai reçu le Saint-Esprit, gage de mon héritage.
Je suis de la race des sacrificateurs royaux, 
J’ai pour seul modèle, maître et roi: Jésus, le Christ.

6. Enfin, je prends l’épée de l’Esprit qui est la Sainte Parole de Dieu
Éternel Dieu, ta Parole subsiste à toujours dans les cieux !
Elle est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier. 
Elle est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles;
elle juge les sentiments et les pensées du cœur et je l’aime.

Je te rends grâces o Dieu de ce qu’en recevant les paroles de la Sainte Bible, je les reçois, non comme la parole des hommes, mais comme la parole de Dieu, qui agit en nous qui croyons.
Car toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que je sois accompli et propre à toute bonne œuvre.

Je mets les paroles de l’Éternel dans ma bouche car elles sont pures, un argent éprouvé sur terre au creuset, et sept fois épuré.
Je parle les paroles de Dieu pour contrer les mensonges, les ruses, les méchancetés de mes ennemis et ils s’enfuient loin de moi.

Par la vertu du Saint-Esprit, je prierai en tout temps et avec persévérance par l’Esprit,
Et je prie aussi pour les tous saints, tous ceux qui de par le monde, évoquent le nom du Seigneur Jésus-Christ, leur sauveur et le mien. 
afin qu’ils reçoivent la grâce et la paix de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ.

A celui qui peut faire, par la puissance qui agit en moi, infiniment au-delà de tout ce que je peux demander ou penser, à Dieu soit la gloire, l’honneur et la puissance dans l’Église et au nom de Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! 

Amen!

Qu’est-ce que l’Armure de Dieu?

(Texte: Éphésiens 6 :10-18)

Dans son épître aux Éphésiens, l’apôtre Paul nous apprend que nous ne luttons pas contre la chair et le sang, c’est-à-dire que nos ennemis ne sont pas des êtres humains. Nos ennemis sont des catégories spirituelles – des êtres sans corps, identifiés comme : les dominations, les autorités, les princes de ce monde de ténèbres, les esprits méchants dans les lieux célestes. (Éphésiens 6:12)

Depuis le livre de la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, la Bible révèle deux royaumes en guerre l’un contre l’autre :
1. Le royaume de Dieu, dont le roi est Jésus-Christ ;
2. Le royaume des ténèbres, aussi identifié comme le royaume de Satan.

Or le Seigneur Jésus dit, « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi… » (Matthieu 12:30). C’est dire que nul ne peut être neutre dans cette guerre. Tout chrétien est donc un soldat de Jésus-Christ combattant contre ceux que la Bible qualifie d’ennemis du Seigneur (Actes 2:35; Matthieu 22:44; Psaume 110:1).

Identifier sa position dans cette guerre est un enjeu vital pour tout chrétien car, le prince des ennemis de Dieu est aussi l’ennemi farouche de nos âmes. Il est clairement identifié dans la Bible comme tel et désigné tour à tour comme Lucifer, Satan, Bélial, le diable, le menteur; le mauvais, l’usurpateur, l’imposteur, etc. Il est aussi décrit comme celui qui dévore, celui qui dérobe, celui égorge et détruit, l’accusateur de nos frères, le dieu de ce monde, le prince des ténèbres, le serpent ancien…

Certains chrétiens disent que nous ne devrions même pas parler du diable, qu’il vaudrait mieux l’ignorer. D’autres essaient de le minimiser, voire de nier son existence. C’est une grave erreur de ne pas prendre en compte la réalité de cette opposition redoutable car, la Bible dit que notre ennemi est à la tête d’une armée nombreuse, bien structurée et invisible à l’homme charnel qui, tous les jours, cause des pertes immenses à l’humanité. C’est ce que révèle le Saint-Esprit par le texte de Paul qui nous concerne dans cet article.

Pour être capable de combattre dans cette guerre, Paul nous invite à « souffrir avec lui [Jésus-Christ], comme de bons soldats» (2 Timothée 2:3-4), car tout soldat qui veut plaire à celui qui l’a enrôlé ne s’embarrasse pas des affaires de la vie. Les disciples de Jésus-Christ sont donc dans un combat sans merci contre des ennemis redoutables invisibles à l’œil nu. Dans cette guerre d’un autre genre, une guerre contre des esprits et non des corps physiques, les armes avec lequel nous combattons ne peuvent pas être charnelles. Les armes dont nous avons besoin sont des armes de l’Esprit, puissantes, par la vertu de Dieu (2 Corinthiens 10:3-5).

L’armure de Dieu décrite par Paul est composée des six éléments suivants (Éphésiens 6:10-18):

– la ceinture de la vérité ;
– le pectoral ou la cuirasse de la justice ;
– les souliers de l’évangile ;
– le bouclier de la foi ;
– le casque du salut ;
– l’épée de l’esprit.

Les pièces qui composent l’armure spirituelle de Dieu que nous allons décrire sont basées sur l’armure du soldat type de l’époque de l’apôtre Paul: le légionnaire romain.

1. La Ceinture de Vérité (Éphésiens 6:14)


La ceinture du légionnaire, (en latin cingulum) était l’équipement permettant de ceinturer sa tunique et de porter ses épées, aussi bien le glaive (gladius) que le poignard (pugio). Elle était souvent confectionné d’ornements.

Le Seigneur nous apprend par la bouche de Paul que la vérité ceint la taille et porte les épées nécessaires au combat offensif. La vérité est donc la ceinture qui maintient toutes les autres pièces de l’armure en place. Comprenons premièrement que Paul fait référence aux vérités contenues dans l’Écriture par opposition aux mensonges de Satan. L’Écriture nous dit que l’ennemi est un menteur et le père du mensonge (Jean 8:44).
Par ailleurs, Jésus a dit : « vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira » (Jean 8:32).

Les grandes vérités de la Bible : l’amour de Dieu ; le salut par grâce au moyen de la foi en Jésus-Christ ; l’autorité du croyant sur le péché ; l’autorité du croyant sur la puissance de Satan ; la Seconde Venue de Jésus ; le pouvoir de vivre pour Jésus – ces vérités nous libèrent des mensonges dans lesquelles nous nous trouvions lorsque nous étions ignorants. Par exemple, lorsque l’ennemi voudrait nous faire croire que nous sommes pécheurs, perdus et sans espoir… La vérité nous rappelle que la loi de l’Esprit de vie en Jésus nous a libéré de la loi du péché et de la mort (Romains 8 22).

La deuxième façon dont la vérité nous sert de ceinture, tenant ensemble l’armure complète, est par notre engagement personnel envers la vérité. Ceci se manifeste par une vie droite, transparente et sans tromperie ni mensonge délibéré. L’intégrité et l’honnêteté sont des composantes essentielles à notre vie chrétienne. Les gens devraient savoir qu’ils peuvent compter sur nous, comme des personnes de vérité et de principe.

2. La Cuirasse de la Justice (Éphésiens 6:14)

La cuirasse ou le pectoral est le nom de la défense corporelle qui couvre le buste et protège les organes vitaux du soldat comme le cœur, les poumons, etc. La Bible dit: «Gardez votre cœur diligent, car les problèmes de la vie jaillissent de là » (Proverbes 4:23).


C’est ce que la justice de Christ fait pour nous. Elle garde notre cœur plus que toute autre chose, nous protégeant contre toutes les accusations de Satan. Notre justice n’est pas faite des bonnes actions que nous aurions faites. Aucun de nous n’est juste en lui-même, selon qu’il est écrit: «Il n’y a point de juste, pas même un seul» (Romains 3:10). Par la grâce de Dieu, « celui qui n’a point connu le péché [Jésus], a été fait péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu ». Nous nous revêtons donc de la justice de Jésus lorsque nous l’acceptons comme notre Seigneur et Sauveur personnel. C’est le don de Dieu afin que personne ne s’enfle d’orgueil (2 Corinthiens 5:21; Éphésiens 2: 8-9; Philippiens 3: 9).

3. Les Chaussures de l’évangile (Éphésiens 6:15)

En tant que soldats de Jésus-Christ, nous avons l’ordre de proclamer l’évangile de paix. Le Seigneur Jésus dit: « Allez par tout le monde, et prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création… » (Marc 16:15, Matthieu 28:19).
Surnommée caligula, la chaussure du légionnaire était massive, constituée d’une semelle en cuir et de lamelles enveloppant complètement le pied. Ces chaussures avaient démontré leur excellence pour marcher même sur de très longs kilomètres.

L’évangile est la paire de chaussures qui nous permet de marcher là où notre Seigneur veut nous conduire; Et jusqu’au bout du monde, si cela était nécessaire.
L’apôtre Jean dit: « Celui qui dit qu’il réside en lui [en Jésus] doit aussi marcher lui-même comme il [Jésus] a marché » (1 Jean 2:6). Jésus a dit: « Mes brebis entendent ma voix. . . et elles me suivent » (Jean 10:27).

Satan essaiera de placer des obstacles sur notre chemin, mais avec l’assistance du Seigneur Jésus, nous pouvons continuer d’avancer de succès en succès, à la suite de notre capitaine de combat, marchant dans l’obéissance, chaussés de l’Évangile de paix. En d’autres mots, parler de la Bonne Nouvelle du royaume de Dieu nous chausse des chaussures dont nous avons besoin sur le champ de bataille où nous nous trouvons.

4. Le Bouclier de la foi (Éphésiens 6:16)

Alors que celui-ci n’est pas le premier élément dans sa liste, il est intéressant de noter que quand il cite le bouclier, Paul déclare : « prenez avant tout, le bouclier de la foi avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du méchant » (Éphésiens 6:16). Une autre traduction dit: « …prenez par-dessus tout… » (LSD), une autre « …prenez en toutes circonstances… » (Second 21), une autre encore « …prenez toujours… » (BFC). Dans tous les cas, le Saint Esprit met un accent particulier sur la foi.
Le Bouclier du soldat (scutum) est une protection qui mesurait environ 128 cm de haut pour 64 de large. Il comportait, dans sa partie intérieure, une barre en bois dur (spina) destinée à renforcer la résistance de la coque métallique centrale appelé umbo et qui permettait de détourner les traits frappant ce point, protégeant la main qui portait. Véritable objet d’art, le bouclier était parfois personnalisé au point de porter le nom du soldat et de son unité.


Un des vecteurs primaires des attaques de notre ennemi est la pensée. Par la pensée Satan peut, par exemple, instiller le doute quand à notre identité, susciter le doute quant à notre sécurité, tenter d’installer le doute s’agissant de la fidélité de Dieu. Il peut susciter la peur, ou tout autre sentiment pour nous détourner de la volonté de Dieu.

Face à toutes les attaques de l’ennemi, le chrétien utilise le bouclier de la foi pour arrêter le coup, selon qu’il est écrit : « le juste vivra par la foi » (Romains 1:17, Galates 3:11). Les soldats de Christ ne sont pas de ceux qui retournent en arrière pour aller se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour être sauvés (Hébreux 10:39). Par ailleurs, lorsque les tentations se font pressantes, la foi nous maintient fidèles et victorieux en Jésus. Nous sommes capables de résister à toutes les flèches enflammées du diable, car nous savons en qui nous avons cru (2 Timothée 3:12). Nous reconnaissons sa puissance et son autorité; nous connaissons son amour et sa fidélité.

Cette foi n’est pas n’est pas le fruit de notre volonté. C’est un cadeau de Dieu. Il a donné à chacun de nous une mesure de foi (Romains 12:3). Lorsque nous marchons avec Dieu, au travers de nos combats nous apprenons à nous appuyer sur sa parole notamment par la méditation et la confession, notre foi grandit et se développe jusqu’à devenir un véritable bouclier qui nous protège. Cette protection par la foi, nous permet de mener une vie victorieuse en Christ.

C’est par exemple l’expérience de Paul lorsqu’il dit : « J’ai été crucifié avec Christ ; ce n’est plus moi qui vis, mais Christ vit en moi ; et la vie que je vis maintenant dans la chair, je vis par la foi en le Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré pour moi » (Galates 2:20). Plus tard, à la fin de sa vie de foi, Paul était capable de déclarer : « J’ai combattu le bon combat, j’ai terminé la course, j’ai gardé la foi » (2 Timothée 4:7). L’apôtre parle de la foi qu’il a exercé en la parole de Dieu sans prendre en compte les circonstances de la vie. Il a gardé en tout temps les yeux fixés sur Jésus et sur le travail fini de la croix. C’est cela notre bouclier. C’est elle qui nous permet de stopper toutes les attaques de l’ennemi, et de vivre sans jamais le craindre.

5. Le Casque du Salut (Éphésiens 6:17)

Équipement défensif, le casque (galea en latin) est un élément fondamental de la panoplie du militaire romain. Il sert a préserver la vie et la santé du militaire notamment en protégeant la tête – siège du système nerveux et de la pensée, mais aussi la nuque et le visage.


La certitude d’être sauvé est le casque qui protège notre tête. Or, nombre de chrétiens ne sont pas certains de leur propre salut.

Mais qu’est donc le salut? Concept ô combien central, le salut est l’œuvre de Dieu, préparée depuis avant la fondation du monde pour sauver l’homme de la destruction, qui est la conséquence du péché. Depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, la Bible est la révélation de celui par qui le salut est arrivé: Jésus, le Christ.

Annoncé dès le commencement, Jésus est l’Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde (Jean 1: 29, 36). Nous avons donc été rachetés de la mort, « par le sang précieux du Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tâche ». Il fut prédestiné avant la fondation du monde, manifesté [révélé] à la fin des temps, à cause de nous – les croyants (1 Pierre 1:19-20). L’« Agneau a été immolé dès la fondation du monde » (Apocalypse 13:8). Quiconque sait qu’il/elle est sauvé(e) par la grâce de Dieu, au moyen de la foi, peut résister aux mensonges de l’ennemi. L’assurance du salut est le casque qui protège notre tête. Il maintient nos pensées en Jésus-Christ, nous donnant la paix nécessaire à la victoire finale sur nos ennemis.

6. L’Épée de l’esprit (Éphésiens 6:17)

L’épée de l’esprit est la seule arme offensive répertoriée dans l’armure de Dieu. Toutes les autres composantes en effet sont de nature défensive. C’est dire l’importance capitale de cet élément dans la panoplie qui est à disposition du soldat de Dieu. La parole de Dieu est le seul élément qui nous permet de passer à l’attaque et d’infliger ainsi des pertes à l’ennemi.

La Parole de Dieu – contenue dans la Bible – « est vivante, puissante et plus tranchante qu’une épée à deux tranchants » (Hébreux 4:12). Jésus a utilisé cette arme lorsque Satan l’a tenté dans le désert. A chacune des tentatives de Satan pour le conduire au péché, Jésus répondit : « Il est écrit… », avant de citer les Écritures.


Jésus-Christ, est la lumière du monde. Il est la parole de Dieu devenue chair. Celui qui le suit [qui la parle] ne marchera pas dans les ténèbres. Il aura la lumière de la vie, nécessaire pour voir son chemin (Jean 8:12). Jésus est le chemin pour aller au Père, la vérité qui permet d’identifier le mensonge et de lui résister, et la vie éternelle, c’est-à-dire la plénitude de Dieu (Jean 14 :6).

Il est donc très important d’étudier la Bible et de se familiariser avec la vérité. David a écrit : « Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon chemin » (Psaume 119:105). Le Seigneur dit : « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé » (Jean 15:7). Jérémie écrit: « J’ai recueilli tes paroles, et je les ai dévorées; Tes paroles ont fait la joie et l’allégresse de mon cœur; Car ton nom est invoqué sur moi, Éternel, Dieu des armées! » (Jérémie 15:16). Devenons comme Jérémie et réjouissons-nous lorsque nous remplissons nos bouches des paroles de Dieu. Lorsque nous parlons les paroles de Dieu, son Puissant Nom est chanté en notre faveur or, ce nom est celui qui est au-dessus de tout nom. Au Nom de Jésus tout genou fléchi dans les cieux, sur la terre et sous la terre, car Dieu l’a souverainement élevé (Philippiens 2:9). Salomon de son coté dit: « Il m’instruisait alors, et il me disait: Que ton cœur retienne mes paroles…» (Proverbes 4:4). Nous savons par ailleurs, que Dieu envoya sa parole et les [nous] guérit [de la maladie, de la dépression, des angoisses, de la peur, du péché, etc.] (Psaume 107:20).

L’épée de l’esprit, la Parole de Dieu, est l’arme qui détruit notre ennemi et nous fait toujours triompher en Christ, répandant par nous en tout lieu l’odeur de la connaissance de Dieu! (2 Corinthiens 2:14).

Prier sans cesse (Éphésiens 6:18)

Bien que la prière ne soit pas l’une des pièces de l’armure de Dieu, elle est identifiée par Paul comme un complément indispensable de la panoplie du soldat de Dieu. En effet, il termine la liste en disant : « Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance…» (Éphésiens 6:18).
La prière ou le temps de communion avec Dieu demeure un moyen privilégié de se soumettre à Dieu et de résister au Diable (Jacques 4 :7). Il ne parle pas d’une prière faite n’importe comment. Il répète ce qu’a dit le Seigneur Jésus à la samaritaine (Jean 4:23): le soldat de Dieu prie en esprit et en vérité [ceci fera l’objet d’un commentaire spécifique dans un article à venir].

Comment porter l’armure de Dieu?

Se parer de l’armure de Dieu est indispensable pour sortir victorieux de cette guerre à laquelle nous sommes parties prenantes. Peut-on espérer remporter la victoire si l’on n’est pas équipé pour la guerre?
D’aucuns diront, comment donc faire ?
Portez l’armure de dieu n’est en réalité pas aussi difficile que l’on peut le penser. Toutes les pièces de l’armure se trouvent et dans la relation que nous développons et que nous maintenons avec Jésus-Christ. Paul l’a aussi dit ainsi: «…revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n’ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises» (Romains 13:14). Rechercher Dieu par la méditation de la Bible et par la prière permet de se fortifier dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante de s’équiper au fur et à mesure des armes indispensables pour la victoire (Éphésiens 6:10) – voir aussi Revêtir l’Armure de Dieu – Prière.

Tu peux gagner la bataille des pensées!

« Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. » (2 Corinthiens 4:3-4)

Le dieu de ce siècle dont parle ici Paul est bien Satan lui-même. Nous devons savoir qu’il y en a qui sont sous son pouvoir au point où ils deviennent ‘aveugles‘ aux choses de Dieu. Cette révélation est à prendre très au sérieux car, n’importe quelle personne, mêmes les personnes qui se pensent ‘religieuses‘ peuvent être victimes du dieu de ce siècle.

Afin que toute affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins, Dieu se répète pour attirer notre attention sur cette réalité. Voici plus de trois citations en rapport avec ce qui précède:

Éphésiens 4:18: « Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur. »

2 Corinthiens 3:14: « Mais ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît. »

2 Corinthiens 4:6: « Car Dieu, qui a dit: La lumière brillera du sein des ténèbres, a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. »

1 Jean 2:11 « Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux. »

Actes 26:18 « …afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés. »

La Bible est claire: il y en a donc qui demeurent dans les ténèbres, c’est-à-dire sous la puissance de Satan. Ceux-là ne reçoivent pas les choses de Dieu car, leur intelligence est voilée par l’ennemi. En revanche, ceux qui reçoivent la Lumière dans leur cœur – Jésus-Christ est Lumière, deviennent libre de la puissance de Satan, leur intelligence se renouvelle car, ils ont été transférés dans le royaume du fils de Dieu en qui ils ont la rédemption, la rémission des péchés.

Comment donc savoir si notre intelligence a été renouvelée? Si nous regardons à Jésus et non au monde, si nous croyons au travail fini de la croix plus que nous ne croyons en nos circonstances, nous devenons capables de nous réjouir dans le Seigneur Jésus en toutes circonstances. Nous recevons sa paix car nous savons qu’en toutes choses nous pouvons compter sur lui. Nous savons qu’en toute chose nous sommes vainqueurs en Jésus-Christ. Ainsi que le Seigneur l’ordonne par l’apôtre Paul: « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. » (Philippiens 4:6-7)

Puisque nos pensées demeurent en Jésus-Christ, « …tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange » devient notre partage. Dès lors, nous pratiquons ce que vous avons appris, reçu et entendu du Seigneur Jésus et des apôtres. Et le Dieu de paix demeure avec nous (Philippiens 4:8-9).

Le champ de bataille ou l’ennemi vient nous confronter est dans nos pensées. La porte que le diable possède pour pénétrer dans une personne est d’abord: la pensée. S’il parvient à te persuader d’une pensée erronée, d’une pensée nauséabonde, d’une pensée mauvaise, il sait qu’il te tient.

Et, toutes les fois que tu ne reconnais pas ses tactiques et/ou que tu lui cèdes, même sans le savoir, tu lui donnes un peu plus de pouvoir sur toi. Or, nous n’ignorons pas les desseins de Satan. Il ne s’arrêtera pas là, il reviendra encore et toujours car, son objectif est de te contrôler complètement afin de te perdre.

Satan est une personne. Il est certes invisible, mais il est néanmoins une personne. Il n’est pas une idée ou un concept comme on peut entendre certains le dire. Qui plus est, il ne travaille pas seul. Il a une myriade d’agents tout aussi invisibles, qui lui sont fidèles et qui travaillent avec lui. Il est fait mention de lui dans la Bible, près d’une centaine de fois, sous différents noms : le diable, le tentateur, l’accusateur, le malin, l’adversaire, Satan… Le Seigneur Jésus a dit de lui: « Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire… » (Jean 10:10). Pierre dit: « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. » (1 Pierre 5:8). Le prophète Zacharie décrit: « Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l’ange de l’Éternel, et Satan qui se tenait à sa droite pour l’accuser. » (Zacharie 3:1-4). Le Seigneur dit a Pierre: « Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. » (Luc 22:31), etc.

Comme vous pouvez le voir, les descriptions bibliques de ce que fait Satan n’ont pas pour finalité le bien de l’homme. Bien au contraire: il vient dérober, égorger et détruire, il rode cherchant qui il dévorera; il se tient pour accuser; il réclame les gens pour les cribler comme le froment…

Notons par ailleurs que l’ennemi ne vient pas égarer sa proie en vue de l’égorger d’une manière grossière ou brutale. C’est toujours avec subtilité et finesse qu’il opère, par des suggestions, en profitant de l’ignorance ou encore de l’endurcissant des cœurs : « Or, à qui vous pardonnez, je pardonne aussi; et ce que j’ai pardonné, si j’ai pardonné quelque chose, c’est à cause de vous, en présence de Christ, afin de ne pas laisser à Satan l’avantage sur nous... » (2 Corinthiens 2:10-11). Ici, l’apôtre Paul nous révèle par exemple que celui qui ne pardonne pas à autrui donne l’avantage à Satan.

Nous lisons dans l’évangile de Jean que: « Pendant le souper, lorsque le diable avait déjà inspiré au cœur de Judas Iscariot, fils de Simon, le dessein de le livrer » (Jean 13:2). Le diable a donc suggéré à Judas, le dessein ou l’objet de livrer Jésus. Nous savons qu’il l’a notamment fait en faisant miroiter a Judas le gain en argent qu’il tirerait de cette action. Or, au moment de la tentation elle-même, Judas avait la possibilité de résister à Satan, de refuser cette suggestion. Plutôt que de résister, Judas, attiré et amorcé par sa propre convoitise, a choisi de céder au tentateur. Il a perdu le combat qui se livrait dans ses pensées. Il a décidé de trahir Jésus.

Il faut donc noter que la tentation est toujours extérieure à nous. Elle vient frapper à la porte mais, à ce moment-là, elle n’est encore qu’une suggestion. Elle n’est pas encore un péché consommé. C’est l’individu qui décide de la laisser entrer en lui ou au contraire de lui résister.

Lorsque l’individu est séduit par la tentation, il l’accepte, elle entre en lui, puis devient péché. Le péché, une fois consommée, produit la mort. La tentation ne vient pas de Dieu, car Jésus est venu apporter la vie, non la mort. Ainsi que Jacques écrit: « Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise: C’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne…  » (Jacques 1:13-15). Dans l’exemple qui nous concerne, « …Satan entra dans Judas, surnommé Iscariot, qui était du nombre des douze. » (Luc 22:3)

C’est ainsi que l’ennemi procède. Il suggère des choses et, si tu acceptes ses suggestions, il entre en toi et il peut aller jusqu’à prendre le contrôle. Il est dès lors le maître des lieux. En revanche, si tu lui résistes, il ne peut entrer en toi. C’est comme si tu lui claquais la porte au nez. Puisqu’il ne peut entrer, il doit partir: « …résistez au diable, et il fuira loin de vous. » (Jacques 4:7). De même il est écrit, « Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment. » (Jacques 1:12)

Gloire soit rendu à Dieu car nous pouvons gagner la bataille contre l’ennemi. En Jésus-Christ, nous pouvons gagner cette bataille qui a lieu dans nos pensées. Nos pensées peuvent avoir plusieurs origines: Dieu, nous-mêmes, le diable. Selon la bible, les pensées peuvent être classées en deux catégories: premièrement celles qui donnent la vie, ensuite celles qui conduisent à la mort. Il appartient à chacun de choisir selon le libre arbitre que Dieu nous a donné: « J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre, j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité. » (Deutéronome 30:19)

Il est donc possible de choisir la vie. Pour cela, nous devons regarder à Jésus afin d’apprendre à sortir de nos propres pensées que le diable peut facilement manipuler voire contrôler. Ceci nécessite une lutte de tous les instants, une soumission de plus en plus complète à Jésus: « …vous n’avez pas encore lutté jusqu’au sang, en luttant contre le péché. (Hébreux 12: 4). L’exemple parfait de celui qui a lutté jusqu’au sang, qui a triomphé du diable sans rien lâcher, c’est Jésus lui-même! Le Seigneur a même été tenté de refuser la croix, objet ultime de sa venue en chair. Mais après son agonie, il eut cette parfaite expression de soumission au Père: « Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. » (Luc 22:42)

Se soumettre à Dieu, à ses desseins, c’est l’arme ultime pour résister au diable. Cela a pour conséquence sa fuite loin de nous (Jacques 4:7). Tout cela devient possible lorsque nous prenons les pensées de Dieu qui sont bien au-dessus de nos pensées et que nous les pratiquons. Le moyen par lequel nous pouvons y parvenir est notre foi: « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Éternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.… » (Ésaïe 55:8-9). La Bible nous invite à offrir nos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. D’où ce commandement: « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence [de vos pensées], afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12:2)

Le diable peut continuer de te harceler encore quelque temps, de t’accuser, de t’assaillir de l’extérieur mais, tant qu’il est à l’extérieur, tu es en sécurité car cela signifie que la parole de Dieu a prévalu en toi, que tu connais la vérité et que tu es dans la liberté de Jésus. Le diable finit alors par s’éloigner de toi (Jacques 4:7)

Nous avons auprès du Père un grand souverain sacrificateur, Jésus, le Fils de Dieu. Il compatit à nos faiblesses car il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. C’est lui la source de notre victoire sur la tentation et sur le diable (Hébreux 4:14-15). Si nous demeurons fermes dans la foi en lui, il nous porte et nous fortifie… Par sa lumière nous voyons la lumière (Psaume 36:9).

De l’importance du renouvellement de l’intelligence

Dans le livre des Proverbes, il est écrit, « Car il est tel que sont les pensées dans son âme » (Proverbes 23:7). En d’autres termes, « il est ce qu’il pense« , ou « ce qu’il pense détermine ce qu’il est« . Si tes pensées sont positives et que ton espérance est en Dieu, si tu lui confies tes projets et tes combats, tu obtiens par la foi ce que ton coeur désire (Proverbes 16:3, Psaume 37:5). Si tes pensées sont saines et bienveillantes pour autrui, si tu aimes ton prochain, Dieu te bénit pour ton obéissance à son commandement (Lévitique 19:18; 1 Jean 3:14; 1 Jean 4.7).

Si au contraire tu te nourris de pensées ‘obscures‘, si tu es préoccupé par ton propre sort au lieu de te soumettre à Dieu pour sa gloire, l’ennemi peut entrer en toi et manifester ce que ton coeur craint (Job 3:25-26; Ézéchiel 11:8). Nous apprenons qu’à cause de ses mauvaises pensées, le diable avait inspiré au coeur de Judas Iscariot, fils de Simon, le dessein de livrer le maitre. Au moment propice, « …Satan entra dans JudasEt Judas alla s’entendre avec les principaux sacrificateurs et les chefs des gardes, sur la manière de le leur livrer » (Luc 22:3-4). Et que dire de cette mise en garde de l’apôtre Pierre: « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme… » (1 Pierre 5:8-9)

Or, c’est en se soumettant à Dieu que tu résistes au diable : « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. » (Jacques 4:7).
Parlant des païens, ceux qui ne croient pas et ne se soumettent pas à Dieu, l’apôtre Paul dit : « … les païens… marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l’intelligence obscurcie, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur coeur. » (Ephésiens 4:17-18), et l’apôtre de décrire ensuite leur manière de vivre, le résultat de leur état spirituel (voir aussi Romains 1:21).

En revanche, lorsque nous donnons sincèrement notre vie à Christ, il se produit deux choses essentielles par la vertu du Saint-Esprit:

1. Nous devenons une nouvelle création en Christ:  » Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu… » (2 Corinthiens 5:17). Le Seigneur te donne un coeur nouveau, et il met en toi un esprit nouveau; il ôte de ton corps le coeur de pierre, et il te donne un coeur de chair, dans lequel il peut écrire ses lois – la nouvelle façon de vivre (Ézéchiel 36:26; Jean 3:3).

2. le Saint-Esprit vient faire en nous une oeuvre de renouvellement de notre façon de vivre: « Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. » (Jean 14:26). Ceci est un processus qui demeure tant que tu te détournes de toi-même pour regarder résolument à Jésus-Christ, reconnaissant l’oeuvre finie de la croix et y persévérant par la foi. Nous apprenons à ne plus penser comme le monde, mais comme Dieu ; cela nous transforme et nous permet de découvrir la volonté de Dieu pour notre vie: « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12:2)

Cette nouvelle manière de penser et de faire a une incidence décisive sur ce que nous sommes, et sur notre comportement à venir – nous nous debarassons du viel homme pour devenir un homme nouveau ainsi qu’il est écrit : « …conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. » (Ephésiens 4:21-24)

L’Agent du renouvellement de l’intelligence est bien le Saint-Esprit – pas nous-mêmes car nous en sommes bien incapables! C’est par l’exposition à la parole de Dieu que nous découvrons la vérité. Cette vérité nous éclaire : « Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier » (Psaume 119:105) et elle nous transforme : « … la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du coeur. » (Hébreux 4:12).

L’intelligence qui est renouvelée ici comprend l’ensemble des croyances et habitudes d’esprit, la manière de penser, qui à leur tour influencent la manière de voir les choses, d’agir, pour un résultat assurément différent. Un résultat fait de joie – la joie de Dieu: « Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. » (Jean 15,11), de paix – la paix de Dieu et de victoire en Christ: « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » (Jean 14:27). La paix de Dieu, fruit de l’Esprit (Galates 5:22), enlève tout stress, toute inquiétude car, Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Jésus (Esaïe 53:5):  » A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu’il se confie en toi… » (Esaïe 26:3-4).

Puisque nous sommes ce que sont nos pensées. Laissons donc la parole de Dieu juger nos pensées, et que le Saint-Esprit puisse avoir tout accès pour renouveler notre intelligence ! Renouveler notre intelligence nous débarrasse du coeur de pierre pour nous rendre ‘transformable‘, ‘enseignable‘. Pour cela, nous devons entièrement ouvrir notre coeur au Seigneur Jésus. Sans notre soumission, le Saint-Esprit ne peut pas nous aider.